lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Sam 30 Mai - 20:07






La scène faisait brièvement penser à un tableau ou à un conte conté par un midgardien. Un méchant dragon contre de simples mortels qui ne pouvaient rien faire à part se terrer et attendre. Mais voilà que les dieux, pris de pitié pour ces mortels sans défense, avaient décidé dans leur grande miséricorde de les sauver. La déesse de la musique songeait déjà à toutes les musiques qui s'élèveraient en l'honneur de cette tragique bataille qui était en train d'annihiler de nombreuses vies.

Tout sourire avait désormais quitté le visage de la déesse de la musique. Cet endroit rayonnait de haine et de magie à présent. Les Dieux avaient enfin ouvert les hostilités. Le mot "enfin" résonnait étrangement dans la tête d'Ida, mais il fallait parfois oublier le pacifisme et se jeter dans le feu de l'action. Elle n'avait jamais aucun mal à le faire d'ordinaire, a fortiori si des vies innocentes étaient en jeu. Alors elle était là, ses pouvoirs en ébullition, prêts à s'échapper de ses mains. Car si la déesse de la musique utilisait d'ordinaire des instruments, ces circonstances exceptionnelles requéraient davantage que de jolies notes sur un violon. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ainsi que le disaient les mortels, qui étaient à présent en panique. Lorsque le dragon serait hors d'état de nuire, la déesse avait bien l'intention d'aider les humains, car elle croyait en eux.

Les dieux les plus puissants avaient déjà bien avancé le travail. Il était plaisant de savoir qu'ils venaient en première ligne au combat, ils soutenaient leurs troupes. Quelle ne fut pas la surprise de la déesse de voir Loki en première ligne ! Ida avait presque eu un sourire à cette vision. Mais ce demi-sourire disparut aussitôt à la vue de la bête. Même avec une aile de moins et les meilleurs soldats d'Asgard autour, l'animal restait dangereux. Ida ne savait pas réellement se battre mais comptait sur sa musique pour calmer le dragon, ou le cas échéant le rendre sourd. Cela allait lui demander un gros effort du point de vue de son énergie magique car la colère de l'animal dépassait l'entendement.

Mais Ida avait une fois de plus oublié qu'elle devait faire preuve de prudence. Comme Hrönn serait agacée de la voir prendre à nouveau des risques mortels ! La déesse avait commencé à jouer, pour l'instant elle tâchait de discipliner l'animal mais cela s'avéra presque inefficace. Alors Ida entreprit de le rendre sourd, afin de l'effrayer suffisamment pour qu'il s'arrête de cracher des flammes et surtout, qu'il reste dans le cercle qu'avaient formé Einherjar et Valkyries. Le dragon semblait désorienté et perdu, bien que son agressivité ne faiblissait manifestement pas. « Tu aurais dû te calmer bien avant, créature. Crois-moi que la surdité ce n'est pas drôle ! », déclara-t-elle en continuant d'alimenter les oreilles du dragon d'ultrasons.

Ce dernier commença à s'agacer après la déesse, malgré le long moment qu'il lui fallut pour comprendre d'où venait ces horribles sons. Sons qui auraient causé un mal de crâne à Thor en personne, si ce dernier s'en était trouvé accablé. Mais Ida ne décela évidemment pas le danger, trop occupée à concentrer ses ultrasons sur la créature, qui était la seule à les entendre. Il serait en effet beaucoup plus difficile d'agir sur plusieurs êtres à la fois, heureusement qu'il n'y avait qu'un seul dragon à maîtriser. Seulement voilà, elle se trouvait en pleine ligne de mire de ses flammes. Elle allait finir grillée d'un instant à l'autre. Le jabot à feu du dragon commença à rougir dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 144
ϟ INSCRIPTION : 07/05/2015
ϟ LOCALISATION : Tromso
Son oncle Hakon est constructeur de bateaux et membre du Thing. L'épouse de ce dernier, Hadda, possède une ferme laitière et d'importants troupeaux de chèvres, c'est donc une famille aisée ♠️ Elfi est très fine archère et bonne chasseuse ♠️ Elle prie principalement les déesses, Ran, les Vagues, Gersimi & Hnoss, Sol, Freyja, Jord et Skadi.




MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Sam 30 Mai - 23:54




Fairy tales are more than true: not because they tell us that dragons exist, but because they tell us that dragons can be beaten


Explosions et pétarades, hurlements et éboulements, tonnerre et pluies diluviennes, destruction et annihilation, c'était à peu près ainsi qu'Elfi s'était imaginée le Ragnarök lorsqu'elle était enfant et qu'on lui avait enseigné le concept. Elle ne parvenait même plus à se souvenir de qui lui avait causé de cela en premier. Njall sans doute...

Njall !?! D'un coup sa grosse tête chauve venait d'apparaître au-dessus d'elle. Secouée d'un spasme de surprise, elle lui adressa un regard rond et légèrement vide tandis qu'il s'adressait à elle, avant de bafouiller sitôt qu'il se fut tu :

-Qu-Quoi ?! Ma tête est brûlée ?! en venant se plaquer une main noire de crasse sur la bouille pour vérifier que l'entièreté de son visage était encore en place.

C'était le cas heureusement, et déjà son esprit tout entier s'absorbait à nouveau dans la contemplation subjuguée de la bataille. Elle était presque certaine qu'il s'agissait de Valkyries là-bas, près du dragon. Par la barbe du vieux Odin qu'elles étaient belles ! Les guerrières de Freyja avaient de tout temps fait rêver la rouquine et elle en avait incarné plus d'une lors de ses jeux d'enfant. Bon sang, elle se voyait déjà, prise d'un second souffle, saisir une lame et se joindre à elles pour terrasser la bête, lui asséner le coup final en lui tranchant la tête, en ressortir aspergée de sang noire et acclamée par tous, même par Thor !

Dans l'exacte même temps ses yeux pâles étaient comme agressés par la désolation ambiante. La tension était trop dense pour qu'elle puisse l'extérioriser, mais quelque chose en elle était profondément peiné de voir l'état chaotique du village. De toute évidence, ils parviendraient à sortir vivants de ce désastre, mais n'en restait pas moins vrai qu'ils avaient tout perdu. Plus de bateaux, plus de maison, plus de rien du tout, et qui donc leur offrirait réparation pour tout cela ?

-Espèce de gros lézard PUANT ! Ils vont t'découper en rondelles tu vas voir ! beugla Elfi avant de se perdre dans une quinte de toux.

Un hurlement qui n'eut pas l'air de plaire à Njall étant donné qu'attirer l'attention n'était pas prescrit pour le moment. A nouveau il l'entraîna en arrière, et comme elle brûlait trop de connaître l'issue du combat, elle trouva tout de même le moyen de se débattre, même si son manque flagrant d'énergie ne lui permettait pas d'opposer une résistance suffisante.

-Rah mais qu'est-ce que tu veux qu'on foute sur la plage ?! Y'a rien là-bas ça sent juste la mort ! Regarde ! Ils sont tous là, ils sont tous venus, tu vas quand même pas faire ta LOPETTE ?! A nouveau ses poumons s'écorchèrent et elle se mit à tousser de plus belle. N'empêche qu'elle se fichait bien de terminer au Valhalla. Olaf l'y attendait, et elle ne laissait pas son oncle sans héritier, Rudolf était là maintenant. Elle n'avait absolument pas peur de la mort et d'ailleurs à ce propos, quitte à mourir, elle préférait mourir ce matin, car l'aube qu'ils vivaient serait certainement chanté pour l'éternité. Comment imaginer plus belle façon de mourir que celle-ci ?! Si personne regarde jusqu'au bout, y'aura personne pour s'en souvenir et l'raconter aux autres, érudit d'mes FESSES !

(c) Bloody Storm



Find the cost of freedom, buried in the ground
Mother earth will swallow you, lay your body down
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - leysingi

ϟ MESSAGES : 695
ϟ INSCRIPTION : 15/11/2014
ϟ LOCALISATION : Quelque part entre les vestiges du village et la sylve.
ϟ HUMEUR : La mousse aux lippes, enragé mais déterminé.



« La colère vide l'âme de toutes ses ressources, de sorte qu'au fond paraît la lumière. »



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Dim 31 Mai - 16:43

S
ous ses prunelles, venait de se jouer une scène qu'il n'aurait jamais imaginé voir un jour. Le benjamin Odinson bondir à la rescousse d'un frère qui n'était pas réellement de son sang, déchu et honni par le tout Yggdrasil, sans que cela ne l'empêche d'être vigilant à son égard. Mais point le temps d'ergoter sur les relations familiales de son obscur démiurge, qu'il vit par ailleurs accourir dans sa direction pour apporter l'aide pour laquelle il clabaudait tant. Sensiblement à l'écart, il contempla la puissance du jötun auquel il avait dévoué son existence, et s'il lui arrivait parfois de faire preuve d'une désinvolture taquine pour se donner l'illusion que Loki n'asseyait pas une autorité totale sur son être, il fit cette fois montre d'une déférence criarde. A lui seul, la déité parvint à accomplir ce qu'une cohorte de fiers mastodontes n'avait pu faire, et ce n'était qu'un iota de ce qu'il était capable de faire. Femme et enfant hors de danger, il était temps de se sortir de l'inertie, ce que l'éclaireur s'apprêta à faire avant que son élan ne soit endigué par son prince, auquel il offrit une oreille attentive. Il répondit d'un hochement de tête positif et hâtif, et soubresauta, par étonnement, à la sensation qui ankylosa la douleur de son bras brûlé. Il s'éloigna ensuite, et fit quelques mouvements de son membre pansé pour constater que le mal était pour l'instant éteint, bien que cela ne durerait probablement pas.

Il leva alors la tête pour examiner les alentours, aperçut Elfi et Njall dans un aparté vraisemblablement abrasif, puis se fit soudainement empoigner. « Mon amour ! Lihra ?! Mais qu'est ce que tu fous encore ici ? - et ne m'appelle pas comme ça ! » Il se dégagea de l'étau de sa troisième épouse, qui revint à la charge. « Arnorr, ton visage, tu es blessé ! Et ton bras ! Arrête de chialer tu veux, et va te réfugier à la plage avec tous les autres ! Non, je reste avec toi ! » Il la bouscula violemment. « DEGAGE, tout de suite ! » Ils sentirent le sol frémir sous la véhémence du dragon et les extraordinaires offensives des dieux, et la queue du reptile de balayer les demeures déjà pour la plupart détruites, avec, sur son chemin, le couple en différend. L'Ormfrid ne vit pas la menace arriver dans son râble, ce fut la donzelle face à lui qui s'élança contre lui. « Attention !! » Un heurt, des cris, une nue de poussière et de cendre dans la bouche, et le jeune homme cessa un instant de respirer, à demi enseveli sous des décombres. Décombres desquels il finit par se dégager sans pour autant se relever, indemne – ou pas plus meurtri que ce qu'il n'était déjà – jusqu'à apercevoir, à quelques coudées devant lui, Lihra. Un morceau de poutre transformé en un pieu mortel dans la gorge, la pauvrette agonisait, se vidait de son sang devant son mari, perclus d'horreur. Il ne put bouger, et la contempla rendre son dernier souffle, les yeux fichés dans les siens, non plus conscient du danger qui l'entourait et était susceptible de le faucher d'une seconde à l'autre.



