lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
déesse des abeilles

ϟ MESSAGES : 413
ϟ INSCRIPTION : 30/12/2014
ϟ LOCALISATION : Asgard



MessageSujet: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Ven 2 Jan - 11:36

De la politique des trésors et des ruches
Beyla Bertildottir ∞ Germisi Oddottir
Cette stupide guerre s'est enfin fini. Mais à quel prix ? Tant d'âmes innocentes ont rejoint Hellheim au nom d'une querelle personnelle entre deux dieux. Il aura fallu les morts d'un champs de bataille pour que les belligérants parviennent à se mettre autour d'une table pour discuter. Et encore, je reste persuader que sans l'intervention extérieure d'une autre armée, la guerre aurait continué aussi meurtrière qu'à ses débuts. Ce n'est surement que par chance que j'ai eu la joie de revoir tous mes proches après le conflit. Je ne cesse jamais de prier les Norns car je suis consciente que ce n'est malheureusement pas le cas de tout le monde d'avoir une telle chance. Mais c'est tristement le lot de toutes les guerres.
Néanmoins, cette guerre risque d'apporter plus de changements que n'importe quelle autre guerre qu'a connu Yggdrasil. L'abdication d'Odin Borson du trône d'Asgard sera assurément un changement important pour les neuf royaumes. Non seulement à cause de l'arrivée de Thor sur le trône dont je ne sais que penser mais aussi à cause de toutes les interrogations que cela peut susciter. Cependant, je ne retiens que la principale, à savoir si la paix va vraiment revenir avec cette succession mouvementée ou si les querelles vont continuées. Que je regrette de ne pas disposer du don de prophéties ! Cela aurait pu apaiser bien de mes tourments mais les Norns l'ont voulu ainsi et je ne peux que les prier pour que le destin soit favorable à Yggdrasil en ces temps troublés.
Cependant à l'approche de l'hiver, tout est si calme par rapport à ces derniers mois ! Le nouveau roi est convalescent et aucune négociation importante ne se ferait entre belligérant sans lui, de ce que j'avais pu entendre à travers les différentes rumeurs. Ainsi, pour tromper mon ennui, j'ai décidé de me rendre dans les jardins de la Reine Frigga. Ces lieux sont toujours splendides quelque soit la saison et sont si apaisants ! Je ne me lasse jamais de m'y rendre, que ce soit pour m'assurer que mes abeilles chéries puissent travailler sans rencontrer d'ennuis ou pour lire un livre sur un banc, ce que je m'apprête à faire. Je ne saurais dire quel est le thème principal du livre puisque je l'ai emprunté à une tierce personne sans même savoir de quoi il était question.
Assise confortablement, je tente de me plonger dans la lecture des mots écrits sur le papier. Néanmoins, il m'est difficile d'y arriver tant mon attention est rapidement distraite, tantôt par l'avenir d'Asgard qui me semble incertain, tantôt par une petite abeille qui vient me saluer. Je suis soulagée de ne pas avoir entrepris de grands travaux car avec mon manque de concentration, ceux-ci aurait pu être grandement perturbé !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des richesses

ϟ MESSAGES : 540
ϟ INSCRIPTION : 14/12/2013
ϟ LOCALISATION : Vanaheim
ϟ HUMEUR : Combative



♛ RICHESSE ET BEAUTÉ ♛
Joyau de Vanaheim
Trésors des Vanes




If only you can be my forest love, and me your forest lass.





MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Dim 4 Jan - 18:17

De la politique des trésors et des ruches

« La dame aux abeilles et le trésor des Vanes »


Les jardins de la reine Frigga n’avaient rien perdu de leur splendeur. Ni l’attaque surprise des Jotuns, ni la bataille des Cinq armées n’étaient parvenu à entacher leur beauté et leur pouvoir apaisant. Le temps n’avait pas d’emprise sur ce lieu enchanteur qui faisait honneur au talent de magicienne de la souveraine du royaume doré. Dans ces mêmes jardins à une époque lointaine et révolue, elle avait joué avec son neveu Vali, elle avait écouté les histoires de la princesse Saga et espionné les premiers élans romantiques du prince Balder et de sa sœur Nanna. Plus tard elle avait parcourue les jardins dans le naïf espoir de connaître elle aussi les doux et timides premiers émois des jeunes cœurs. Mais aucun prince ou charmant chevalier ne vint à sa rencontre. Il n’en viendrait plus désormais car elle était passé de la douce enfant de Freyja à la vile traîtresse. Autrefois les regards médisants et les murmures réprobateurs dans les couloirs du palais asgardien lui auraient brisé le cœur et elle aurait sans aucun doute pleuré. Mais Gersimi avait renoncé à l’affection des Ases qui depuis trop longtemps méprisait son peuple. Elle n’avait que faire de passer pour une traîtresse car elle savait en son fort intérieur qu’elle n’appartenait qu’à Vanaheim et que seule la défense de la cause des Vanes comptait.



