lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I NEED YOU THE MOST ❥ válar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
déesse de la fertilité

ϟ MESSAGES : 68
ϟ INSCRIPTION : 23/03/2015
ϟ LOCALISATION : au Palais doré.
ϟ HUMEUR : favorable


NO WORDS CAN EXPLAIN THE WAY I'M MISSING YOU.




MessageSujet: I NEED YOU THE MOST ❥ válar   Mer 1 Avr - 1:37

i need you the most

La déesse souriait, se mêlant parmi les convives de la fête qui suivait le couronnement. Elle essayait de bouger assez dans la salle pour saluer toutes les personnes qu’elle connaissait et pour la suivante de Frigga, on pouvait notamment en découvrir la longueur. Elle réussit d’ailleurs à s’approcher assez de la souveraine et du nouveau roi pour pouvoir discuter avec eux. Elle en profita d’ailleurs pour caresser la joue de leur petite fille, cela lui manquait tant. Fulla était une mère protectrice, mais assez laxiste pour que ses enfants se développent comme ils le souhaitent réellement. Si Björn n’avait pas été tué, il était certain que la déesse aurait eu d’autres enfants. Elle ne sut dire si elle voulait se ranger du côté des déesses comme Ran ou Freya, mais elle savait qu’elle n’arriverait jamais à se contenter de trois enfants. En tant que déesse de la fertilité elle savait qu’elle pouvait encore donner la vie. La déesse n’avait pas encore essayé de remédier à la situation pour la simple et bonne raison qu’elle se considérait toujours en deuil de son mari. Elle devrait passer au-dessus un jour, pour le bien de sa famille. Fulla ne voulait pas précipité les relations, elle voulait s’assurer d’éprouver les même sentiments qu’elle avait eu pour Björn, voir d’en dépasser l’étendue s’il lui était permis de trouver la personne qui lui offrirait le même sort. Elle pouvait rire de nouveau avec Thor, le parrain de Klara et la déesse avait été des plus ravies que leur différents soient réglés avec le temps, ainsi que la naissance de son enfant. Leur relation avait été atteinte par Mjölnir lorsque, avec colère, l’ancien prince asgardien n’avait été en mesure d’engendrer un héritier. Une fois son devoir fait auprès du nouveau roi, elle se rendit près de Frigga pour s’assurer que tout allait bien pour elle. Hlin était à ses côtés et Fulla lui pris la main pour la forcer à danser un peu avec elle. La consolation pouvait toujours trouver le bonheur avec Fulla qui adorait la déesse. Après quelques verres d’hydromel, des rires lancés un peu trop fort, la déesse se dit qu’elle pourrait bien se rendre à l’extérieur du château pour prendre l’air. Elle avait les joues en feu, ayant trop dansé et parlé avec les Dieux.