җ җ җ җ җ җ җ җ җ җ
« J'ai ce besoin de détruire ce qui m’entoure. Ce n'est pas parce que c'est plus facile que de construire, non, car en vérité, construire n'est pas bien ardu non plus. C'est d'entretenir qui est complexe, et totalement impossible quand on voit les choses en grand. Alors je détruis sans vergogne. Je sabote les fondations même, afin que celles-ci s'effondrent et que de ces amas ne puisse rien ressurgir. Je ne suis qu'un saboteur, et c'est la seule chose que je sais faire sans erreur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - jarl

ϟ MESSAGES : 191
ϟ INSCRIPTION : 10/10/2014
ϟ LOCALISATION : Dans un charnier nommé Tromsø
ϟ HUMEUR : Combative mais terrifiée


ϟ L'HOMME SAGE N'EST JAMAIS LOIN DE SES ARMES ϟ



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Dim 31 Mai - 17:30

Fébrile, il s'approcha de ce qu'il restait de la demeure. L'amoncellement de débris était impressionnant et la bâtisse menaçait de s'effondrer plus encore si par malheur une malheureuse pierre venait à être retirée au mauvais endroit. Le sauvetage des prisonniers ensevelis sous les décombres était des plus risqués et l'idée que Brynja puisse faire partie de ceux-là lui retournait l'estomac. Pire encore, dès l'arrivée du dragon il avait ordonné à la jeune muette de fuir avec Svenja et les deux femmes avaient alors reçu l'interdiction formelle de se séparer. Il avait clairement vu Brynja disparaître mais elle n'avait pas été la seule. Accompagnée d'une jeune femme aussi blonde que sa sœur et portant dans ses bras une petite silhouette. Sunniva sans aucun doute. Les plus grandes craintes du guerrier venaient de s'emparer de lui. Peut-être venait-il de perdre du même coup sa sœur bien-aimée ainsi que sa promise. Et l'idée d'annoncer à son ami le plus ancien et le plus cher la perte de sa petite fille le révulsait d'avance. Elles devaient être vivantes. Toutes les trois. Les dieux étaient finalement venus à leur rescousse, ils ne pouvaient donc être cruels au point de rappeler du même coup trois des plus douces créatures de Midgard. Fébrile et tétanisé par cette terrible pensée, il arriva enfin sur les lieux de la catastrophe. Une main vint alors se presser contre son épaule et lorsqu'il se retourna vers son propriétaire le Jarl fut plus sonné encore. S'il s'était attendu à se faire rapidement rejoindre par ses semblables pour lui venir en aide il n'imaginait pas une seconde se faire épauler par un divin. Une déesse d'une grande beauté à la chevelure aussi blonde que le blé. Il était certain de ne jamais l'avoir croisée malgré ses quelques passages sur Asgard et pourtant il avait l'étrange sensation d'avoir déjà croisé ses traits. Il lui fallut quelques secondes pour déceler sur ce visage quelques similitudes avec le Tonnerre et il ne tarda pas à comprendre qu'il se trouvait en présence de Dame Jörd, Nature personnifiée. Si la situation avait été tout autre sans doute aurait-il été amusé par cette découverte mais pour l'heure celle-ci était presque anecdotique. Accroupi aux côtés de la Terre il aperçut Brynja piégée par les décombres, visiblement terrifiée et affaiblie mais bien vivante. Elle tenait serrée contre elle le petit corps de Sunniva dont Hagen ne percevait que le sommet de la tête blonde. Faites qu'il ne soit pas trop tard.

Et tandis que Jörd écartait les débris afin qu'il puisse atteindre les victimes de l'éboulement, Hagen était rejoint par son frère. La présence de Klaus à ses côtés touchait grandement le Jarl. Il en était également soulagé puisque cela signifiait que le guerrier était sorti indemne de son attaque contre le dragon. Les bras massifs de son colosse de frère parvinrent finalement à tirer des décombres le corps tuméfié de la jeune femme qui se tenait tout près de Brynja. Malgré son insistance à être sauvée la dernière, Tora fut rapidement secourue. Hagen avait confondu la völva avec sa sœur et s'il était soulagée de savoir la jeune femme à présent hors de danger, il ne pouvait se réjouir pour autant. Brynja et Sunniva étaient quant à elle toujours prisonnières et Svenja était donc introuvable. Une fois Tora mise à l'abri les deux fils de Hrothgar mirent donc tous leurs efforts pour venir en aide aux dernières prisonnières. Grâce à l'aide de Dame Nature, Hagen put atteindre Brynja, non sans quelques difficultés. « Je suis là. Tout va bien. Donne moi Sunniva. » Il s'empara du petit corps frêle de la fillette. Il ne put masquer son soulagement lorsqu'il la découvrit bien vivante. Il tendit l'enfant à Klaus afin d'avoir les bras libres pour dégager la jeune femme. Enfin sortis de cette prison sordide, il transporta Brynja dans le creux de ses bras jusqu'à l'endroit où avaient été emmenées Tora et Sunniva. « C'est fini. Tout va bien. » Il la déposa avec d'infimes précautions mais malgré toute sa bonne volonté il ne put empêcher une grimace de douleur sur le visage de la jeune muette. « Tu dois avoir quelques côtes cassées. Que tous les dieux soient loués, ce n'est « que » ça. J'ai eu tellement peur Brynja, tu devrais être à l'abri depuis longtemps. Où est Svenja ? » Sa voix vibra légèrement lorsqu'il posa cette dernière questions. Elles avaient eu pour ordre de ne pas se séparer et l'absence de sa jeune sœur l'inquiétait donc grandement. Et il n'obtiendrait évidemment aucune réponse de Brynja. Il déposa un baiser sur ses lèvres asséchées par la chaleur et la poussière avant de se tourner vers Klaus. « Conduis les jusqu'à la plage mon frère. Veille à ce qu'elles y arrivent sans encombres. Et par pitié retrouve Svenja. Je te fais pleine confiance. Je vais rester. Je dois rester. Je ne quitterais ce village qu'en ayant la certitude que tous ses habitants encore vivants en aient fait autant. C'est mon devoir. Si je devais repartir avec les dieux, sache que tu as toute ma confiance pour... » Il s'arrêta soudain refusant d'évoquer cette éventualité devant Brynja mais il n'avait plus le choix. S'il décidait de rester combattre il prenait le risque de ne pas en réchapper. Et il ressentait à présent la nécessité de parler une dernière fois à son cadet. « Je te fais confiance Klaus. Je sais que tu veilleras sur Tromsø mieux que je ne l'ai probablement fait. » Il donna une dernière accolade à son frère avant de rejoindre la déesse restée à leurs côtés. « Dame Jörd, je vous dois une reconnaissance éternelle. Vous venez de sauver trois jeunes femmes très chères à ce village. Je sais enfin d'où le Tonnerre tient son courage et son altruisme. Il me faut fouiller toutes ces ruines à la recherche d'éventuels rescapés. Je refuse d'abandonner qui que ce soit à ce funeste sort. Puis-je compter sur vous ? Avec toutes ces divinités dans les parages, il me paraît évident que je suis désormais une proie plus aisée que jamais pour ce maudit reptile. » Un sourire se dessina malgré tout sur son visage. Il était conscient des risques inconsidérés qu'il prenait. Combattre un dragon et un loup géant était pure folie pour un éphémère. Mais combattre auprès des dieux était un honneur et mourir pour Tromsø un devoir.



F
rom the lands of the Norsemen comes freedom, freedom comes from death on the battlefield. Then go to Valhalla, where Odin has wisdom. We died when a sword crashed onto shield. Don’t be sad ‘cause this is what we long for, this is how we must end our long voyage. To pay tribute to them we give a roar, the reason why, this is our heritage. Just remember, trust in the gods, they're strong. Valhalla is where we all must belong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dieu des océans

ϟ MESSAGES : 612
ϟ INSCRIPTION : 18/02/2015
ϟ HUMEUR : Aussi imprévisible que l'océan


WITH WATER AND BLOOD



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Dim 31 Mai - 20:50

La boutade du Roi s’échoue contre les oreilles de l’Océan comme le ferait une pauvre vaguelette contre un récif. Elle l’effleure et appose sur ses lèvres l’ombre d’un sourire qui disparaît aussi rapidement qu’il est venu. L’heure n’est plus à la plaisanterie, et bien que tirailler les nerfs du Tonnerre relève d’un de ses passetemps favoris, il n’est plus question de tels enfantillages en présence de telles créatures. Le Dieu s’apprête à attaquer le loup une nouvelle fois, mais le geste s’avorte lorsque la créature disparaît dans le néant. La surprise brise le geste, suspend le souffle de l’Océan qui en oubliant pendant le temps de quelque battement de cœur, la présence du dragon. Les vagues s’affolent contre la grève, témoignent du trouble de leur maître et viennent se briser contre les plages recouvertes de cendres et de cadavres avec force. Les pontons craquent, et ceux encore debout sont alors réduits en échardes léchant les flots. La corde de l’arc se tend à nouveau pour maintenir une fois de plus Skoll à distance une fois le monstre réapparu. Mais l’attaque se heurte à un violent échec. La secousse remonte le long du bras tendu de l’Océan, percute son épaule et un vent de souffre vient souffler contre sa peau. La chaleur fige son sang dans ses veines, et le bois de son arme vole en éclats. Echardes acérés secouant sur le sol, tiraillant la peau diaphane du Dieu pour l’éveillé de sa torpeur soudaine. Il recule, esquisse un pas de côté, trébuche contre un cadavre mais parvient à éviter de peu les crocs du monstre qui se referment contre sa main à présent vide. Tout contre sa peau, il sent le feu la brûler. Si proche et déjà le monstre n’est plus qu’un soupir de souffre. Si le dragon claquent des mâchoires et sifflent de dépit, Aegir lui serre les dents et darde son regard sur la créature. Il ne prête nulle attention au Bifrost et aux nouveaux arrivants, il se contente de jeter un regard en direction de ses phalanges qui se referment sur elles-mêmes en même temps qu’elles se parent d’écarlate. La douleur est secondaire, l’écorchure une simple griffure. Les vagues se brisent dans un nouvel assaut contre la grève, poussant les rescapés à s’éloigner des débris fumant d’une Tromsø aux abois. Dans sa colère silencieuse, l’Océan guide les mortels vers les récifs, et les grottes invisibles qui les sauvegarderont de la colère de ces deux créatures. La déité fait volte-face alors que le sol tremble. Une nouvelle bâtisse s’effondre et ensevelit sous ses gravats des âmes innocentes. Trop de sang versé. Trop de victimes. Il se demande encore ce qui l’a poussé à quitter les abysses salutaires de son palais. Pourquoi il a pris la décision insensée de prendre parti dans une lutte qui ne le regarde aucunement ? L’affaire des mortels. Il ne s’en soucie que trop. Ne parvient pas à se détacher de ces âmes qui le prient et le supplient.

Cendres et poussières lacèrent l’air, emplissent les poumons d’Aegir alors qu’il abandonne Skoll et ses funestes desseins. Que le fauve s’occuper du petit Roi, il n’en a cure. Il enjambe les débris et les corps carbonisés, insuffle à ses vagues les nuances de sa fureur sourde et les poussent plus avant dans les rues en flammes de la ville. L’envie sourde de faire s’échouer un raz-de-marée tel que le monde n’en a pas vu depuis des millénaires lui lacèrent le cœur. Ensevelir cet ilot de terre poussiéreux et ses monstres dans le ventre de flots avides de sang. L’Océan ravale ses noirs desseins d’un battement de cils juste avant d’agripper durement le bras d’un malheureux resté à terre devant le corps encore chaud d’une pauvre créature. « - Reste planté là et tu la rejoindras bien plus rapidement que tu ne le penses. » La poigne du dieu se fait de fer, entraîne le mortel à distance des décombres et le repose sur ses pieds d’une saccade. Il n’a que le temps de jeter un regard en direction de la blessure du rescapé que déjà un nouvel amas de bois s’enflamme et craque sous la force des flammes. L’urgence de la situation devient pressante, Skoll est un affreux contretemps qui va coûter bien plus de vie que la seule présence de ce maudit dragon. Aussi ridicule soit-il, sans le petit Roi, l’animal sera bien difficile à éradiquer. « - Tu peux marcher ? Rends-toi sur la plage. Dis à ceux qui s’y tiennent déjà de suivre les flots, de s’éloigner du port. Les vagues vous guideront vers un endroit protégé. Tu entends ? » Il n’a de temps pour s’assurer que l’homme a compris. L’Océan verse toute sa confiance entre les mains du viking, presse son épaule dans une accolade chaleureuse, qui jure avec la glace qui recouvre ses pupilles. Elles sondent celles de l’homme avant que le dieu ne lâche prise et abandonne le viking sur le sable gorgé de sang. La plage grouille plus qu’il ne l’aurait cru, et enfin son regard aperçoit les silhouettes familières de Frigga et Eir. C’est un chaos de cendres et de flammes qui se dressent devant ses pupilles.