La paix était revenue dans les branches de l’Arbre Monde et en cette occasion le trésor des Vanes portait une robe blanche. Elle était venue dans la cité des dieux pour revoir ses sœurs, celles qui avaient préféré demeurer auprès de leurs époux les princes d’Asgard plutôt que de rejoindre leur cité natale. La petite déesse conservait dans son cœur un amer remord de n’avoir pu accueillir ses sœurs dans ce qu’elle considérait comme la plus juste des causes. Cependant elle comprenait leur choix. Filles de la rébellion et épouses de la stabilité, elles avaient choisi la paix plutôt que de voir leurs deux familles s’entredéchirer. Si elle-même avait été l’épouse d’un prince doré, elle n’aurait certainement pas pris les armes pour croiser le fer contre son époux. Ou peut-être l’aurait-elle fait après tout. Seules les Nornes pouvaient entrevoir ce passé potentiel et alternatif et connaître la réponse. Les griefs des Vanes demeuraient des plaies non-cicatrisées mais la convalescence du nouveau souverain exigeaient que les belligérants réfrènent leurs revendications. Cette attente étaient insupportable mais elle pouvait également être bénéfique et permettre aux esprits échauffés de s’apaiser sans rien perdre de la force de leurs arguments. Quel chemin parcouru, petite déesse. Elle qui avait tant admiré le Père de Tout, la voilà désormais reniant son allégeance et souhaitant voir un autre prendre sa place. Elle qui avait tant rêvé d’épouser un prince doré et appartenir à la famille royale, se refusais à présent la simple idée de ressentir de l’amour pour un habitant d’Asgard. Gersimi était parfois exaspérée par la colère et l’insatisfaction de son neveu mais elle ressentait à présent les mêmes tourments. Avec un rictus intérieur elle songea à quel point elle était naïve, persuadée d’être déjà une adulte elle n’était en fait qu’une enfant qui jouait aux grands. Elle n’était en fait qu’aux prémices de l’âge adulte, cessant d’agir pour plaire à sa mère et son oncle et commençant à agir selon sa propre conscience tout en commettant l’erreur de laisser ses passions l’emporter sur la raison.

La déesse aux yeux pers croisa un énième regard courroucé et empli d’animosité. Pouvoir apercevoir un sourire sincère commençait à manquer dans la cité dorée. Mais les Nornes n’avaient peut-être pas dans l’idée de la condamner à la solitude. Un visage familier émanait des buissons rougeoyants. Parmi les arbres et les arbustes qui avaient revêtus leurs robes automnales se tenait sa très chère nourrice, Beyla. Aussi belle et radieuse que dans ses plus lointains souvenirs, chaleureuse et réconfortante comme l’aurore après une longue nuit.

« Quelle surprise et quelle joie de te revoir nourrice. » dit-elle un sourire radieux sur ses lèvres. « Comment te portes-tu dame des abeilles à la beauté sans pareille ?»



© Chieuze




you saw her beauty but not the iron underneath
Because she shone like a thousand pearls ✻ “You are a queen. You are a dragon. You are a warrior. You are a wolf. You are an enchantress. You are a bump in the night. You are a goddess. You are the last thing they see in the darkness. You are all of these things and more.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des abeilles