En se dirigeant vers la sortie, elle s’empara d’un petit gâteau et l’enfourna dans sa bouche, roucoulant de plaisir. Ce dernier avait un goût citronné et frais qui se mariait très bien avec le verre d’hydromel qu’elle tenait à la main. Heureusement qu’on s’occupait de ses enfants, puisqu’elle devrait patienter quelques heures au grand air avant de pouvoir entrer à la maison sans être sous les effets de l’alcool. Elle n’était pas bourrée, seulement plus en fusion avec ses émotions, ce qui, dans le cas de Fulla, n’était sans doute pas la meilleure des choses. Elle souriait toujours en sortant du brouhaha de la salle et respira plusieurs fois démesurément pour essayer de se replacer les idées. La déesse replaça sa robe en lissant les côtés, comme si cela changeait quoi que ce soit à son apparence déjà soignée. La robe qu’elle avait choisie était d’un vert émeraude, surmontée d’un filet noir qui lui couvrait les bras ainsi que la peau jusqu’au cou. Elle avait laissé tomber ses cheveux en cascade comme il lui était coutume de faire, ses enfants ayant toujours appréciés pouvoir jouer avec ceux-ci comme un doudou avant de dormir. La suivante trottina dans les couloirs, n’oubliant pas de se rendre dans ses appartements et de s’informer que tout se passait bien, avant de sortir à nouveau. Elle souhaitait se rendre dans les jardins de la Reine et souffler un peu, la chaleur lui montant encore un peu trop à la tête. Un mouvement attira son attention aux détours d’un couloir, une présence masculine qui l’intrigua. Qui, comme elle, avaient quitté la fête pour prendre un peu d’air? Elle se rapprocha furtivement de l’âme et en reconnu le visage à quelques mètres, s’arrêtant d’un coup, ses talons émettant une bruit sec sur le plancher. On aurait dit un enfant qui se ferait disputer. Mal à l’aise, elle n’avait pourtant pas envie de se détourner de la situation, si l’alcool pouvait lui offrir tout le courage qui lui avait manqué depuis un an, elle ne le refuserait pas. Elle avait l’impression qu’un parquet épineux lui trancherait les pieds si elle se rapprochait davantage. Sa relation avec le l’Einherjar n’allait pas sans lui rappeler la douleur qu’elle avait ressenti quand Thor lui en avait voulu. Mis à part qu’il y avait quelque chose de différent, de nouveau, qui lui donnait l’impression qu’elle ne pourrait pas se contenter d’attendre que les choses se règlent avec Válar. Le tempétueux avait changé lorsqu’il avait perdu son bras lors d’un combat. De séducteur, charmeur et blagueur, il était devenu froid, distant et méchant. Fulla pleurait souvent le sort de son ami, mais surtout leur relation qui avait changée. Elle avait l’impression de n’être plus la même sans la présence de l’Einherjarà ses côtés. Elle brava son barrage intérieur pour lui demander : « Tu avais aussi besoin d’un peu de calme? » Tentant un sourire confiant, elle observa une dernière fois le sol, comme pour en interdire les épines d’en sortir, pour se positionner près de Válar. Il pourrait la rembarrer, l’ignorer, la laisser seule. Peu importait, parce qu’en réalité à l’instant où la déesse avait ouvert la bouche, elle ne la refermerait pas de sitôt et le suivrait aux travers de l’Arbre-Monde.







+ DÉESSE DE LA FERTILITÉ.
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ MESSAGES : 96
ϟ INSCRIPTION : 06/01/2015
ϟ LOCALISATION : Probablement accroché à une pinte d'hydromel au fond d'une taverne crasseuse
ϟ HUMEUR : Exécrable



« People are not
rain or snow
or autumn leaves;
They do not
look beautiful
when they fall »




MessageSujet: Re: I NEED YOU THE MOST ❥ válar   Mer 1 Avr - 9:37

I need you the most
FULLA & VÁLAR

Toute cette agitation l'incommodait au plus haut point. Les éclats de rire, les clameurs de la foule, les fortes odeurs de nourriture et les effluves d'alcool entêtantes... Tout ce qui lui avait un jour plu l'agaçait à présent au plus haut point. Naturellement, Ove l'avait gracié de sa participation aux événements officiels – après tout, il fallait que le tableau soit parfait, aussi un Einherjar amputé aurait-il fait tâche. En cette journée si particulière, Asgard ne devait démontrer que de sa force et de sa perfection, deux choses qu'il ne possédait plus depuis plusieurs lunes déjà. Quand bien même l'affront était grand, pour une fois, Válar n'avait point songé à se plaindre auprès de son Capitaine. Il ne désirait en rien participer de près où de loin aux festivités, rester planté comme un piquet pendant qu'Odin couronnait son fils, très peu pour lui. Et puis, ne point être en service lui permettait de pouvoir rêvasser la conscience tranquille, ce qui lui convenait à merveille. Si Válar appréciait sincèrement le Tonnerre, et lui reconnaissait bien plus de qualités que son paternel ne semblait en posséder, il se moquait franchement de savoir qui avait le séant posé sur le trône d'Asgard. Thor ou un autre, peu importait, son bras ne réapparaîtrait pas par miracle. Une façon de penser pour le moins stupide et égoïste, mais qui était la sienne depuis qu'il avait basculé dans l'abîme du désespoir. Abîme duquel il aurait aisément pu sortir, ne serait-ce qu'en acceptant les mains qu'on lui tendait, mais dans lequel il se complaisait finalement trop pour faire cet effort. Il avait trouvé sa place dans les ténèbres, l'ombre lui convenait à présent bien mieux que la lumière.