Hail, Lord of the Sea-Foam, host of Aegirheim, Husband of the Robber-Queen, Father of the Nine Waves. May you forgive our carelessness with the great cold kingdom that is your realm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse de la terre

ϟ MESSAGES : 725
ϟ INSCRIPTION : 09/03/2014
ϟ LOCALISATION : Dans son sanctuaire à Asgard



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 0:02

Jörd essuie ses joues charbonneuses d’un revers de main, essayant de se concentrer sur les racines qui serpentent et soulèvent les décombres. Il y a tant de choses autour d’eux. Les cris de panique, le râle du dragon, et la multitude de tentatives de ses pairs pour mettre fin au carnage. Un homme rejoint bien vite le mortel pour qui les femmes prises au piège sont importantes et il lui prête main forte pour les extirper hors de danger. Lorsque Jörd entend un cri désespéré s’évanouir d’entre les débris, elle redresse le chef pour guetter la femme qu’ils en sortent. Elle les prie de sauver les autres avant elle, piquée par une culpabilité qui n’a pas lieu d’être. Silencieuse, lèvres closes, la déesse ferme les yeux pour mieux aiguiser ses sens et percevoir la présence des deux autres victimes dans son cocon protecteur. C’est bientôt à leur tour de pouvoir entrevoir la lumière et inhaler quelques bouffées d’air frais - une enfant et une jeune femme en état de choc mais saines et sauves. Jörd laisse les deux hommes dans leur aparté et se redresse pour s’incliner vers le champs de bataille. Kyrielle d’Einherjar et de Valkyries encerclent l’ennemi - toutes les forces asgardiennes se sont réunies pour protéger les mortels de leurs adversaires d’envergure, un regain d’espoir pour le dénouement de la confrontation. Il y a tant à sauver, tant à combattre... La Terre se sent vaciller l’espace d’un instant mais se ressaisit lorsque le Jarl se dirige vers elle. « Comment vont-elles ? » S’inquiète-t-elle au sujet des jeunes femmes. Il lui exprime sa profonde gratitude et elle lui adresse un sourire las. « Ne me remerciez pas, il reste beaucoup à accomplir. » Et c’est tout naturel pour les Dieux et Déesses qui ont juré de protéger Midgard de se trouver là aujourd’hui. Alors qu’il lui demande de lui prêter main forte, elle acquiesce d’un regard empli de sympathie. « Votre bravoure est admirable, viking. Quel est votre nom ? » Car c’est un guerrier qu’elle s’évertuera de protéger, quoiqu’il puisse lui en coûter. La Terre porte son regard en direction du paysage décharné et des huttes décimées. La plupart des incendies ont été étouffés, permettant ainsi à ses infants de circuler sans risquer de s’enflammer. Quelques arbres-penseurs s’avancent d’une démarche pesante dans le but de déblayer les débris et libérer les blessés.


Par un soir ténébreux de l'arrière-saison. Dans un coup de rafale une graine emportée, tombant contre les murs d'une haute prison, entre de vieux pavés mal joints s'est arrêtée. Alors, comme sortant d'un funèbre sommeil, Elle émerge à grand'peine et s'exhausse de terre, et d'un suprême effort aspirant au soleil elle frémit d'espoir, la pauvre solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse du soleil

ϟ MESSAGES : 808
ϟ INSCRIPTION : 05/10/2014
ϟ LOCALISATION : Pour la première fois depuis bien longtemps, Asgard, de son plein gré
ϟ HUMEUR : Déterminée à briller plus fort que l'Injustice



« I AM A CREATURE OF LIGHT AND FIRE
AND YET I LINGER IN THE DARK »



☾ ☼
tell me the story of how the Sun
loved the Moon so much
she died every night to
let him breathe



« THE SUN ALWAYS SHINES
ABOVE THE CLOUDS »



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 2:37

Firestorm
TOPIC COMMUN

Face à Sköll, le dragon n'avait rien d'un adversaire redoutable. Au mieux, c'était un lézard démesurément grand et un peu trop imbus de sa personne. Il allait rapidement déchanter et regretter d'avoir pris ce petit village pour cible, puisqu'il ne semblait pas décidé à rejoindre paisiblement Muspellheim, c'était dans l'Helheim qu'il allait atterrir. Si mon prédateur n'avait pas décidé de s'inviter au carnage, nul doute que Thor se serait déjà chargé de mettre un terme à sa folie destructrice. Eh bien au moins, le jeune souverain aurait un aperçu de ce à quoi Máni et moi devions faire face depuis près de quatre millénaires... Cependant, je craignais qu'il ne fasse pas le poids face à Sköll, car pour s'en défaire, la puissance de Mjölnir ne serait pas suffisante. Si l'envie de réduire le dragon en cendres pour lui faire goûter à son propre poison était tentante, le loup était mon fardeau, ma responsabilité, je ne pouvais donc pas laisser le Tonnerre seul face à lui. Trouvant Loki à mes côtés après mon baptême de l'air forcé, je me redressai avec une grimace en guise de sourire ourlant mes lèvres. Si j'étais surprise de trouver le Jötun dans cette bataille, je ne perdis pas de temps à l'interroger sur les raisons de sa présence, nous aurions tout le temps de papoter plus tard. Le chaos était total, mortels et divins étaient éparpillés, ce qui n'était pas pour faciliter la tâche de ceux qui essayaient de venir à bout du dragon. La vision du reptile qui glisse sur la glace a un petit quelque chose de pathétique et d'extrêmement satisfaisant à la fois ; à présent cloué au sol dans un périmètre de plus en plus restreint, il s'agite en tous sens et ses actions manquent de cohérence, la panique le gagne. Bien. Tandis qu'il lutte pour retrouver son équilibre, mon regard balaie la scène de désolation qu'est devenu Tromsø, à la recherche de Thor et de Sköll, que je finis par apercevoir, un peu à l'écart. De toute évidence, la capacité de se matérialiser et de se dématérialiser à sa guise de Sköll courrait sur les nerfs du roi, ce que je comprenais aisément, ayant moi-même bien du mal à garder la bête à distance pour cette même raison. Sans prêter grande attention aux troupes asgardiennes qui venaient enfin en renfort, je traversai le village aussi vite qu'il m'était possible de le faire, mon cœur loupant un battement lorsque Sköll se jeta de nouveau sur Thor. Louées soient les Nornes, celui-ci fut préservé de l'attaque du loup par Balder, contre le bouclier duquel il se heurta si violemment qu'il s'en retourna d'où il était venu. Cela me laissa juste le temps d'atteindre Thor ; si l'on m'avait dit que je m'inquiéterais un jour pour lui, je me serais étouffée de rire. « Agaçant, n'est-ce pas ? » Le ton employé était plus sérieux que moqueur, lorsque Sköll était concerné, j'étais rarement d'humeur badine. Furibond, il ne tarda d'ailleurs pas à réapparaître, cependant je ne lui laissai pas le temps de s'assaillir le souverain une fois de plus. En quatre mille ans, j'avais eu tout le loisir d'apprendre quelques stratagèmes pour le distraire et l'éloigner. Je le sifflai comme l'on aurait sifflé un cabot domestiqué, une sphère ignée dansant entre mes doigts. « Sköll ! Au pied ! » J'aurais volontiers sacrifié l'une de mes mains pour qu'il soit aussi simple de se faire obéir du prédateur, hélas, il s'agissait simplement de détourner son attention du Tonnerre pour que celui-ci ait l'occasion de frapper. L'une des grandes faiblesses de Sköll, c'était sa fascination pour les flammes, celles qui dansaient dans ma main semblèrent l'hypnotiser un instant avant qu'il ne retrouve ses esprits, et décide qu'il était grand temps de me croquer. Forte des leçons apprises au prix du sang, je lançai la boule de feu dans mon dos avant de me plaquer au sol, et d'instinct, Sköll suivit le projectile qu'il chercha à croquer comme s'il avait eu une quelconque substance. Cette distraction me laissa tout juste le temps de me placer stratégiquement entre le Tonnerre et lui. « Contre la chaleur et mes flammes, il est immunisé... Contre l'ondée et la foudre, je n'en suis pas si certaine. », informai-je le maître de ces éléments, sans pour autant quitter Sköll des yeux.


I promised you the Sun

But in the end, it's only a passing thing, this shadow. Even darkness must pass.
A new day will come. And when the sun shines it will shine out the clearer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dieu du chaos

ϟ MESSAGES : 940
ϟ INSCRIPTION : 30/06/2014
ϟ LOCALISATION : Mêlé à la gouape d’Asgard, dans quelque taverne ou bouge qui soit.
ϟ HUMEUR : Triviale, décadente, hostile à toutes bonnes mœurs.



And when you fall from that parapet,the sound you'll be hearing as you go down will be me,laughing my head off. ❞



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 4:25

I
l quitta prestement l’effigie d’Arnórr une fois l’avertissement édicté. L’on œuvrait suffisamment alentour pour que ces éphémères de mortels s’en trouvent épaulés, et Loki ne se sentait fichtrement pas d’humeur à proroger son acte altruiste ; une femme et un enfant, c’était déjà un quota à l’acmé du tolérable. Le Chaos préférait bien mieux récidiver contre cette immensité de dragon qui, depuis quelques minutes déjà, souffrait d’une cage armaturée par les plus valeureux soldats d’Asgard et de Vanaheim confondus ; de quoi sensiblement débecter le jötun qui ne manqua pas d’évaser sur ses traits un sempiternel rictus. Si les Valkyries ne lui faisaient ni chaud ni froid, la présence des Einherjars sut courroucer l’Obscur d’un grognement malfaisant. Il n’avait jamais eu une estime probante pour ces faquins cuirassés d’or, mais depuis qu’une faction de la garde s’était retournée contre lui et sa famille, il les abhorrait tout simplement. Tous autant qu’ils étaient. Indistinctement. Cela ne l’empêcherait évidemment pas de fendre cohue pour s’en revenir au reptile, car la bête était encore le meilleur exutoire envisagé dans cette pluralité d’ennemis. Ses orbes lazurites tombèrent comme une masse sur la frêle carrure d’Ida, qui à quelques jets de pierre s’efforçait d’atterrer le titanesque adversaire en jouant de son furieux instrument. Voilà qui était bien cocasse ! Il n’aurait jamais cru la Ménestrelle apte à guerroyer, moins encore à accabler l’ouïe d’autrui autrement qu’en faisant sonner ses prodigieux airs. En mirant le gosier du dragon s’incendier d’une prochaine gerbe enflammée, il dut toutefois accélérer le pas à travers les décombres et suspendre sa spectature folâtre. Obviant sa course de la muraille soldatesque, il grimpa graduellement sur les ruines encore fumantes de feue une monumentale bâtisse – l’étable, probablement – et bondit d’une ample foulée dans les airs, jusqu’à ce que ses bottes épaisses ne heurtent les maxillaires animales. La collision ne fit que peu chanceler le dragon, mais elle eut le mérite de lui clouer la gueule, obligeant son ardent crachat à se ravaler de moitié. On ne tairait pas la Musique de sitôt !

Atterrissant à peu de choses près sous le jabot reptilien, Loki dut esquiver un premier coup de patte en se jetant sur son flanc gauche – la glace présente sous la carrure du dragon lui permettant pareille diligence. Se relevant non loin d’une Valkyrie, il héla ensuite Ida. « Par le séant des Nornes, je ne sais ce que tu lui fais ouïr, mais à ce train, il va devenir plus incontrôlable qu’il ne l’est déjà ! » Et ce disant d'éviter un second coup de patte qui faillit bien l’écimer, avant de jeter un coup d’œil par derrière son épaule. Jörd s’était esbignée pour aider la peuplade, Thor et Sól s’occupaient de Sköll, et sur la berge au-delà, les divins secouraient la pléthore de survivants. Il y avait bien Aegir et ses flots, mais son entière attention paraissait derechef tournée vers le fieffé canin. « Soit. » Pesta le Mage, puis s’en revenant promptement sur la déesse, il requit. « Continue de l’enfieller. Il me faut une diversion. » Qu’importait d’évoquer un centième de ses desseins à voix haute, cette raclure écaillée n’entendait de toute manière plus rien. La silhouette du prince jötun repartit au galop, mais au lieu de contourner seul le tarasque, ce furent cinq sorciers, dupliqués telles d’absconse fantasmagories, qui s’avancèrent à l’encontre du rival. Quatre d’entre eux parvinrent à se hisser sur chacun des membres, s’accrochant tels des forcenés au bardage squamé afin de geler simultanément chacune des pattes. Besogne des plus ardues si l’on comptait les mouvements saccadés de l’épaisse bestiole et le peu de sorcellerie dont disposaient lesdits gémeaux. Le cinquième, quant à lui, profita de l’inattention rivale pour émerger des vestiges environnants l’une des charpentes de drakkar précédemment détruit. Il fit léviter l’imposante épave jusqu’à ce qu’elle s’écroule avec force et fracas sur le col du dragon. Associé au gel pétrifiant les pattes, la créature s’effondra au sol, les membres figés, et la gorge suffisamment obstruée par la tonne de poids pour, au moins, ne plus expectorer de quelconques flammes. Le reptile était définitivement immobilisé, et ce n’était qu’une question de temps avant que ne lui soit définitivement ôtée la vie. Présenté sur un plateau d’argent, le coup de grâce allait incessamment venir. Mais il fallait avant que le Chaos, à l’instar de tout démiurge, s’enorgueillisse de la préséance acquise. « Allongé à mes pieds, c’est là que réside ta place, maraud de saurien. Tu ferais une mirifique descente de lit, d’ailleurs…! » Et tout sourire qu’il était, il ne vit pas arriver l’unique chose qu’il avait omise de clouer : la queue lancéolée du dragon. Elle se catapulta sur le corps masculin, mais au lieu de l’évincer, elle s’enroula à l’égale d’une épaisse corde rêche atour de l’impertinente nuque… À trépasser asphyxiés, ils seraient au moins deux.