ϟ MESSAGES : 413
ϟ INSCRIPTION : 30/12/2014
ϟ LOCALISATION : Asgard



MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Mar 13 Jan - 14:59

De la politique des trésors et des ruches
Beyla Bertildottir ∞ Germisi Oddottir
Décidément, si mon esprit doit retenir cette douce journée d'automne, cela ne sera surement pas pour ma concentration. Celle-ci ne cesse de passer d'un élément à un autre si rapidement que je pourrais être comparée à une abeille volant d'une fleur à une autre. Je crois que si quelqu'un pouvait lire mes pensées, je suis à peu près certaine qu'il trouverait ma comparaison plus qu'appropriée. Ne suis-je pas la déesse des abeilles après tout ? Et de l'hydromel, bien sûr. Je pense que la majorité des prières ne sont pas pour la santé des abeilles mais pour s'assurer que les stocks d'hydromel soient convenables pour la fête à venir. Nan, en fait je crois que j'en suis sûre !
C'est dans ses moments où mes pensées se font aussi volage que je suis contente de ne pas être quelqu'un de particulièrement irascible de nature. Si c'était le cas, je crois qu'Eir, la déesse de la médecine, aurait plus à me reprocher que l'ivresse excessive de certaines personnes lui rendant visite les soirs de fête...
Je hausse un sourcil quand, après de long effort, je parviens à saisir le sens des mots que mes yeux parcourent. Je suis surprise de voir que le livre que j'ai emprunté est en réalité un livre de cuisine. Ma mère serait surement surement profondément choquée par ma lecture. En effet, elle est persuadée que je ne lis que des livres se rapportant aux abeilles ou aux plantes. Or, ce livre évoque la construction de cabanes avec différents matériaux. Il est vrai que ces connaissances risquent peu de me servir au cours de mes différents voyages mais cela peut toujours être utile de savoir qu'on peut se servir de lierre pour colmater certains trous dans la toiture par exemple. Toutefois je doute que cela puisse tenir plusieurs mois...
Au fur et à mesure que je me concentre sur le livre que je suis en train de lire, un souvenir d'enfance me revient. Je n'étais pas encore la déesse des abeilles quand ça c'est passé. C'était un été particulièrement chaud mais mon frère avait réussi à me convaincre de le suivre dans les bois. Je crois que mes parents croient encore aujourd'hui que nous étions seulement partis nous promener. En réalité, la promenade dans les bois avait été l'occasion pour nous de manger énormément d'amandes. On en avait tellement mangé qu'on en avait été malade et il avait été difficile de cacher le secret.
Un sourire fleurit sur mes lèvres à ce souvenir d'une époque lointaine. Une époque où la guerre ne menaçait pas ou ne menaçait plus Asgard.
Soudain, je manque de sursauter en entendant du bruit dans le feuillage non loin de moi. Je ferme aussitôt le livre. Je me décrispe en reconnaissant Germisi. Je ne cache pas mon sourire rayonnant, heureuse de la voir en bonne santé après des évènements si noirs.
-Mon doux petit trésor, dis-je en me levant du banc où je m'étais assise afin de la prendre dans mes bras. Je m'étais fait du soucis pour toi ses derniers jours et te voir ainsi en si bonne santé me comble de joie.
Mon sourire ne quitte pas les lèvres. Je ne pense pas que ce soit un secret parmi les Vanes et les Ases que je suis particulièrement attachée à celle qui me fait face. J'ai été sa nourrice après tout quand elle était enfant.
-Ma joie de te revoir est si grande que je ne sais pas par où commencer ! Dis-je à Germisi. Qu'as-tu vécu depuis la dernière que nous nous sommes vu ? Demande-je avec une certaine modération.
Une forme d'hésitation vient à transparaître dans ma voix. Je suis plus qu'impatience d'avoir des nouvelles avec la déesse des trésors. Cependant, je ne veux pas d'une dispute à cause de la guerre qui vient de se finir. Néanmoins, je ne me fais guère d'illusions concernant le fait que nous risquons de l'évoquer tôt ou tard...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des richesses

ϟ MESSAGES : 540
ϟ INSCRIPTION : 14/12/2013
ϟ LOCALISATION : Vanaheim
ϟ HUMEUR : Combative



♛ RICHESSE ET BEAUTÉ ♛
Joyau de Vanaheim
Trésors des Vanes




If only you can be my forest love, and me your forest lass.





MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Mer 4 Fév - 21:27

De la politique des trésors et des ruches

« La dame aux abeilles et le trésor des Vanes »


La dame aux abeilles avait toujours su trouvé les mots et les gestes pour réconforter le petit trésors des Vanes. Quelle enfant triste aurait-elle pu être sans l’aura chaleureuse de sa marraine ! Il semblait de notoriété publique qu’un enfant grandissant sans mère ou sans père risquait de glisser sur un sentier périlleux et s’enfoncer dans un tortueux labyrinthe dont il ne ressortirait pas indemne. Freyja n’avait jamais été connue pour être une mère affectueuse et faisant démonstration de ses sentiments même envers ses propres enfants, à l’exception d’Idunn. Fort heureuse Beyla avait remplie ce rôle de mère de substitution chaleureuse avec talent. En l’entendant l’appeler son doux petit trésor le cœur de la petite déesse fit un bond dans sa poitrine et les souvenirs d’enfance affluèrent dans son esprit. Elle se rappela de la peine qu’elle ressentait après chaque visite à Asgard, quand sa mère se montrait si froide envers elle, la jaugeant de toute sa hauteur et de toute sa splendeur. Seules la force de Hnoss et les paroles réconfortantes de Beyla parvenaient à lui faire retrouver pleinement sa joie de vivre. La gardienne de l’hydromel prit sa filleule dans ses bras et le cœur de la jeune fille manqua un battement. Depuis combien de temps n’avait-elle pas trouvé le réconfort dans ses bras ? Trop longtemps. Les mots que la nourrice prononça furent encore plus difficiles à entendre. Elles ne s’étaient pas revues depuis la bataille mais elles étaient toutes deux au courant de leurs positions respectives. Beyla était farouchement opposée à quelconque conflit, surtout s’il était armé et faisait saigné les branches d’Yggdrasil. Gersimi ne désirait pas forcément une guerre mais elle était cependant prête à se battre pour défendre ses idées. L’intervention de la nouvelle reine Sif et de son beau-frère Balder avait été accueilli dans son cœur comme un profond soulagement. En tant qu’ardente défenseur dans la cause de Vanaheim elle ne pouvait se ranger dans un autre camp que celui de son peuple, de son oncle et de sa mère. Gersimi fut touchée que Beyla se soucie d’elle bien qu’elle n’en attende pas moins de sa nourrice. Elle choisissait les mots les plus modérés mais elles ne pouvaient éviter le sujet.