S'il avait néanmoins pris sur lui de faire l'effort de se montrer à la réception qui avait suivi la cérémonie de couronnement, il n'avait pas résisté longtemps à l'envie de ficher le camp. À quoi bon rester, si ce n'était que pour rester planté là, appuyé contre une colonne, à attendre que les minutes et les heures défilent ? Il n'avait pas la moindre envie de voir la débauche saisir les Ases, il avait eu bien assez de ce spectacle édifiant en six siècles. Il y avait même participé plus souvent qu'à son tour, ingurgitant mets et alcool jusqu'à rendre gorge, profitant des plaisirs de la chair jusqu'à l'excès. Rétrospectivement, tout ceci lui lui paraissait être d'un ennui mortel, d'une banalité déconcertante. Mais encore, il était aisé de se perdre dans les méandres du commun lorsque la vie n'avait fait preuve que de générosité. Ce n'était que lorsque le mal vous frappait en plein visage que vous ouvriez les yeux sur la terrible réalité, comme tiré de force d'un rêve qui n'était que douceur et jouissance. Las, nul ne sortait vainqueur de la tapisserie des Nornes, tôt ou tard chacun devait faire face à ses démons. Ne restait qu'à décider de s'en débarrasser ou de les apprivoiser. Válar avait penché en faveur de la seconde option, persuadé qu'il lui faudrait toute l'amertume d'Yggdrasil pour survivre à la tragédie qui l'avait frappé. Une bien étrange façon de voir les choses et d'envisager l'avenir, mais il semblait avoir été amputé des bons côtés de sa psychologie en même temps que de son bras gauche. C'était un personnage fort sombre que le jeune Einherjar était devenu... Il arrivait que sa conscience et les réminiscences de ce qu'il avait été le frappent de plein fouet, mais il avait toujours bien vite fait de les balayer, comme s'il ne s'agissait pas d'importants remords.

L'air renfrogné, pour ne pas dire apathique, le jeune homme traversait d'un pas décidé les corridors du palais, qu'il souhaitait quitter au plus vite afin de s'en retourner chez lui, où il pourrait se terrer comme la bête sauvage qu'il était devenu. Il n'y avait que les autres que cela dérangeait, lui se fichait parfaitement de donner l'impression de n'être plus qu'un homme irascible et asocial. Après tout, n'était-ce pas là la plus simple des vérités ? Il aimait autant qu'on lui fiche la paix, il ne désirait point s'embarrasser de curieux qui viendraient mettre le nez dans ses affaires. Cependant, le stratagème avait ses limites, il y avait toujours quelqu'un ou quelqu'une pour ne pas réaliser que la solitude à laquelle il aspirait était plus un besoin qu'une envie. Ainsi, il grimaça lorsque des pas firent écho aux siens dans le couloir. Bien qu'il eut envie de continuer sa route sans prêter attention à quiconque pouvait l'avoir rejoint, volontairement ou non, son instinct lui souffla de s'arrêter, ce qu'il fit non sans soupirer longuement. Il ne bougea pas lorsque la voix familière de Fulla s'éleva, mais n'eut d'autre choix que de la regarder quand elle se rapprocha de lui. S'il avait besoin d'un peu de calme ? Válar haussa un sourcil circonspect, et s'il avait pu le faire, il aurait croisé les bras. Au lieu de cela, il se contenta de poser son unique main sur sa hanche, à la manière d'un parent profondément agacé par son enfant. « Non, naturellement je me suis isolé de la foule dans l'espoir d'être incommodé par l'une des suivantes de Frigga. » Plus que de réelle méchanceté, il s'agissait de son incapacité à trouver les mots adéquats pour s'adresser à la jeune femme, laquelle il semblait avoir rayé de ses pensées et de son existence depuis le drame qui l'avait touché. Fulla ne serait pas la première à faire les frais de sa frustration, et certainement pas la dernière.

C'était toutefois dans le but de lui épargner sa cruauté que l'on pourrait juger de gratuite qu'il l'évitait, comme beaucoup d'autres dans le même cas. Plus gêné de la trouver là que réellement ennuyé, il fit mine de durcir son regard. « Ne devrais-tu pas être auprès de ta marmaille, ou de la Maternité, plutôt qu'égarée dans un couloir, à faire la causette à un Einherjar de bien piètre humeur, hm ? » Il préférait la rabrouer, se montrer désagréable, plutôt que devoir composer avec son air triste et sincèrement compatissant. De plus, il ignorait comment se comporter en sa présence, elle qu'il s'était autrefois amusé à courtiser – longtemps après qu'elle ait perdu son époux – et avec laquelle il était finalement devenu ami. Il l'avait bien souvent charriée à cause des attributions qui étaient les siennes, protectrice des vierges et déesse de la fertilité, il y avait de quoi rire ! Un grognement ronchon lui échappa tandis qu'il détaillait la déesse de la tête aux pieds, avant de lâcher un peu brusquement : « Pitié, ne me dis pas que tu es ronde comme une barrique et qu'il faut que je te raccompagne jusqu'à tes appartements. »


sometimes the heart just beats itself apart
When gods die, they die hard. It’s not like they fade away, or grow old, or fall asleep. They die in fire and pain, and when they come out of you, they leave your guts burned. It hurts more than anything you can talk about. And maybe worst of all is, you’re not sure if there will ever be another god to fill their place. Or if you’d ever want another god to fill their place. You don’t want fire to go out inside you twice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse de la fertilité