H.J:
 


un silence s'était fait dans son âme
This life, which had been the tomb of his virtue and of his honour, is but a walking shadow; a poor player, that struts and frets his hour upon the stage, and then is heard no more: it is a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing. William Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des abeilles

ϟ MESSAGES : 413
ϟ INSCRIPTION : 30/12/2014
ϟ LOCALISATION : Asgard



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 11:10


FIRESTORM ϟ LE DRAGON DE MIDGARD

Je n'avais eu guère le besoin d'attendre l'arrivée de la rumeur d'une attaque sur Tromso pour le savoir. Les prières qu'ils m'avaient été adressé par les mortels désespérés ne ressemblaient en rien de ce que j'avais l'habitude. Celles-ci sont en effet bien plus joyeuses ou bien très peu cohérentes à cause de l'effet de la boisson. Seulement, le bruit de la rumeur m'a informé d'une chose que je ne pouvais percevoir dans l'écho des prières : le dragon. C'était le dragon, que les deux mortels que j'avais croisé avant le couronnement et qui me l'avait évoqué, qui était à l'origine de l'attaque.

Lorsque je l'ai su, je me trouvais aux maisons de guérison en compagnie de mon père. Pour une fois, je ne venais pas rendre visite à un quelconque ivrogne en train de dessouler sous les regards réprobateurs des personnes des lieux. Non, ma présence dans ses lieux s'expliquaient par une volonté de ma part de savoir quelques rudiments de médecine si je devais me retrouver à nouveau dans un royaume aussi inhospitalier que Muspellheim. Naturellement, pour se faire, je me suis tournée vers mon père, guérisseur de profession. Non pas que ce soit la première fois qu'il tente de s'improviser comme mon instructeur en ce domaine, seulement, j'ai bien peur de reconnaître que c'est la première fois que je le fais avec une motivation à toute épreuve. Enfin... presque ! Je n'ai pas pu empêché de blêmir dangereusement en apercevant une blessure du à un daguet. Avec celle-ci, j'ai appris à revoir avec un certain fatalisme que même les trucs les plus inoffensifs peuvent se montrer particulièrement efficace pour transpercer un membre...

En raison de ce début d'apprentissage, j'ai été "convié" à me rendre auprès des mortels pour les aider, même si je ne connais vraiment que très peu de choses de manière générale en médecine puisque je connais ce hobbies depuis seulement quelques semaines. Enfin, de toutes manières, je pense que j'aurais surement protester avec fougue si j'avais été confinée sur Asgard. C'est donc avec vivacité que j'ai aidé à prendre les différentes affaires qui seraient susceptibles d'être utiles pour soigner les mortels pour les faire traverser le Bifrost avec nous.

A mon arrivée à Tromso, je clique plusieurs fois des yeux en essayant d'apercevoir le village. Je suis bien en peine de le faire, les flammes sont omniprésentes en ce lieu et réduisent à l'état de granule les fières habitations qui se tenaient à la place il y a encore quelques heures. Seulement, ce n'est pas l'heure de s'attarder sur ce genre de spectacle. Aussi, quand l'ordre de rassembler les blessés est donné par Frigga, je ne peux que m'exécuter prestement.

Une besace de cuir couleur ambre contenant quelques bandages pour me donner bonne conscience même si je suis certaine que je risque fort peu de les utiliser pour lutter contre des brûlures, je m'élance vers le premier mortel que je vois. Seulement, lorsque je m'abaisse pour tenter de trouver un pouls, je ne retiens pas un juron. Mort. Combien de personnes sont-ils dans ce cas ? Je ne préfère pas y penser.

Reprenant ma course, je finis par arriver à proximité de têtes connues : Bilhilde et son mari. Bien qu'ils aient l'air hagards, ils semblent en plutôt bonnes formes. Sans prendre de gant et totalement oublieuse que je m'appelle pour eux Hilde, je leur ordonne :

-Vous êtes entiers et vous pouvez marcher ? Parfait ! Dirigez-vous vers la grande dame à l'allure royale et aux cheveux blonds qui se trouvent sur la plage, vous aurez des soins.

Voyant que ma description de l'ancienne reine d'Asgard ne les touche pas vraiment, je décide de changer de tactique. Avec un brin de concentration, je parviens à convaincre tel un incube (à moins que je me trompe de terme par rapport à ce que raconte les mortels croyant en un seul dieu ?) les abeilles du coin à se rassembler en une masse compacte visible.

-Ok, je reprends : suivez les abeilles, elles vous mèneront directement à quelqu'un qui peut vous aider ! Vous inquiétez pas, elles ne vous piqueront pas !

Une fois assurée que les deux mortels exécutent docilement mes ordres, je reprends ma course afin d'essayer de trouver d'autres blessés dans cet enfer de flammes...

crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 1525
ϟ INSCRIPTION : 13/10/2014
ϟ LOCALISATION : Dans ses écrits, ou perdu dans le blizzard.

MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 11:44


L’érudit haussa un sourcil circonspect devant l’attitude d’Elfi. De toute évidence, l’état de choc était avéré. Il la laissa néanmoins se rendre compte seule de la différence entre une expression populaire et un état physique détérioré et se détourna pour, à nouveau observer les combats. Le dragon semblait étrangement désorienté alors qu’au loin, des arbre-penseurs approchaient du village. Des arbres-penseurs ?! Une nouvelle vision des plus plaisantes, d’autant plus qu’il devait s’agir d’alliés… Entre eux et les corbeaux de tout à l’heure, il semblerait que la nature elle-même se soit rangée de leur côté.

Un nouvel émerveillement vite interrompu par les cris d’Elfi, aussi colériques qu’incongrus. Pestant contre une telle idiotie, Njall lui attrapa le bras et, sans un mot, s’empressa de l’entrainer avec lui. Et la demoiselle se débattait. Et la demoiselle vociférait. Et l’érudit se demandait si la laisser jouer le rôle du « bruyant appât à dragon » ne serait pas une mauvaise idée. En d’autres temps, il se serait amusé des insultes et de l’impertinence de son ancienne élève… Mais l’heure n’était plus aux joutes verbales. Dans un soupir à en fendre les âmes, il se contenta de répondre :

« Ferme-la avant de recracher tes entrailles ! Nous en avons assez vu… »

Oh que oui, il était tout à fait conscient de l’attrait d’un tel spectacle, et y assister méritait amplement de mourir pour cela. Mais les vikings auraient besoin de bras pour reconstruire, après un tel chaos. Lui-même n’en avait pas encore terminé avec ses recherches ici-bas. Il fallait survivre. Aussi il rangea son épée, laissa tomber son bouclier et, maintenant Elfi par les épaules, la força à lui faire face, ses yeux rétrécit par l’agacement, un rictus crispé étirant ses lèvres.

« Si tu veux te coller dans les pattes des dieux histoire de les gêner, libre à toi… » Sa poigne se raffermit. « Mais pour leur tranquillité, ta sauvegarde ainsi que par pur bon sens, je me dois de faire ceci... »

L’érudit cachait une certaine force derrière ses attraits intellectuels, même s’il la démontrait qu’en de rares occasions. Et cette occasion était parfaite. Il empoigna soudain Elfi par la taille et la souleva pour la jeter avec une totale absence de douceur sur son épaule. Paquet chargé, livraison commencée. Il se mit à courir, maintenant fermement son colis récalcitrant, une vision sans doute étrange aux yeux des potentiels témoins de la scène. Une telle course ainsi chargé d’une agitateuse notoire n’avait rien d’une partie de plaisir et, déjà, le corps de Njall se mis à fonctionner en automatique, avec comme unique objectif d’atteindre rapidement la plage. En même temps, ses yeux balayaient les alentours, son esprit continuant d’enregistrer le maximum d’informations : les pattes du dragon venaient d’être gelées, une excellente chose mais… et sa queue ? Un court ricanement lui échappa lorsqu’il vit du coin de l’œil celle-ci s’enrouler autour d’un des assaillants. Evidemment, comment n’avaient-ils pas pu voir cela venir ? Il relégua néanmoins bien vite ses acerbes remarques : il serait saugrenu de critiquer l’action de ceux qui se battaient pour eux.

Plusieurs fois, il secoua volontairement Elfi à chaque insulte, protestation ou tentative de retourner au milieu du chaos. Un chaos duquel ils n’étaient pas encore prêts de s’échapper : ils avaient tous deux été aux premières loges pour assister à la bataille, le chemin d’évasion jusqu’à la plage n’en était que plus long. Il nota au passage, sur leur flanc, une nuée d’abeilles agir étrangement. Danger ou salvation ? Il était peu aisé de le définir à cet instant, aussi se contenta-t-il de poursuivre leur course, gardant néanmoins un œil sur cette singularité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 144
ϟ INSCRIPTION : 07/05/2015
ϟ LOCALISATION : Tromso
Son oncle Hakon est constructeur de bateaux et membre du Thing. L'épouse de ce dernier, Hadda, possède une ferme laitière et d'importants troupeaux de chèvres, c'est donc une famille aisée ♠️ Elfi est très fine archère et bonne chasseuse ♠️ Elle prie principalement les déesses, Ran, les Vagues, Gersimi & Hnoss, Sol, Freyja, Jord et Skadi.




MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 18:24




Fairy tales are more than true: not because they tell us that dragons exist, but because they tell us that dragons can be beaten


Qui y'avait-il de plus frustrant dans l'existence que de naître avec une âme comme la sienne, brûlante et assoiffée, dans un corps comme celui-ci, maigrelet et sans grande endurance ? Elle aurait voulu naître garçon tiens ! Du genre grand costaud solide, comme Hakon. Il aurait vu ça, le Njall, comment elle te l'aurait retourné avec un seul bras, en concluant d'un bon coup d'boule, histoire de lui ratatiner le tarin !

Au lieu de cela, elle était obligée de subir cet élan héroïque totalement superflu et de se laisser trimbaler comme une carcasse de gibier fraîchement tirée. Un comble !

-AAAH, c'était l'onomatopée hystérique qui s'était échappée d'elle lorsque la terre l'avait abandonné au profit de l'épaule caleuse de Njall. Le souffle coupé l'espace de quelques instants, elle ne sut plus dire qui de l'endroit ou de l'envers tant elle se sentait trimbalée en tout sens. POSE-MOI ! POSE-MOI TOUT DE SUITE ! SALE BAISEUR DE CHÈVRE, J'TE HAIS !

D'autres vociférations inutiles fusèrent mais plus les secondes s'écoulaient dans cette position grotesque moins elle prenait la peine d'articuler ses remontrances, qui ne devinrent plus au bout d'un moment qu'un chapelet de sons ressemblant d'assez près à des insultes, trop colorées pour être retranscrites - et pour lesquelles elle se prenait chaque fois un coup d'épaule dans le gosier.
En tout cas, personne d'autre qu'elle à coup sûr ne pourrait se vanter d'avoir vu un dragon sous cet angle ! Même tête en bas, le spectacle valait parfaitement le coup d'être vu et elle se tordit la nuque jusqu'au dernier moment pour continuer de discerner tout ce que son oeil mouillé et vitreux pouvait encore atteindre.