La déesse aux yeux pers inspira longuement, cherchant à ordonner ses idées. Elle ne quitta pas la main de sa nourrice et prit place sur le banc au milieu des arbustes teintés de nuances cuivrés.

« Je ne t’apprend rien nourrice si je te dis que j’étais présente à la bataille que l’on nomme déjà la bataille des cinq armées. La guerre n’est pas une chose que j’encourage mais mon épée est toujours prête à défendre une cause qui me semble juste. Je suis le trésor des Vanes, tout comme Hnoss ma douce jumelle. Mon unique but dans mon existence est d’honorer mon peuple. Vanaheim avait besoin de moi, il était nécessaire que nous fassions entendre sa voix. »

Elle marqua une courte pause, juste le temps de reprendre ses esprits car elle sentait son cœur s’agiter.

« Je crois qu’il était nécessaire de lever une armée, Odin ne nous aurait jamais écouté autrement. Mais je suis heureuse que la bataille se soit terminée aussi rapidement. J’aurais tant voulu que le simple fait de se retrouver face à face sur le champs de bataille suffise à engager des négociations. Voir tous ces hommes, ces femmes, ces elfes et ses créatures réunies pour défendre leur cause aurait dû ouvrir les yeux de notre souverain. Il n’aurait pas dû jeter ce dragon sur nous. Personne n’aurait dû mourir ce jour là. Il fallait nous écouter avant qu’il ne soit trop tard, avant que nous ne puissions faire marche arrière, avant que je me retrouve à croiser le fer contre mes propres sœurs valkyries, avant que je sois dans un camp différent que celui de mes sœurs. Nous n’aurions jamais dû avoir à choisir. » conclua-t-elle avec amertume.

Le joyau de Vanaheim était la fille de sa mère, quoi qu’en pense cette dernière. Elle était une guerrière mais elle ne courait pas après les affrontements. Ses armes ne servaient que les causes justes, celles qui méritaient de se battre jusqu’à la mort. Elle demeurait persuadée en son fort intérieur que cette bataille avait été nécessaire pour ouvrir les yeux au souverain de l’Arbre-Monde et elle espérait que le sacrifice des combattants ne soient pas vains. Elle portait beaucoup espoir envers le nouveau roi, le prince doré qu’elle admirait et elle s’était promis que cette bataille serait la dernière qui opposerait les Ases et les Vanes.

« Tu n’approuves pas les guerre nourrice, je le sais mais je demeure certaine que c’était un mal nécessaire. Maintenant que la paix est revenue, elle doit le rester. C’est un combat d’un autre genre, peut-être es-tu plus à l’aise avec celui-ci ? Quoiqu’il en soit je suis heureuse de te retrouver, tu m’avais beaucoup manqué. »



© Chieuze




you saw her beauty but not the iron underneath
Because she shone like a thousand pearls ✻ “You are a queen. You are a dragon. You are a warrior. You are a wolf. You are an enchantress. You are a bump in the night. You are a goddess. You are the last thing they see in the darkness. You are all of these things and more.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des abeilles

ϟ MESSAGES : 413
ϟ INSCRIPTION : 30/12/2014
ϟ LOCALISATION : Asgard



MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Jeu 19 Fév - 18:06

De la politique des trésors et des ruches
Beyla Bertildottir ∞ Germisi Oddottir
Il m'est bien difficile de me détacher de l'étreinte de ma protégée. Tant de temps ont passé depuis la derrière fois que nous nous sommes vues et tant d'évènements ce sont passés. Durant ces longs mois, l'angoisse concernant Germisi n'a eu de cesse d'être présente dans un recoin de mon esprit. Bien que des connaissances m'ont assuré que le petit trésor de Vanaheim était saine et sauve, il est infiniment plus plaisant de le constater de mes propres yeux. Après tout, en temps de guerre, le mensonge peut être facile à prononcer pour rassurer ou pour inquiéter. Il est vrai cependant qu'on n'a pas besoin de ce genre de funeste évènement pour utiliser le mensonge. Combien de fois ai-je déformée la vérité pour rassurer ma mère quand je revenais de mes voyages en disant que je n'avais pas eu de mauvaises aventures ? Bien trop pour ne pas que les hurlements d'horreur de ma mère ne s'entendent pas dans tout Yggdrasil si elle venait à savoir...