ϟ MESSAGES : 68
ϟ INSCRIPTION : 23/03/2015
ϟ LOCALISATION : au Palais doré.
ϟ HUMEUR : favorable


NO WORDS CAN EXPLAIN THE WAY I'M MISSING YOU.




MessageSujet: Re: I NEED YOU THE MOST ❥ válar   Mer 8 Avr - 1:36

i need you the most

Plusieurs hommes avaient tenté de séduire la déesse de la fertilité par le passé, et qui pouvait vraiment l’en blâmer? Elle faisait hommage aux envies les plus profonds de la féminité, celle de pouvoir élever une myriade d’enfants. Pourtant, jamais Fulla n’avait semblé s’intéresser réellement à la gent masculine, au contraire, elle semblait bien plus se ranger du côté des vierges qu’elle protégeait. Elle avait refusé bien des demandes, des regards déplacés et des caresses qu’elle avait ignorées. Jusqu’à ce que l’Or apparaît dans sa vie, son sourire aussi incandescent que l’armure qu’il arborait. Comme si Thor les avait frappé de sa foudre, les deux Dieux tombèrent amoureux l’un de l’autre. Leur histoire est un peu trop parfaite et sans défauts pour certains, du moins jusqu’à ce que Björn périsse lors d’un combat. C’était des plus soudains, car l’Or savait pertinemment comment se battre, appréciait les batailles depuis des centaines d’années. Plusieurs diront que c’était une erreur de débutant, mais jamais Fulla ne voulut le croire. La mort de son mari la changea, elle se dit qu’elle ne pourrait jamais être aussi heureuse qu’elle eût pu l’être. Heureusement, ses enfants la comblaient plus qu’elle ne l’aurait jamais cru et c’est avec eux qu’elle bâtissait chacune de ses décisions. Une fois veuve, la déesse était à nouveau aux prises avec des propositions des Dieux, l’un d’eux n’était nul autre que l’Einherjar qui lui faisait face. Válar et Fulla se côtoyaient dans le palais d’or, étant tous deux au service du roi et de la reine. Bien évidemment, les sourires de la déesse ne le laissèrent pas indifférent et il tenta comme plusieurs de gagner son intérêt. Il réussit à l’avoir, sans doute pas de la manière dont il souhaitait réellement, mais au moins il comptait aux yeux de la Fertilité plus que la plupart des Dieux pouvaient le dire.

L’année dernière, Válar avait perdu son bras et ce qui lui semblait être son cœur en même temps. Il ne fut plus jamais le même et Fulla pleura beaucoup sa relation brisée. La colère qui rongeait l’Einherjar avait l’air éternel, la déesse avait bien essayé de se rapprocher à nouveau de lui depuis tous ces mois. Au fil des remarques désobligeantes et de ses regards qui l’ignoraient, elle avait laissé tomber. Ce soir, l’alcool lui donnait le courage qui lui manquait depuis un moment déjà. Douce, elle essaya de lui faire comprendre qu’elle ne voulait pas se disputer avec lui, bien que la déesse n’avait jamais élevé la voix devant cet homme. L’armertume et la froideur dans sa voix firent frissonner la déesse qui ne s’attendait toujours pas à ce genre de comportement de celui qui avait été son ami. Ne lui avait-il pas adressé ne serait-ce qu’une parole vide de cette indifférence depuis un an? Elle aurait dû s’y habituer, sauf qu’elle en était incapable, son cœur se retrouvant percé sous les assauts du guerrier. Il ne la nommait même pas, se contentant de lui faire comprendre qu’elle ne méritait même pas son attention. Aussitôt, les mains de la déesse se réfugièrent dans son dos, serrant ses mains pour se retenir d’agripper ses bras. Une autre attaque la désarçonna lorsqu’il mentionna ses enfants, qui étaient sacrés à ses yeux et il le savait pertinemment. « J’avais besoin d’air. » Avait-elle lâché, les dents serrées. La façon dont il la détailla lui fit froid dans le dos et elle se demanda réellement si elle n’avait pas imaginé leur amitié par le passé. Ses lèvres se pincèrent lorsqu’il commença à parler, mais un sourire finit par s’étirer sur celles-ci. Si elle pouvait lui répondre et se sentir en plein contrôle de ses moyens, tant mieux.