Bientôt les ruines calcinées, fumantes et détrempées lui obstruèrent néanmoins la vue, la laissant en tête à tête avec ses poumons en cendre, les courbatures de ses muscles et surtout, avec le mal de crâne insensé qui la taraudait, d'avoir respiré tant de fumée et d'être ainsi coincée tête en bas.

-Raaah ! Tu me fais mal - STOP !

Et de redresser ses deux guibolles jointes en rugissant pour déséquilibrer Njall. Au même instant elle enroulait ses bras autour de son torse, chutant vers l'avant tandis que lui chutait en arrière. Ils s'étalèrent tous les deux dans l'infâme mixture noirâtre qui maculait le sol, en toussant douloureusement dans son cas. Puis elle roula de côté pour se défaire du poids de l'autre, parvenant enfin à se mettre à genoux.

-Tu t'es pris pour un PONEY ?!

Elle lui asséna un coup tant qu'il était encore vautré à terre, mais elle avait les bras si mous que ça ou rien serait revenu au même. Elle était en colère, frustrée et bouleversée, à un point qu'elle ne pouvait même plus exprimer. D'ailleurs son visage se crispa, puis les larmes jaillirent de nulle part et dans un gémissement aigu, elle se mit à hoqueter son désarroi chamboulé sans aucune retenue.
L'instant suivant, une petite abeille venait doucement se poser sur le bout de son nez pointu avant de décoller et de s'éloigner à nouveau. D'ailleurs c'était tout un essaim qui semblait converger dans une même direction.
Elle avait déjà complètement oubliée qu'elle pleurait quelques secondes avant, et il ne restait plus de la précédente frustration qu'un léger tremblement intérieur, largement estompé par la surprise et son intérêt renouvelé pour le phénomène.

-Oh regarde, les abeilles ... trois autres fées des fleurs vinrent lui bourdonner autour de la tête, effectuant deux tours avant de poursuivre leur vol lent. Elles veulent qu'on les suive vers la plage ... viens dépêches-toi ! lança-t-elle à l'érudit en le tirant par la manche, un peu comme si la destination plage était son idée depuis le départ...

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 19:00

Asgard était en ébullition et pour une très bonne raison. Les Dieux et Déesses avaient été appelés par les mortels du villages de Tromso car le dragon était en train de se déchaîner sur la ville et ses habitants. Les mortels luttaient de leur mieux, mais ce n'était pas suffisant. Notre roi Odin partit en premier avec d'autres dieux et déesses puissants, ils formaient la première vague et feraient tout en leur pouvoir pour combattre et vaincre le lézard géant. Pendant ce temps, mes sœurs et moi nous nous équipions. J'enfilai rapidement mon armure. C'était un geste que j'avais fait si souvent par le passer, une habitude. Pour moi, c'était comme mettre une robe. Il n'y avait rien de bien compliqué ni de bien longtemps. Je pris mes armes et je commençais déjà à me préparer à aller affronter le dragon. Le combat serait rude, c'était une créature très puissante, du genre que je n'avais jamais affronter, mais mes sœurs seraient à mes côtés, nous allions vaincre, j'en étais persuadé. Par contre, plusieurs seraient sans doute blessés. C'était pratiquement inévitable quand on affronte une telle créature. J’espérais seulement que la mort se tiendrait loin de nos rangs, mais il ne fallait pas se faire d'illusion. Si je mourrais en ce jour, ce serait l'arme au poing, en train de lutter et de défendre le royaume de Midgard et celui d'Asgard. Je n'aurais pas à avoir honte, cela serait une belle mort. Prête au combat, je me tournai vers les plus jeunes afin de leur donner un coup de main à s'équiper. Certaines avaient les mains qui tremblaient un peu. Cela ne serait pas leur premier combat, mais elles appréhendaient le fait que cette fois, ce serait un dragon qui se dresserait devant elles, menaçant, crachant le feu et décidé à dévorer notre chair. Bien que je pensais à cela, je n'en fis pas part à voix haute à mes sœurs. Je ne voulais pas les terrifier! Je me contentai plutôt de leur dire quelques rassurantes paroles, parlant de gloire et de fait d'arme. J'évoquai aussi la fierté que nos familles auraient lorsqu'elles sauraient ce que nous allions accomplir. Le temps s'écoulait lentement, trop lentement en ce moment. Nous attendions encore d'être envoyées sur Midgard en compagnie des Einherjars. Leur chef nous parla à tous, nous disant que notre mission était d'encercler le dragon afin que les dieux et les déesses puissent se déchaîner sur lui et le réduise en poussière. Il ne devait plus nuire aux humains ou à n'importe quel peu d’Yggdrasil. Heimdall nous donna le signal et nous fit passer par le pont arc-en-ciel et en l'espace d'une seconde, nous fûmes sur Midgard, dans ce qui restait du village de Tromso. Tellement de bâtiments avaient été jeté à terre, les flammes consommaient les ruines de plusieurs maisons et on pouvait voir des cadavres qui parsemaient les ruines et les rues. La destruction avait régner en maître ici. La Bête se dressait à proximité, immobilisée au sol, selon les apparences. C'était une bonne chose de le limiter un peu. Brunehilde empoigna sa hache en main et prit à partie des sœurs à ses côtés pour qu'ensemble, elles accomplissent leur mission. Une fois à côté du dragon, la valkyrie dressa son bouclier devant elle afin de se protéger d'un coup de patte éventuel. Elle ne se faisait pas d'illusion quand au jet de flamme : son bouclier ne résisterait pas et elle devait éviter de se transformer en valkyrie rôtie! Brunehilde avança au même rythme que ses sœurs et que les Einherjars, refermant le cercle autour de la Bête. Que faire face à une telle créature? La guerrière se trouvait minuscule et inutile face à lui, mais elle tiendrait bon et ne flancherait sûrement pas. En attendant, les Dieux semblaient bien s'occuper du dragon, quoique avec difficulté.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
déesse des tempêtes

ϟ MESSAGES : 5978
ϟ INSCRIPTION : 15/12/2013
ϟ LOCALISATION : à Asgard après de longues semaines d'absence
ϟ HUMEUR : plus fière qu'elle ne l'a jamais été

THE STORM BRINGER

ϟ Daughter of the Ice ϟ
ϟ Wife of the Ocean ϟ
ϟ Mother of the Waves ϟ



« Good enough to make the ocean look like it's a pond
Good enough to turn the valleys into mountain tops
And we live like legends now, know that would never die
Oh, we got love, we got love »



WITH WATER AND BLOOD



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 19:31

Si la situation avait eu lieue lors de la Rome antique les mortels auraient pu aisément se demander qui de Minerve ou Vénus venait de leur apparaître. Fière et inexpugnable guerrière sortie des eaux glacées. Mais pour les vikings amassés sur la plage, il n'y avait aucun doute possible. C'était bien la Tempête qui venait à leur secours. L'Océan avait quitté le palais subaquatique depuis les premières lueurs de l'aube, alerté par les prières des mortels avant d'être averti par Eldir. Tromsø s'embrasait sous les assauts meurtriers d'un monstre échappé des flammes de Svartalfheim. La situation aussi tragique était-elle, ne paraissait pas alarmante pour autant et Aegir avait donc choisi de se rendre seul sur place. Contre toute attente son épouse ne s'y était pas opposé, elle l'imaginait de retour avant la levée complète du soleil. Mais alors qu'elle posa un regard intrigué vers les eaux de Tromsø, elle s'aperçut bientôt que l'orage s'était levé tandis que le soleil avait quitté le ciel. Et, avant même qu'elle ne s'interroge sur la présence de tous ces divins sur le sol de Midgard, son petit-fils ne tarda pas à faire appel à elle aussi. Accompagnée des Vagues qui avait souhaité faire le déplacement, certaines attachées aux mortels d'autres à la simple perspective d'une bataille épique, elle quitta donc la demeure familiale pour se rendre à la surface de Midgard, là où on la rencontrait pourtant si peu. Elle ne prêta aucune attention aux regards à la fois ahuris et désespérés des mortels qui se trouvaient là. Elle les laissait au bon soin des autres divinités et faisait pleine confiance à Eir et Frigga pour leur apporter l'aide dont ils avaient besoin. De son côté, elle avait un dragon à exterminer. « Celles qui souhaitent rester en arrière et prêter main forte à ces éphémères, allez vous présenter à Dame Frigga. Les autres, en avant. » Et sans se retourner pour identifier ses filles restées à ses côtés, elle s'élança sans plus attendre vers les lieux du carnage. Le village était devenu un charnier innommable. L'odeur putride et la chaleur étouffante prenaient à la gorge. Tromsø était devenu un véritable lieu de désolation. Une bourgade abandonnée, en ruines, devenue fantomatique en à peine une heure. Cela n'était pas sans rappeler à la Tempête la terrible bataille de Nornheim, là où elle aurait pu elle aussi périr sous les flammes. Ce souvenir la fit frissonner plus qu'elle ne l'aurait imaginé mais elle se ressaisit instinctivement avant de partir à la rencontre du cousin de Nidhogg.

Elle ne tarda pas à repérer le monstre entourée de valkyries et einherjars prêts à l'affronter. La bête maîtrisait le village de toute son imposante carrure mais la déesse n'en était nullement troublée. Elle était la gardienne du légendaire Kraken et il était évident que sa bête pouvait croquer celle-ci sans aucune difficulté. Jetant un regard d'ensemble sur le village elle ne repéra son aimé quittant le Tonnerre aux prises avec le monstrueux Sköll pour venir en aide à un mortel. Un sourire se dessina sur son visage, il n'y avait bien que lui pour abandonner un adversaire de la taille du loup pour venir en aide à un éphémère à l'agonie. Elle était tentée de le rejoindre, ensemble ils formaient une entité bien terrible pour leurs ennemis. Mais pour l'heure le dragon le préoccupait davantage que le sort des mortels restés en arrière. Lorsqu'elle arriva à proximité de la bête, celle-ci était maîtrisé par Loki qui était sur le point de l'achever. Le clan maritime serait finalement rentré plus tôt que prévu mais ce n'était pas un mal. C'était évidemment sans compter sur la détermination farouche de la créature qui parvint à emprisonner le prince à l'aide de sa queue désormais entourée autour de lui. Exalté par cette prise le dragon parvint à puiser dans ses dernières réserves pour se défaire du drakkar qui lui écrasait la gorge. Affaibli mais toujours bien vivant. « Maudite bestiole ! » pesta la Tempête qui devait donc à présent entrer dans l'arène. Elle ne fut jamais grande magicienne, elle préférait la violence et la puissance brute d'un coup d'épée au calme et à la précision que réclamaient généralement les sortilèges. Il n'y avait finalement qu'un élément qu'elle maîtrisait sans difficultés, celui qu'elle avait finalement adopté en épousant l'Océan. Mais cette fois-ci elle n'avait pas le choix. Par les armes elle ne viendrait jamais à bout du monstre. Galvanisée par l'ondée apportée par le souverain d'Asgard, elle appela à elle l'eau qui dormait sous leurs pieds, dans les entrailles terrestres et en aspergea le reptile. Le jet puissant l'atteignit aux prunelles et l'aveugla un court instant. Se rabrouant comme un chien, il desserra légèrement son étreinte autour du corps du prince déchu, suffisamment pour permettre à la guerrière tempétueuse de frapper la queue pour le libérer définitivement. Un grondement de rage et de douleur s'éleva bientôt de la gorge du dragon qui reprenait peu à peu contenance. Affaibli par les attaques successives des deux jötuns il semblait encore avoir quelques ressources. La menace n'était pas tout à fait écartée. Ràn empoigna Loki, l'aidant ainsi à se redresser. Décidément, malgré toute sa volonté de laisser le Félon derrière elle, leurs chemins finissaient toujours par se croiser de nouveau. « Il s'en fallut de peu pour que cette maudite bestiole réalise le souhait le plus cher du tout Asgard. » lança-t-elle avec un pointe de sarcasme. « Combien de temps cette glace peut encore le garder prisonnier ? » s'enquit-elle auprès du mage. Car il fallait agir vite pour achever définitivement la bête. Elle reprenait ses esprits et ses forces et ne tarderait pas à asperger de nouveau les troupes de terribles gerbes enflammées.


war of hearts + I can’t help but be wrong in the dark cause I’m overcome in this war of hearts I can’t help but want oceans to part cause I’m overcome in this war of hearts


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 1 Juin - 23:23


Water

ft.blood
Chapitre 1
Qui aurait pu penser que Midgard aurait eu la malchance d'affronter le Fléau reptilien  ? Les Nornes le savaient mais elles n'avaient rien. Les mortels pourraient périr de ce cracheur de feu. Non, personne doit périr de cette triste mort. Non, ce Fléau ne doit pas les toucher. Ils ne le méritent pas. Ils croient en nous. Heureusement pour eux, certains sont des bons combattants et avec l'aide des dieux, il n'aura pas de victime. Mon Père est le premier à partir de notre demeure familiale depuis les premières lueurs de l'aube pour les sauver. Quant à ma Mère, mes sœurs et moi-même, nous restons à la maison. Par la suite, je m'approche de Mère et nous voyons que le ciel est agité. Et, nous retrouvons sur la place.