Autant par curiosité que par volonté de combler mon inquiétude, je l'interroge sur les évènements que ma petite Germisi a connu depuis notre dernière rencontre. Avec le plus de précautions possibles, j'ai pris garde à ne pas froisser Germisi d'une quelconque façon. Bien des sujets pourraient le faire, à mon plus grand désespoir. Malheureusement, je suis obligée de les évoquer si je veux m'assurer de la bonne santé de l'un des trésors les plus précieux des Vanes.

C'est donc dans un silence attentif que j'écoute Germisi me déclarer avoir participer à la bataille. Mes sourcils se sont écarquillés de terreur à ce moment-là. Je pensais que ce n'était que des rumeurs sans fondement mais l'entendre de la bouche de ma protégée infirme ma pensée. Diantre ! Qui a osé autoriser la présence d'une aussi jeune fille sur un champ de bataille ? Sans nulle doute un inconscient ! Une jeune fille de l'âge de Germisi n'a rien à faire sur un champ de bataille même si elle n'est pas inexpérimentée dans les arts du combat.

-Tu n'aurais tout simplement jamais te retrouver sur un champ de bataille ! Lâche-je d'un ton féroce qui ne peut laisser place à aucune réplique. Je ne remets pas en cause ton attachement à Vanaheim, poursuis-je sur un ton plus doux en voulant apaiser les tourments de Germisi quant à son combat face aux Valkyries. Seulement, ton jeune âge aurait du te dispenser de te retrouver pris dans de tels tourments. Personne aurait du t'autoriser à te rendre là-bas. Il y avait assurément d'autres façons pour que tu puisses être utile à ceux qui combattaient.

Dans mes paroles, on peut aisément percevoir mon inquiétude pour Germisi d'avoir été mis dans une telle situation, même si c'est avec son accord. Inconsciemment, mon inquiétude pour la déesse à mes côtés fait écho à celle d'avoir su mon demi-frère sur le champ de bataille. Par une chance inouïe, aucune des personnes que j'apprécie n'a perdu la vie. Pour cela, je loue les Norns de leur clémence car je sais que de nombreuses familles n'ont pas eu cette chance.

-De toutes manières, continue-je avec un soupir, cette guerre, même éphémère, n'aurais jamais du advenir. Il y a bien d'autres façons de régler un conflit que par les armes. Je ne peux que remercier l'intervention de notre bientôt nouvelle souveraine et de son beau-frère avant que le conflit emporte davantage d'âme à la mort. Randi, ma mère, n'aurait guère supporter de devoir porter le deuil de mon demi-frère à cause d'un conflit similaire à celui qui lui a arraché son premier époux. Je ne l'aurais également pas supporté, tout comme je n'aurais pas supporté de porter ton deuil, Germisi. Confie-je avec un sourire naissant où mon amour pour elle est perceptible.

J'ai prononcé cette vérité le plus sincèrement possible. Il m'est bien difficile de faire autrement car je pense chaque mot que j'ai dit. De plus, je ne vois pas l'intérêt d'un mensonge en ce moment, il n'y en a guère l'utilité.

Je l'écoute avec attention me dire que la guerre était un mal nécessaire. Bien que j'essaye de demeurer tranquille, je ne peux m'empêcher de m'insurger intérieurement face aux propos du trésor des Vanes plus précieux que tous les diamants d'Yggdrasil. Une guerre n'est jamais nécessaire, sinon, nous ne serions que des animaux et non des êtres pensants.

-Je suis heureuse de t'entendre dire que la paix doit être maintenue. Cela m'aurait extrêmement contrarié que je sois rentrée à Asgard et supporter bien malgré moi les élans amoureux de cet homme si tu m'avais dit qu'il fallait refaire une guerre pour un prétexte futile !

Mon ton qui se veut léger ne parvient pas à empêcher une touche rosâtre apparaître sur mes joues à la mention de ce garçon qui n'a pas compris le message que je tente diplomatiquement de lui faire comprendre. Les hommes sont des fois stupides, et en particulier Byggvi, quand ils veulent. (Surtout Byggvi en fait !) En quoi c'est dur de comprendre que c'est plus utile en ce moment de se préoccuper de ce qui se passe parmi les grandes divinités que de conter fleurette ? Cela me dépasse totalement, je l'admets !