« À un autre moment, tu aurais employé un tout autre ton et aurait adoré l’idée. » Il aurait suffi d’un peu de paroles pour qu’elle accepte de le suivre, peu importe où il le souhaitait. Désormais, lui parler était une corvée, voire une souffrance aux yeux de l’Einherjar. Non, elle n’était pas saoule, au contraire, il lui semblait qu’elle n’avait jamais été aussi bien depuis des siècles. « Je n’ai pas besoin de ton aide, encore moins de ton mépris. » Elle leva la tête, essayant d’être aussi froide que possible, bien que ça ne fonctionne pas réellement. Ses prunelles cherchèrent celles du guerrier et elle sentit son cœur frémir. Il lui manquait tellement. Ses sourires, ses blagues, tout chez lui avait été un bonheur de côtoyer jusqu’à ce qu’il perde un bras. Elle combattit aussitôt contre son corps qui voulait trembler, contre ses épaules qui sursautaient et contre ses yeux qui se remplissaient d’eau. « Pourquoi agis-tu ainsi, Válar? Elle se doutait bien de sa réponse, mais franchement, elle n’avait jamais considéré la perte de son membre comme quelque chose de grave. Elle serait toujours là à ses côtés s’il avait besoin d’elle, bien que tous savaient que le contraire était plus vrai. Fulla avait besoin de l’ancien Einherjar qu’elle avait connu, plus que jamais auparavant. Elle se sentait si seule, malgré l’amour qu’elle éprouvait envers ses enfants, elle avait besoin de cet ancien mortel.









+ DÉESSE DE LA FERTILITÉ.
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ϟ MESSAGES : 96
ϟ INSCRIPTION : 06/01/2015
ϟ LOCALISATION : Probablement accroché à une pinte d'hydromel au fond d'une taverne crasseuse
ϟ HUMEUR : Exécrable



« People are not
rain or snow
or autumn leaves;
They do not
look beautiful
when they fall »




MessageSujet: Re: I NEED YOU THE MOST ❥ válar   Sam 25 Avr - 4:35

I need you the most
FULLA & VÁLAR

Si Válar s'était vu, sans doute aurait-il eu honte de son comportement. Traiter une Dame de cette façon ne lui ressemblait guère, s'il avait toujours été un charmeur invétéré, il avait aussi toujours fait attention à ne pas franchir les limites du raisonnable et du respectable, et ne s'était jamais permis de réclamer plus qu'on ne voulait bien lui offrir. Après tout, il était né viking et comme chacun, il avait appris à aimer et respecter celles qui donnaient la vie. À Asgard, il avait découvert une société dont la femme était le cœur, et s'il en avait profité plus qu'à son tour, c'était systématiquement avec le plus grand respect. Auparavant, il n'aurait jamais traité ainsi une demoiselle ainsi, encore moins une amie. Ils étaient censés être amis, Fulla et lui. Et il était censé la considérer en conséquence, au lieu de l'attaquer gratuitement au simple motif qu'il était de piètre humeur. Car de piètre humeur, il l'était depuis l'attaque des géants, voilà plus d'un an que cela durait et qu'il était parfaitement insupportable avec quiconque lui adressait la parole. Il était devenu comme un loup qui aurait perdu une patte à cause d'un piège de chasseur, méfiant, violent et plus prompt à montrer les crocs qu'à courber l'échine. Il s'était à ce point persuadé que la rage qui l'habitait était sa seule façon de rester en vie et de continuer à mettre les pieds l'un devant l'autre, qu'il en avait oublié qu'il n'était pas le seul à Asgard à souffrir, que sa peine, quoiqu'elle lui soit propre, n'avait strictement rien d'exceptionnel et ne lui donnait nullement le droit de traiter ses pairs et ses proches comme des moins que rien. Bien des choses étaient excusables et compréhensibles, et son comportement ne l'était pas. Hélas, nul n'avait encore eu la merveilleuse idée de le lui dire, ni même de lui remettre les idées en place à l'aide d'une bonne paire de claques.