Qu'allais-je faire ? Je sais d'avance que Mère allait rejoindre la bataille avec mon bien-aimé Père et que certaines de mes sœurs allaient suivre le pas de mes géniteurs. Je préfère être utile aux mortels en aidant Dame Jörd que j'avais aperçu tantôt. Après tout qui pourraient avoir besoin d'une peureuse sur le champ de bataille ? Je risquerais de commettre des impaires aux civils et faire honte à Mère et Père. Il est donc hors de question pour moi de me battre. Non, je pourrais pas apporter cette opprobre pour ma famille. Je laisse mes sœurs plus téméraires et plus fougueuses que moi de rejoindre la bataille. Je regarde ma Mère. Cette dernière nous demande de soit aider les éphémères avec Dame Frigga soit de rester avec eux. Je décide donc d'aller vers la plage là où je pourrais trouver des mortels à aider, je vois un couple sur la plage, je m'approche d'eux. Ce n'est pas la première fois que je rencontre des humains ni la dernière fois, en effet, je suis une vieille déesse et j'ai eu le plaisir de discuter avec eux.Je souris face à ce couple, je regarde s'ils ne sont pas blessés. Mais la demoiselle est blessée, elle porte des éraflures sur son visage ainsi sur ses bras et ses jambes. Il fallait panser ses blessures après l'avoir nettoyée.

Hrönn – Venez, suivez-moi dis-je avec un sourire. Je vais vous conduire à Dame Frigga et Dame Eir pour panser vos blessures, n'ayez crainte de moi, je suis de votre cotée. Je souris. Je ne ferais jamais du mal à des humains. Jamais, je les ai souvent observé sur mon rocher, parfois, je pleurais leurs pertes lors des colères de mon impétueuse génitrice. Que leur dire ? Je soupire. Ne vous en faîtes pas, nous arriverons à éloigner ce fléau et pour votre village, je vous aiderais à rebâtir vos bâtiments. Dis-je d'une voix claire et calme.

Ils n'ont pas le temps de répliquer quand une apprentie au service de la déesse Eir se présente à nous, elle demande à la jeune humaine de s'allonger pour pouvoir la soigner bien que ce soit quelques égratignures, je ne vais pas contester ses ordres bien que je pense qu'il faut qu'on se regroupe et qu'après on pourra soigner les blessés. Mais, si elle pense qu'il faut soigner avant de reprendre la route vers dame Frigga et dame Eir, je ne dirais rien. Je suis une des neufs vagues, je ne suis pas douée pour les soins. Je regarde l'apprentie et je fais amener une vague près d'eux. Je regarde les deux humains, je me demande s'ils vont accepter qu'on puisse soigner la demoiselle. L'apprentie sort de son sac quelques plantes.

Je m'inquiète pour ma famille. Vont-ils réussi à mettre en pièce ce fléau ? Est-ce que tout le monde rentrera sain et sauf ? Ou devrons-nous perdre l'un des nôtres ? Je ne pourrais pas imaginer que l'un de mes proches disparaissent à cause de cette vermine. Non, je ne pourrais pas revivre cet instant douloureux. Je n'ai pas le temps de penser au devenir car d'autres éphémères se rapprochent de nous. Il y a des femmes, des enfants et des vieillards. La plupart de leurs visages ne me sont pas inconnus, d'autres le sont. Je vois que les enfants réclament de l'eau, je fais grossir ma vague, les enfants s'accroupissent pour boire l'eau salée. Je regarde le couple, ils doivent avoir soif . Je m'approche de l'homme que j'avais rencontré plus tôt.

Hrönn – Vous pouvez boire l'eau, elle risque d'être salée mais cela étanchera votre soif, si vous voulez boire bien sûr dis-je d'une voix douce et en plongeant mes yeux marins vers les siens. Ne vous en faites pas, on soignera votre amie.



hrönnle dragon de midgard
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mar 2 Juin - 1:04

La situation demeurait précaire pour Brynja bien que celle-ci soit de plus en plus accessible aux deux frères Hrothgartson. La Terre œuvrait avec précaution, permettant aux deux frères de finalement dégager l'accès à celle qui devait devenir sa belle-sœur. La muette avait protéger la fillette d'Aldarik de son propre corps, un acte de bravoure compte tenu de la situation. Prenant Sunniva, il alla la déposer en sureté, près de Tora, suivi de près par son frère qui portait sa promise. Elles étaient toute saine et sauve. Klaus remercia la déesse pour son aide, tandis que son frère prenait quelques instants pour Brynja.

-Merci, ma dame. Sans vous elle étaient sans doute perdu.

Remerciement bien simple pour un tel acte. Le guerrier aurait certainement voulu faire mieux, mais sa connaissances des dieux était bien moindre que celle de son frère et celui-ci revenait déjà auprès de lui avec une requête qu'il ne pouvait refuser. Escorter les femmes jusqu'à la plage, puis trouver leur sœur. Svenja. L'esprit du colosse fût momentanément troublé. Dans toute la cohue, dans son désir de protéger les habitants et de terrasser le bête, il avait quelque peu oublié son propre sang. Certes, il était venu en aide à son frère, mais l'idée que leur sœur soit perdu dans les décombres fumants ne le rassura aucunement. Klaus acquiesça de la tête.

-Ne t'en fais pas mon frère, elles seront en lieux sûr et je trouverai notre sœur. Pour ce qui est de toi, je doute que l'heure du Valhalla ne soit venu. Soit sur tes gardes, nous nous retrouverons bientôt.

Une accolade, puis les deux fils d'Hrothgar se séparent, Hagen retournant auprès de la déesse, tandis que le colosse retournait auprès des blessées. Soulevant la gamine, bien moins mal en point que les deux autres grâce à la bravoure de Brynja, il la dépose sur ses épaules. S'agenouillant à nouveau, afin de soulever Tora, qui peine toujours à respirer, il la conserve dans ses bras, tout en offrant de son mieux l'un de ses coudes afin que la muette puisse s'y appuyer afin de marcher. Une bête de somme n'aurait pas fait mieux.

Éviter le dragon, les dieux et le loup géant tout en transportant deux jeunes femmes et une gamine, rien de plus facile... Klaus rageait un peu intérieurement, poussé par le désir de retrouver sa propre sœur. Aussi lourdement chargé, le frère du Jarl progresse lentement vers la plage, suivant la cadence de sa future belle-soeur, supportant autant que possible son fardeau malgré la chaleur du brasier et l'insupportable fumée. Ses yeux observent les environs à la recherche du chemin le plus sécuritaire, mais aussi d'une aide potentielle.

La magie de Loki, son mur de glace aura été salvateur pour les siens qui se trouvaient déjà de l'autre côté. Malheureusement, pour ceux qui comme lui se trouvaient encore dans le chaos, ce mur devenait un obstacle de plus à contourner. Celui-ci forçait le colosse à effectuer un détour pénible, poussant son endurance à la limite car son fardeaux s'alourdissait à chaque mètres parcourus. Hagen était maintenant loin derrière. Il voyait enfin le bout du mur de glace. Encore quelques pas et ils y parviendraient, la plage se trouvant à proximité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 1323
ϟ INSCRIPTION : 09/01/2014
ϟ LOCALISATION : Dans les ruines de Tromsø, elle fait de son mieux pour taire ses angoisses et venir en aide à ceux qui ont eu moins de chance qu'elle.
ϟ HUMEUR : Un brin traumatisée.



« Having a soft heart in a cruel world is courage, not weakness. »



« She wasnt exactly sure when it happened. Or even when it started. All she knew for sure was that right here and now, she was falling hard and she could only pray that he was feeling the same way. »





MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mar 2 Juin - 7:44

Firestorm
SUJET COMMUN

Il ne fallait surtout pas qu'elle laisse la douleur la submerger, faute de quoi elle était certaine de perdre conscience. Et cette perspective était bien plus terrifiante que le mal n'était suffocant, car si elle fermait les yeux, elle ignorait tout simplement si elle les rouvrirait un jour. Qu'elle ait déjà frôlé la mort plus de fois qu'à son tour n'y changeait rien, face à son trépas éventuel, elle n'en menait pas large. Valhalla ou Helheim, peu lui importait, elle n'avait envie de rejoindre ni l'un ni l'autre. Pas plus qu'elle ne voulait voir Tora et Sunniva emprunter l'un ou l'autre de ces deux chemins, elles étaient toutes les trois trop jeunes, trop innocentes pour mourir ainsi. La situation ne manquait pas d'ironie, un dragon ravageait leur village et c'était ensevelies sous les ruines d'une d'une vieille battisse qu'elles allaient mourir ? Non, mille fois non ; il n'en était pas question. Brynja avait ses moments de faiblesse, mais elle ne baissait jamais complètement les bras, cette fois-ci ne ferait pas exception à la règle. La sensation de brûlure dans sa poitrine ne faisait que s'accroître après chaque inspiration, sa respiration était sifflante et au goût acre des cendres sur sa langue se mêlait celui salé et métallique de l'hémoglobine. Autant dire qu'elle n'en menait pas bien large, mais user de son corps comme bouclier avait au moins eu le mérite de préserver Sunniva du gros de la masse de décombres. Que la petite soit presque intacte était un véritable miracle, mais elle ne le resterait pas longtemps si l'on ne venait pas les sortir rapidement de leur prison. Elle crut tout d'abord qu'elles étaient condamnées lorsque leur environnement se mit à mouvoir, pour ensuite réaliser, presque avec stupéfaction, que ce n'était pas le cas. Ce qui semblait être des racines s'enroulèrent autour d'elles, les préservant ainsi des débris qui les menaçaient. À n'en point douter, l'intervention était divine, cependant Brynja n'eut guère le temps de s'en émerveiller. Chaque seconde passée dans ce piège de bois et de pierre était une seconde de trop. Bientôt, l'espace dans lequel la jeune femme et l'enfant étaient prisonnières ne sembla plus aussi étouffant, Brynja put légèrement bouger et se redresser. À travers le passage que les racines dégageaient, elle fut en mesure d'apercevoir le visage inquiet d'Hagen, d'entendre les protestations de Tora. Loués sous les Nornes et les dieux, elle était en vie. Sans perdre un seul instant, Brynja fit passer une Sunniva tremblotante et sanglotante au Jarl, et celui-ci put alors la sortir des décombres sans peine. Lorsque ce fut enfin son tour, c'est tout juste si elle ne manqua pas de tourner de l’œil tant elle avait mal. Les dents serrées à s'en faire éclater les mâchoires, les doigts accrochés à la chemise d'Hagen, elle retint ses larmes avec difficulté, quoiqu'elle soit soulagée d'être plus ou moins sauve, la douleur lui arrache des grimaces et des gémissements encore timides, à moitié étouffés par ses cordes vocales encore emmêlées. Déposée avec délicatesse au sol, elle fixait Hagen avec le regard de le biche qui avait échappé aux mâchoires du loup, encore accrochée à lui comme le parfait cliché de la demoiselle en détresse et son sauveur. Où était Svenja... ? Elle n'en savait fichtrement rien, mais elle aurait dû. Elle aurait dû, parce qu'il leur avait demandé de ne pas se séparer. Un ordre pourtant simple à suivre, mais auquel Brynja avait désobéi pour aller décharger Aldarik de la responsabilité de Sunniva et la conduire en sûreté. Autant dire que c'était tout sauf une réussite... Si c'était encore possible, Brynja pâlit davantage lorsque le Jarl remit son sort et celui de ses deux amies entre les mains de son frère Klaus. Il ne venait pas... ? Mais par Thor, qu'escomptait-il faire de plus que les dieux ?! Maudit soit son fichu sens de l'honneur, il n'allait lui servir à rien de plus que se faire tuer ! Elle n'eut pas le temps de protester que déjà il l'abandonnait en compagnie de son frère, pour aller rejoindre une femme qui ne dégageait rien d'humain. Tora et Sunniva en guise de paquets, Klaus n'avait plus que son bras et son épaule à accorder à Brynja, qui serra davantage les dents pour se relever et prendre appui sur le colosse. Le palpitant rongé par l'angoisse, elle lança un dernier regard à Hagen avant de se concentrer sur sa progression, plus difficile après chaque pas. Ses jambes semblaient à deux doigts de céder sous son poids, ses genoux flageolaient et elle avait la désagréable impression qu'elle n'allait pas tarder à cracher ses poumons, ses tripes et son cœur par la même occasion. Une éternité sembla s'écouler avant qu'enfin, le triste quatuor n'atteigne la plage en effervescence. À peine eut-elle posé un pied sur le sable qu'elle tomba à genoux, avant de rendre gorge. La saveur du sang l'agressa davantage encore, son souffle se fit plus saccadé qu'il ne l'était déjà. Voilà qui n'était pas bon signe, mais pouvait-on s'attendre à moins après l'enfer qu'elle avait traversé et les chocs encaissés pour le salut d'une petite fille ? Si elle devait rendre son dernier souffle la figure dans le sable, elle pouvait se consoler en songeant que Sunniva allait bien.