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des richesses

ϟ MESSAGES : 540
ϟ INSCRIPTION : 14/12/2013
ϟ LOCALISATION : Vanaheim
ϟ HUMEUR : Combative



♛ RICHESSE ET BEAUTÉ ♛
Joyau de Vanaheim
Trésors des Vanes




If only you can be my forest love, and me your forest lass.





MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Dim 15 Mar - 19:32

De la politique des trésors et des ruches

« La dame aux abeilles et le trésor des Vanes »


Si la dame des abeilles n’était pas une mère, elle en avait le comportement envers sa filleule. Elle pouvait faire preuve d’une grande douceur et dégager une aura apaisante mais elle pouvait tout aussi bien s’enflammer quand l’objet de sa protection était en danger. Avec la férocité d’une louve défendant sa portée, Beyla affirma que Gersimi n’aurait jamais dû se trouver sur le champs de bataille.

« Je n’en suis pas à mon premier combat, marraine. » répondit-elle en souriant. « Et je ne suis pas si jeune que cela, j’ai 490 années derrière moi. »

La petite déesse aurait certainement pu prendre la mouche à l’évocation de son jeune âge et au fait qu’elle n’avait pas à se mêler directement aux combats. Mais elle savait pertinemment que Beyla parlait ainsi car elle était inquiète. C’était le lot des personnes qui ne mettront jamais le pied sur un champs de bataille. Ils ne comprendront jamais que l’on puisse choisir de prendre les armes et d’être capable de faire verser le sang, risquant sa vie, remettant son âme entre les mains des Tisseuses de la Destinée. Hélas pour leur tendre cœur, ils trembleront, priant pour leurs proches et maudissant la Guerre, créatrice de conflits, briseuse de vies, porteuse d’idées vengeresses. Tout comme elle ne dit rien pour sa jeunesse. Nanna n’avait que dix ans de plus qu’elle et plus personne ne la traitait comme une enfant. Mais cela tenait sans doute du fait qu’elle était une respectable femme mariée tandis que Gersimi demeurait célibataire. Ne persévérait-on pas à la surnommer affectueusement « la petite déesse » ? La dernière née de Freyja devrait sans doute conserver ce surnom jusqu’à la fin. Elle avait beau avoir mener mille combats tant sur Midgard aux côtés des Valkyries ou pour affronter des Jötuns que sur Svartalfheim combattant des goules, elle demeurerait aux yeux de sa nourrice le charmant nourrisson qu’elle avait connu. Mais n’était-ce pas toujours ainsi après tout ? Les parents voyaient toujours en leurs enfants, le nouveau né qu’ils avaient porté dans leur bras, quand bien même désormais le fils était devenu un homme, prince, jarl ou père à son tour et la fille devenue une femme, une épouse, une mère.

Ce fut avec un soupir que la gardienne de l’hydromel désapprouva la bataille des cinq armées. Elle demeurait persuadée que le conflit aurait pu être régler autrement que par la voie des armes. Gersimi ne dit rien, elle avait déjà exposé son point de vue et elle jugeait inutile de vouloir affirmer sa vision juvénile des choses contre une farouche pacificatrice comme sa marraine. Il n’y avait aucun intérêt à se lancer dans un débat stérile. Elles s’étaient retrouvées n’était-ce pas le plus important ? Le passé était le passé. En quoi revenir sur des évènements révolus pourraient faire évoluer les choses et changer les mentalités ? Ressasser le passé réparait-il les erreurs commises ?

« Les Nornes ont été clémentes à mon égard et je suis heureuse que le destin qu’elles ont filé ne t’ai pas contraint à porter le noir. »

Avec un sourire sincère la fille du Blé et de l’Amour prit la main de sa marraine. Son cœur était si léger désormais. Il lui semblait qu’elle voyait les jardins de la reine pour la première fois. Même les souverains avaient droit à goûter à l’insouciance et à l’ivresse d’un pur bonheur malgré leurs épaules lourdes de responsabilités.

« Laissons donc la guerre là où elle demeure, sur le champs de bataille. Puisque nous sommes dans les ces charmants jardins tandis que les premiers frimas se laissent deviner, ayons une conversation en adéquation avec ce lieu. Tu as laissé sous-entendre qu’un homme te faisait la cour marraine, donnes moi tous les détails ? Est-il agréable à regarder ? Est-il charmant, discret ou trop entreprenant ? Quel est son nom ? »

La déesse aux yeux pers constatait avec un certain amusement les joues rosies de sa marraine. Beyla était une femme ravissante et gracieuse dont les charmes ravissaient le cœur des hommes. Il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’elle possède de nombreux prétendants et Gersimi s’en était souvent amusée plus jeune, quand elle se dissimulait derrière un buisson pour surprendre un soupirant se faire éconduire avec courtoisie par la dame aux abeilles. Elle en riait aux éclats ensuite en voyant la jeune Beyla s’empourprer.