Heureusement pour lui – ou malheureusement, tout dépendait du point de vue, Fulla était une déesse sensible et délicate, il n'avait pas le souvenir de l'avoir jamais vue faire usage d'une quelconque violence, qu'elle soit physique ou psychologique. Non, de toute évidence, c'était un domaine qui lui appartenait pleinement... Ses mots dépassaient bien souvent ses pensées, et si généralement il n'en avait rien à faire, il éprouva un certain pincement au cœur lorsqu'il vit la mine de Fulla désenchanter radicalement, avant que ses yeux ne se mettent à briller. Il n'avait pas eu envie de la blesser, simplement de la pousser à le laisser en paix. C'était son nouveau mécanisme, parfaitement rodé, d'auto-défense, dont il usait et abusait pour qu'on le laisse seul le plus souvent possible. Il n'y avait guère qu'Eivind qui n'était pas impressionné par son tempérament hargneux et la plupart de ses frères d'armes lui avaient tourné le dos après qu'il ait rejeté leur aide à chaque fois qu'ils la lui avaient offerte. Ce fiasco qu'était devenu son existence, Válar l'avait créé lui-même. Ce n'était que pour se décharger de toute responsabilité qu'il continuait à blâmer Loki et les Jötuns, un comportement pour le moins hypocrite qui finirait sans doute par lui coûter bien plus que ses amis.

Pourquoi agissait-il ainsi ? La question le désarçonna plus qu'il ne l'aurait cru, pendant une poignée de secondes il eut l'air complètement perdu, comme s'il venait de se réveiller loin de là où il s'était endormi. Il fronça alors les sourcils et se renfrogna complètement, puis eut le malheureux réflexe de vouloir croiser les bras. Comme à chaque fois, il se trouva bien bête pendant un instant, puis un grognement lui échappa tandis qu'il s'appuyait lourdement contre une colonne de marbre. Il resta silencieux, aussi bien parce qu'il espérait encore la voir déguerpir que parce qu'il ignorait ce qu'il pouvait bien lui répondre. Seulement voilà, Fulla ne semblait plus décidée à tourner les talons qu'il ne l'était. Alors Válar soupira longuement, et il haussa les épaules avec une désinvolture feinte. « Ai-je réellement besoin de te l'expliquer... ? » Un sifflement agacé lui échappa. « Vous agissez tous comme si j'étais toujours le même, comme si rien n'avait changé, comme si la perte de mon bras était un détail sans importance et ne méritant aucune attention. » Il eut un petit rire, grave et sinistre, qui résonna dans les couloirs aux hauts plafonds. « Vous n'avez pas la moindre petite idée de ce que cela fait... de devoir réapprendre les gestes basiques du quotidien... d'enchaîner échec après échec... de supporter les regards pleins de pitié que l'on m'adresse lorsque j'ai le dos tourné... Sais-tu combien de fois Ove a tenté de me renvoyer de la garde, hm ? Parce que selon lui je ne représente plus l'excellence des Einherjar, parce que je ne suis plus fichu de combattre comme je le devrais ? » S'il parlait à voix basse, son ton était dur, cinglant et c'était à grand peine qu'il dissimulait la colère qui l'habitait. « J'étais parmi les meilleurs... Les meilleurs, Fulla ! J'étais enfin quelqu'un, j'avais enfin fait quelque chose de ma vie... Et maintenant regarde-moi... C'est tout juste si je suis digne de garder les appartements de Frigga. » Il leva les yeux au ciel, secoua la tête. « Comme si elle en avait besoin... Tu veux savoir pourquoi j'agis ainsi... ? Peut-être parce qu'en perdant mon bras, j'ai perdu tout ce qui faisait de moi l'homme que j'étais. Et à moins que tu n'aies une solution miracle pour me rendre ce membre, je n'ai nulle échappatoire. »


Spoiler:
 


sometimes the heart just beats itself apart
When gods die, they die hard. It’s not like they fade away, or grow old, or fall asleep. They die in fire and pain, and when they come out of you, they leave your guts burned. It hurts more than anything you can talk about. And maybe worst of all is, you’re not sure if there will ever be another god to fill their place. Or if you’d ever want another god to fill their place. You don’t want fire to go out inside you twice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I NEED YOU THE MOST ❥ válar   

Revenir en haut Aller en bas
 

I NEED YOU THE MOST ❥ válar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Neuf royaumes :: Asgard :: le palais d'or-