FICHE PAR ROMANOVA.


nothing haunts us like the things we don’t say

You never know what goes on in the mind of a silent person.
They might have a storm brewing in their mind and we would never know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
haut-roi d'yggdrasil

ϟ MESSAGES : 6914
ϟ INSCRIPTION : 18/12/2013
ϟ LOCALISATION : Sur le trône, ou dans ses environs
ϟ HUMEUR : Fier & Inexpugnable



ϟ The Thunder sings in the Storm ϟ



ϟ Warrior, Queen, Mother & Wife ϟ



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mar 2 Juin - 16:29

L
e fer de Mjôlnir rougeoyait au diapason avec le frustration incandescente qui pilonnait le souverain. Dès à présent, chaque volute opaque – ou non – était une hypothétique cache pour le loup cauchemardesque, qui n'attendait que le moment opportun pour frapper derechef. Comment diantre combattre un antagoniste que l'on ne pouvait discerner ? Ni même entendre, avec le chaos térébrant qui régnait dans les environs, c'était à en perdre le nord et tous les autres points cardinaux. Thor eut par ailleurs le malheur de biaiser son regard sur le dragon dont, fort heureusement, les autres divinités, ainsi que les Einherjar et Valkyries, prenaient soin. Il eut tout juste le loisir d'apercevoir la matoiserie musicale d'Ida avant qu'un rauquement innommable ne lui vrombisse aux tympans, annonçant l'assaut imminent du lupin dont il vit la gueule de très – trop – près. Ce fut compter sans l'incursion salvatrice de son benjamin, dont la faculté congénitale eut tôt fait de repousser l'ennemi sans que celui-ci ne puisse rien y faire. Une seconde de stupeur, puis il guigna Balder. « J'ai la situation sous contrôle petit frère, n'aie crainte. » Semi-vérité qui aurait pu prêter à rire, à voir le monarque se faire rudoyer par la Répulsion. Mais l'on était rarement coiffé d'une couronne sans être drapé d'un orgueil tout aussi aurifère, le blondin était très loin d'être une exception en la matière.

La Beauté partie, ce fut au tour du Soleil d'apparaître aux abords du roi, qui sourcilla simplement à sa remarque. Il fut ensuite le spectateur d'une scène que d'aucuns auraient jugé irréelle, celle de la martyre et de son bourreau, captifs d'un cercle vicieux qui ne prendrait fin qu'à l'aube sanguinolente du Ragnarök, disait-on. Malgré lui, l'adonis sentit ses viscères se torsader en contemplant la fascination vorace et morbide de la créature pour son astre, une abjection obsessionnelle qui fit glisser un discret frisson de compassion dans son râble. Il redressa les prunelles vers le firmament et les fulgurations qui le zébraient à répétition, déboussolé. « Je ne peux pas me permettre d'utiliser ma foudre, c'est toute la ville qui serait touchée, voire réduite à néant, et la pluie finira par jouer en notre défaveur si je la rends plus épaisse ! » Sköll revint, clabaudant à tout va et spumosité blanchâtre coulant d'entre ses mâchoires. Son attention sembla subitement toute centrée sur Sol, comme si elle était une arcane luminescente parmi les ombres mouvantes. Des éphémères purent même galoper devant sa truffe sans qu'il ne cille, une psychose immémoriale qui enfanta une idée qu'il n'eut guère le temps de communiquer, puisque le canidé s'élança en direction de la sylphide. Sylphide qui fut heurtée de plein fouet, point par son fléau sempiternel, mais par le monarque lui-même qui la faucha tel un rapace pour aussitôt prendre de l'altitude.

Etreinte ferme autour de la belle, il la laissa dans l'ignorance le temps de gagner de la hauteur, avant de vérifier dans son échine si Sköll les avait pris en chasse – ce qui fut effectivement le cas. « Appâtez-le ! » Il sentit sa comparse soubresauter de surprise. « Appâtez-le vous dis-je ! Il doit nous suivre ! » Et accoutumé à voler à en perdre haleine après le Soleil, la Répulsion parvint à les rattraper pour mieux refermer ses crocs sur la cape purpurine de l'Invaincu, dont il dilacéra le bas sans parvenir à croquer quelconque carne. A force d'esquives et de célérité, Thor et Sol atteignit la voûte céleste, et disparurent tous deux en plein cœur de l'orage qui vociférait. Le roi s'immobilisa soudain et resserra son étau sur la Compteuse d'Années dont il captura les mirettes, offrant l'image illusoire d'amants éperdus dans la tempête. « Regardez-moi. Quoi qu'il arrive, faites-moi confiance. Bouchez-vous les oreilles, je vous tiens et je ne vous lâcherai pas, vous ne risquez rien ! » Il l'enlaça comme s'il se trouvait sur le point de la garder de tous les maux de l'univers, les yeux fichés sur le loup qui arrivait. Il attendit jusqu'au tout dernier moment, avant de concentrer une puissance destructrice qui explosa dans un vortex fait de foudre et de bourrasques. Les éclairs les engloutirent tous trois, hurlant à l'Arbre-Monde un grondement ineffable et aveuglant, une fois de plus, tout Tromso d'un flash aveuglant.


by the light of this lonely lantern I hold aloft,
I'll safeguard the wandering and lost
I'll keep you in my sight, I'll ward away the dark and fright. I'll keep you from harm within my arms, hat circle round your shaking form. No need for tears or wide eyed alarm, my arms will shield you from the storm.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 10613
ϟ INSCRIPTION : 12/03/2014
ϟ LOCALISATION : Murmure à l'oreille des chevaux et d'une crevette.
ϟ HUMEUR : Batifolarde








MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mer 3 Juin - 8:57



Un chaos monumental a investi la plage et ses abords. Les cris d'épouvante des uns se mêlent aux injonctions des autres, douleur et mort se côtoient, flammes, déluge et tourbillons marins s'affrontent impitoyablement sur la grève en un vaporeux duel. Mais le plus extraordinaire, le plus ébouriffant, ce sont les combats sanglants que se livrent les déités et nos monstrueux envahisseurs. En dépit de leur infériorité numérique, ces-derniers disposent de ressources insoupçonnées qui contrarient les efforts que déploient les légions divines pour leur faire mordre la poussière. Ainsi, le loup géant use t-il à volonté d'un pouvoir stupéfiant : il disparaît à la vitesse de l'éclair, se dématérialisant totalement, avant de renaître soudain quelques mètres plus loin, ce qui lui permet d'esquiver les furieuses attaques du Dieu du Tonnerre, qu'assiste Sol, la déesse du Soleil, que j'observe avec un mélange d'admiration et d'étonnement : en effet, elle participait à la fête chez Hagen et semblait très proche d'un des nôtres. Bref, comment Thor et Sol pourront-ils venir à bout d'un sortilège aussi inouï ? Je l'ignore. J'ai beau être un guerrier valeureux et puissant, de telles sorcelleries outrepassent largement mes aptitudes au combat. Face à elles, je me sentirais aussi impuissant qu'un morveux qui vient de naître.

Entouré d'une meute de fougueuses Valkyries et d'indomptables Einherjar, le dragon résiste également aux assauts répétés de nos dieux. Cette vermine a pourtant été à deux doigts d'être entièrement immobilisée, ses membres étant paralysés par un gel dense et intense s'agglutinant soudain autour d'eux, mais son appendice caudal s'est mis à fouetter les airs et a réussi à capturer le plus proche de ses assaillants, le serrant à la gorge. Il faudra d'autres ruses pour triompher de cette bestiole, à moins qu'il ne s'agisse d'un dernier sursaut et qu'elle périsse enfin sous le nombre de ses adversaires ? Contraint malgré moi à ce rôle de spectateur angoissé, je ne puis qu'espérer que la horde qui l'encercle lui interdira tout ravage supplémentaire, et que la déité surprise par cette attaque désespérée s'en sortira indemne.

Une femme à la voix douce se manifeste soudain près de nous. Qui est-elle ? Je déduis de ses propos qu'elle est l'une des déesses désignées non pas à combattre nos envahisseurs, mais à venir en aide aux mortels massés sur la plage, à bonne distance des affrontements. Elle a constaté, en circulant parmi les mortels, que Livia porte sur le corps quelques égratignures et elle propose gentiment de la mener vers deux dames qui lui administreront quelques soins. Les blessures de ma compagne sont, par bonheur, superficielles, mais il est sans aucun doute préférable de les nettoyer et de les panser pour éviter toutes complications ultérieures. Je dévisage Liv, lui laissant l'opportunité d'accepter ou de refuser les soins aimablement offerts, lorsqu'une seconde inconnue nous rejoint pour les mêmes raisons. La bienveillante déesse me suggère alors de me désaltérer, et je m'apprête à acquiescer, à suivre son conseil, lorsque, tout-à-coup, les événements se précipitent. La bataille continue à faire rage non loin de nous, et Thor a happé Sol par la taille à l'instant précis où le loup géant plongeait sur elle ! Les voilà qui prennent leur envol et s'enfoncent prestement dans un amas de nues sombres que déchire un orage gigantesque. Le monstre les suit de près, réussissant à mettre en pièces, d'un formidable coup de dents, la cape si caractéristique du Dieu du Tonnerre. La riposte de Thor est foudroyante. Le ciel s'allume, la foudre se déchaîne, une succession d'éclairs éblouissants transperce le firmament et dissimule à nos yeux le trio de belligérants.

- Vite ! Abritons-nous ! ... hurlai-je en saisissant vivement la main de mon Anglaise et en empoignant la déesse par une manche ! Il n'y a cependant guère d'abris à proximité immédiate, et je me mets à galoper en direction des arbres les plus proches, même si l'idée ne me paraît pas particulièrement judicieuse.



When I say I love you, please believe it's true. When I say forever, know I'll never leave you. When I say goodbye, promise me you won't cry, Because the day I'll be saying that will be the day I die.

Merci Thor ! keur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mer 3 Juin - 22:55






Ida faisait face à la bête, qui était momentanément sourde mais pas aveugle hélas. Sa tenue était passablement recouverte de suie, ainsi qu'une petite partie de son visage. Ses cheveux bruns s'étaient mis à voleter dans le vent, comme déchaînés par les différentes puissances qui s'affrontaient. La plupart des Dieux se trouvaient sur la plage, afin d'aider les mortels à s'échapper et surtout à rester en vie. La déesse fixait de façon presque menaçante le reptile et ses yeux horrifiques. Si la suie et les braises volaient aux quatre vents, il n'y avait cependant rien pour entraver ses prunelles claires. Car elle se devait de doser les réactions de Sköll.