© Chieuze



pardon mille pardon pour le retard


you saw her beauty but not the iron underneath
Because she shone like a thousand pearls ✻ “You are a queen. You are a dragon. You are a warrior. You are a wolf. You are an enchantress. You are a bump in the night. You are a goddess. You are the last thing they see in the darkness. You are all of these things and more.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des abeilles

ϟ MESSAGES : 413
ϟ INSCRIPTION : 30/12/2014
ϟ LOCALISATION : Asgard



MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Dim 29 Mar - 19:27

De la politique des trésors et des ruches
Beyla Bertildottir ∞ Germisi Oddottir
La paix est bien l'une des seules choses dont on n'apprécie jamais à sa juste valeur, je pense. A quoi bon avoir son nom parmi une myriade de guerrier tombé bravement au combat si ce n'est pour ne pas profiter de la douceur printanière qui revient chaque année ? Je sais bien que nous sommes tous amenés à rejoindre le domaine de la déesse Hel ou le Valhalla mais cela n'empêche que j'apprécierai énormément que mes proches et moi-même y rejoindront le plus tard possible. La tristesse d'une séparation définitive ou d'une très longue durée me fendrait le coeur certainement.

Aussi, c'est pourquoi je ne tarde pas dire ma pensée concernant l'action de Germisi dans les derniers évènements. Définitivement, elle est beaucoup trop jeune pour mourir sur un champ de bataille. Sa mère aurait du l'empêcher de se trouver à ses côtés ! Ses protestations semblables à ceux d'un petit chaton ne changeront pas mon avis là-dessus.

-Certes, tu as quitté les langes depuis longtemps mais tu demeures encore aujourd'hui l'une des plus jeunes divinités, si on excepte le nouveau-né de la princesse Sif et du prince Thor. Réponds-je en arquant un sourcil quand elle évoque son âge. Il te reste encore beaucoup à apprendre pour que je ne sois plus inquiète quant à une éventuelle présence de ta part sur un champ de bataille.

Je m'empare des mains de Germisi avant de continuer :

-Promets-moi d'apprendre bientôt, si ce n'est pas déjà fait, quelques rudiments de médecine auprès d'Eir. Je serais bien plus tranquille si tu savais soigner quelques blessures sans grande gravité.

Ma demande me semble dérisoire face à mon incandescente envie d'empêcher de toutes mes forces que Germisi soit mortellement blessée sur un champ de bataille. Je ne peux que prier les Nornes pour qu'elle suive ma demande. Moi-même, je ne cesse de remercier fréquemment mon père pour m'avoir appris à faire des bandages qui ne se défont pas tout le temps. Sans cela, cela aurait été bien difficile de cacher à ma mère certaines blessures dues à mes imprudences... Je reconnais tout de même sans peine que je connais un certain nombre de remède pour contrer les maux de tête survenant après une trop grande consommation d'alcool. Les joies d'être la déesse des abeilles et de l'hydromel parmi une foule de personne ne sachant pas se limiter dans leur consommation, je suppose !

Alors qu'elle dit me savoir heureuse en n'étant pas couverte de noir en cet instant, je ne préfère ne rien dire pour adresser un sourire à son égard tandis qu'une abeille vient se poser sur ma robe.

Seulement, mon sourire disparaît aussi vite qu'un glacier sous un soleil d'été. En effet, mon embarras ne cesse d'augmenter lorsque Germisi me questionne au sujet de Byggvi que j'ai évoqué distraitement. Le trésor de Vanaheim finit par éclater de rire. Je ne préfère ne pas savoir la raison de son hilarité pour ne pas plonger un peu plus dans l'embarras le plus compliqué. De toutes manières, mon visage doit être si rouge que l'eau contenue dans une bouilloire pourrait être chauffée extrêmement rapidement si on la posait dessus.

-Il s'appelle Byggvi. Finis-je par dire une fois que le fou-rire de Germisi est passée et que j'ai repris contenance.

Autant tout dire maintenant : connaissant ma filleule, elle ne me lâchera pas avant d'avoir toutes les réponses qu'elle veut quitte à faire des recherches pouvant me mettre dans l'embarras.

-Si ce nom ne t'est pas étranger, c'est normal. Il est, comme moi, régulièrement invité à toutes les fêtes. C'est le dieu de la bière. Explique-je, n'étant pas certaine si Germisi comprenait l'engouement autour de mon prétendant pour qu'il soit de toutes les fêtes.

Ce n'est guère nouveau que les divinités de la bière et de l'hydromel sont des convives de choix pour les fêtes. Il y a bien longtemps que j'ai arrêté de compter le nombre d'invitation que j'ai reçu pour une fête ou une autre.

-Je t'avouerai que je ne sais que penser de lui. Avoue-je après un temps de silence. Je lui ai déjà signifié un refus mais il n'en tient pas compte et ne cesse de me mettre dans l'embarras. Diantre ! Je ne peux même plus rendre visite à mes parents sans craindre de le voir surgir d'un champ d'orge !

L'exaspération est plus que perspective dans ma voix. Il est plus que probable que cette expression soit ma favorite à l'avenir quand j'évoquerais Byggvi !

Code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des richesses

ϟ MESSAGES : 540
ϟ INSCRIPTION : 14/12/2013
ϟ LOCALISATION : Vanaheim
ϟ HUMEUR : Combative



♛ RICHESSE ET BEAUTÉ ♛
Joyau de Vanaheim
Trésors des Vanes




If only you can be my forest love, and me your forest lass.





MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   Ven 17 Juil - 19:38

De la politique des trésors et des ruches

« La dame aux abeilles et le trésor des Vanes »


La petite déesse dissimula une moue contrariée quand la gardienne des abeilles évoqua son jeune âge. Elle avait pourtant l’âge d’être considérée comme une adulte et surtout elle n’avait qu’une dizaine d’années de moins que Nanna que personne n’oserait traiter comme une enfant. Gersimi comprenait mieux à présent l’impatience de son neveu Vali d’agir comme un homme fait. Elle lui avait toujours dit d’attendre, de garder son mal en patience et de cesser de se projeter dans un avenir funeste. Mais la jeunesse n’était qu’impatience et fougue, elle n’était appréciée que lorsqu ‘elle était révolue. Elle pourrait bien protester mais que représenteraient ses plaintes face à une déesse de deux mille ans son aînée ?

O paix divinité impatiente, le temps viendra bien assez vite où tu seras une femme mûre et respectée. Mais en attendant ce jour où tu regrettera aussitôt de ne plus avoir le feu de la jeunesse, profite. Laisse le temps faire son œuvre, laisse la roue du destin tourner à son rythme. Vis aujourd’hui au lieu de rêver à demain.

Aussi lorsque sa marraine lui prit les mains en la priant d’apprendre les rudiments de la médecine, le trésor de Vanaheim se contenta de hocher la tête en promettant d’y réfléchir. Elle préféra orienter son ancienne nourrice vers un sujet qu’elle pensait plus léger. La faiseuse d’hydromel rougissait de plus en plus à mesure que sa filleule riait. Si rouge qu’elle se mordit la lèvre en espérant ne pas l’avoir blessée ou lui avoir rappeler des souvenirs désagréables. A ses yeux l’amour était une chose merveilleuse. Elle avait vu l’amour naître dans les yeux de Balder et Nanna et malgré leur timidité respective elle avait exhorté sa sœur à déclarer son amour. Mais elle connaissait aussi les amours malheureux de sa mère. Elle oubliait volontairement son détail pour ne garder que l’image charmante de l’amour mais au fond d’elle même elle savait qu’il y avait aussi un aspect douloureux.

La fille de l’Amour fut rassurée en entendant le nom de Byggvi. Le dieu de la bière était un joyeux luron, il ne pouvait avoir blessé le cœur de sa marraine, du moins pas intentionnellement. Mais il était insistant, incapable de se décourager dans son envie de plaire à Beyla.

« Ce n’est pas le premier à être éconduit. Il finira par comprendre. Je suppose que cela doit être difficile de renoncer à l’être qui fait battre notre cœur mais il ne me semble pas être un mauvais bougre et respectera ton choix. » dit-elle se voulant rassurante malgré son manque cruel d’expérience. Elle posa une main sur celle de sa marraine avant d’ajouter avec un air malicieux. « Je pourrais toujours lui faire comprendre en lui tapant le derrière avec le plat de mon épée. Je ne peux hélas que te prêter une oreille attentive car je ne suis que la fille de l’Amour. Des expériences amoureuses je ne connais que celles des autres. »


© Chieuze




you saw her beauty but not the iron underneath
Because she shone like a thousand pearls ✻ “You are a queen. You are a dragon. You are a warrior. You are a wolf. You are an enchantress. You are a bump in the night. You are a goddess. You are the last thing they see in the darkness. You are all of these things and more.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De la politique des trésors et des ruches [PV Gersimi]
» [Général]Politique de la Horde et compréhension
» De l'organisation politique de Lyon eg Grenoble au Moyen Âge
» Guide du succès politique
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Neuf royaumes :: Asgard :: les jardins de la reine-