Alors qu'une boule de feu s'apprêtait à jaillir dans sa direction, une chose extraordinaire se produisit. Loki. Ce dernier avait frappé le dragon pour l'empêcher de faire du mal à la Musique. Ida faillit se laisser distraire par ce sauvetage des plus rocambolesques. « Qui aurait cru que le Chaos serait si chevaleresque ! La Musique te remercie bien ! », lança Ida sur un ton presque moqueur. Il était excessivement rare que les deux Dieux échangeassent quelques mots. Mais ce dernier était trop occupé à jauger les faiblesse de l'animal et désapprouvait la stratégie de la déesse. Et finalement, il lui demanda de continuer pour faire diversion. C’était presque étrange de ne pas entendre le discours habituel sur la place inappropriée de la déesse au combat. Ses parents allaient s'occuper de ce discours une fois rentrée. Du moins si elle rentrait en un seul morceau. Ida pris alors bonne note de capter toute l'attention du dragon, en évitant cette fois-ci d'être pulvérisée, chose rare. Eviter n'était que trop rare dans son vocabulaire.

Loki se servit de sa musique pour attaquer la vile bête avec ses doubles. Déjà qu'avec un Loki, les Dieux peinaient, il était assez ironique et comique que ce dernier puisse se dupliquer. C’était d’ailleurs une magie qui faisait sourire la déesse. Comme cela doit être étrange d’avoir des doubles. Mais elle se reconcentra aussitôt. Pas question d’être distraite cette-fois. Le dragon se retrouva bientôt enseveli sous des tonnes de glaces, la gueule clouée. Ida changea alors ses ultrasons en une mélodie violonistique qui apaiserait le dragon et l'empêcherait ainsi de se libérer. Le temps que le dragon y soit plutôt réceptif, ce dernier avait attrapé Loki de sa queue, la seule partie encore libre du corps écaillé du dragon. Fort heureusement, Ràn, la Tempête, sauva les meubles et remit Loki sur pieds avec sa vigueur habituelle. Ida n’avait jamais vraiment osé approché la Tempête, et pourtant elle avait toujours été fascinée par le caractère impétueux de la déesse.

Cette dernière demanda au Chaos quand les effets de la glace devraient se dissiper. Le dragon semblait contenu par la douce mélodie jouée par la Musique, qui s'appliquait à accaparer toute son attention. Elle doubla les effets de sa mélodie en y ajoutant ses pouvoirs d'influence sur les émotions. La rage de la créature semblait diminuée mais elle restait tout de même très intense. Il faudrait autre chose que de la musique et des infimes capacités psychiques pour le mettre définitivement hors d'état de nuire. Mais la frêle petite brune comptait sur la puissance des Dieux pour en finir une bonne fois pour toute. Cela lui brisait le coeur de voir un être vivant animé de tant de haine. Cette haine allait d'ailleurs finir par donner un mal de crâne lancinant à la déesse, qui luttait déjà pour maintenir sa magie à bon niveau.

Mais les capacités magiques d'Ida commençaient à faiblir et la glace ne résisterait plus longtemps. Il fallait profiter de cette très légère accalmie du dragon. Sans perdre des yeux le dragon, le contact visuel étant très important pour influer suffisamment sur les émotions, elle lança très haut et fort. « Si vous voulez frapper, c'est maintenant ou jamais ! »


H.J.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
déesse de la fertilité

ϟ MESSAGES : 68
ϟ INSCRIPTION : 23/03/2015
ϟ LOCALISATION : au Palais doré.
ϟ HUMEUR : favorable


NO WORDS CAN EXPLAIN THE WAY I'M MISSING YOU.




MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Jeu 4 Juin - 3:47

firestorm

Un dragon. Lorsqu’on me demandait comment je voyais la fin de ma vie, on pouvait dire que ce n’était pas la première réponse que je m’attendais à donner. Je me demandais presque ce que je faisais ici, en pleine débandade si je ne me repassais pas sans cesse en tête une promesse que j’avais faite à Rúni, qui devait être à quelques mètres plus loin. Il avait déjà à s’occuper de sauver les mortels en s’attaquant directement à la source de tous les problèmes avec des valkyries, des einherjar et une poignée d’autres dieux. Je n’étais pas connue pour guerroyer, j’étais plutôt du genre à me camoufler dans les plus hautes tours du palais royal en tant que suivante de Frigga. Certes, j’avais souvent à protéger des âmes, les plus pures qui existaient; les vierges. En général, je n’avais cependant pas un danger de terminer dans une fournaise. Mon seul bouclier et arme par le fait même consistait en mes paroles et ma tête forte. Je terrassais sans doute plus d’hommes en une semaine qu’une citoyenne asgardienne normale, mais toutes n’avaient pas la faculté de se prêter au titre de déesse de fertilité et protectrice des vierges à la fois. Rien n’avait à voir avec la bête qui avait déjà enlevé trop d’âme au Valhalla. Mourir dans le brasier, à mes yeux, il n’y avait pas une mort plus souffrante que celle-ci. J’avais laissé mes enfants à Hlin, consciente qu’il s’agissait peut-être de la dernière fois que je baisais leur front. Je savais déjà que Thor serait de la bataille, accompagnée des autres dieux les plus puissants du panthéon, ils n’avaient donc pas besoin de moi dans leur patte. Il y avait aussi l’idée de rencontrer Valar sur le champ de bataille qui me glaçait le sang, je n’avais aucune envie que ses pensées quittent une seconde sa tâche principale.

Ainsi, je pouvais m’atteler à la tâche qu’un ami m’avait sagement confiée. Je me demandais presque si j’arrivais trop tard. La robe d’une blancheur immaculée que je portais serait souillée de la terreur de ce dragon. Haletante, j’observais tous les êtres humains qui passaient dans mon sillon, essayant de retrouver ma protégée. Plusieurs m’accordaient un regard admiratif, mais peu le tenaient plus d’une seconde, perdus à sauver leur propre vie. Je m’éloignai de la prise du dragon pour me diriger vers la plage où se trouvait la majorité des mortels. « Brynja! » Ma voix a l’effet d’un écho éperdu. Des dizaines de vikings auraient besoin de mon aide, je pourrais d’ailleurs en sauver quelques-uns avec l’aide du peu de magie que je connaissais. J’étais douée à la fertilisation des terres, moins avec les blessures humaines, mais j’aurais pu tenter quelque chose. Au lieu de cela, je me tournai vers ma première tâche initiale doublée de cette promesse, je devais protéger les vierges. Brynja était promise au Jarl du village et je m’efforçais de surveiller ses faits et gestes comme je devais me tourner vers l’héritage de Tromsø également. Enfin, je finis par remarquer un corps qui détonnait des autres, seulement puisqu’il était celui qui était la raison qui me poussait à mettre ma vie en danger. Mon regard se fit pétillant, quand je me baissai à la hauteur de la belle muette. Elle n’avait sans doute pas le souvenir de m’avoir rencontrée une fois dans sa vie. J’avais pourtant toujours été là, à l’observer et à m’assurer de sa survie. Auparavant, je lui avais parlé sous un corps mortel, mais pas sous cette forme. Néanmoins, je pouvais presque jurer qu’elle ne serait pas mal à l’aise en ma présence, mais c’était sans doute sous-estimer l’aura que j’émettais. Je ne voulais pas lui faire peur, seulement m’assurer qu’elle allait bien. « Je m’appelle Fulla, je suis là pour vous protéger. » Je remarque le sang qui ternit ses traits. Ma mâchoire se serre quand je reprends : « Brynja, êtes-vous blessée? »







+ DÉESSE DE LA FERTILITÉ.
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse de la terre

ϟ MESSAGES : 725
ϟ INSCRIPTION : 09/03/2014
ϟ LOCALISATION : Dans son sanctuaire à Asgard



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Sam 6 Juin - 14:24

La gratitude des mortels la surprend encore, elle qui est restée sourde à toute prière durant plus de mille cinq cent ans. Jörd adresse un sourire franc à Klaus avant d’acquiescer du chef. « Soyez prudent. » La Terre avait oublié à quel point certains d’entre eux pouvaient être courageux et téméraires. Ils méritaient amplement que l’on se batte pour eux, que l’on lutte pour les préserver du mal insidieux couvant les royaumes d’Yggdrasil. La déesse s’incline vers Hagen et désigne ses arbres-penseur d’un geste de la main. « Viking, essayez de sortir les blesser de là. Mes enfants vous aideront. Le dragon est encore une menace, pour vous comme pour nous. Nous devons le mettre hors d’état de nuire... Rapidement. » D’un œil inquiet, la belle lorgne en direction du reptile accaparé par Loki et Ida. Cerné par les Valkyries, le dragon ne peut aller bien loin mais un seul souffle incandescent pourrait faire d’innombrables victimes. Tournant les talons pour se diriger en direction du combat, Jörd distingue les pattes de la bête geler par l’emprise du Chaos avant que les décombres d’un drakkar déporté ne vienne lui écraser le museau et le clouer au sol. Une risette vient à illuminer le minois charbonneux de la flavescente mais bien trop loin pour porter assistance au puissant mage, elle le voit se faire happer par la queue écailleuse dans un sursaut d’appréhension. Dans un élan de fureur, le dragon broie les débris entravant sa gorge, menaçant ainsi de cracher ses flammes sur l’assemblée. Une gerbe d’eau jaillit alors des tréfonds de la terre, secouant leur adversaire d’inattention - un infime laps de temps qui suffit à la tempétueuse Ràn de porter un coup d’épée à la queue de l’ennemi. Sonné par le pouvoir d’Ida, la bête rauque furieusement mais ses gestes ralentis par la glace et l’ondée musicale suffisent à Jörd pour articuler une incantation à l’intention de la roche qui se décroche du côté du pan montagneux qui borde le village. Des golems de pierre se dressent dès lors de la falaise au nombre d’une dizaine pour s’élancer en direction de la bête et lui grimper sur l’échine. Concentrée, la déesse redresse les calots pour les poser sur ses comparses à quelques mètres d’elle. « Il faut en finir maintenant ! » Leur crie-t-elle, tandis que d’un poing fermé, elle invoque d’autres racines épaisses comme des troncs pour ficeler la bête et l’empêcher de bouger. Solution éphémère - au moins le temps que les golems parviennent jusqu’à la gueule béante du dragon qui tente de se dégager pour lui clouer le ventre de pierre. Peu enclin à se laisser faire, il souffle et Jörd a tout juste le temps de se jeter à terre pour éviter d’être brûlée.


Par un soir ténébreux de l'arrière-saison. Dans un coup de rafale une graine emportée, tombant contre les murs d'une haute prison, entre de vieux pavés mal joints s'est arrêtée. Alors, comme sortant d'un funèbre sommeil, Elle émerge à grand'peine et s'exhausse de terre, et d'un suprême effort aspirant au soleil elle frémit d'espoir, la pauvre solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse du soleil

ϟ MESSAGES : 808
ϟ INSCRIPTION : 05/10/2014
ϟ LOCALISATION : Pour la première fois depuis bien longtemps, Asgard, de son plein gré
ϟ HUMEUR : Déterminée à briller plus fort que l'Injustice



« I AM A CREATURE OF LIGHT AND FIRE
AND YET I LINGER IN THE DARK »



☾ ☼
tell me the story of how the Sun
loved the Moon so much
she died every night to
let him breathe



« THE SUN ALWAYS SHINES
ABOVE THE CLOUDS »



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Dim 7 Juin - 6:53

Firestorm
TOPIC COMMUN

Sköll était un mal dont je ne me déferais jamais, mais contre lequel j'avais appris à lutter. Je connaissais ses faiblesses aussi bien qu'il connaissait les miennes, raison pour laquelle ni lui ni moi n'étions jamais parvenu à prendre l'avantage sur l'autre. Si le Tonnerre semblait être une proie irrésistible et de choix pour le loup, je savais qu'il l'oublierait dès que j'entrerais dans son champ de vision. Ce que je ne tardai pas à faire, pour offrir à mon souverain la possibilité de reprendre ses esprits et de songer à un plan d'attaque. Car il nous fallait éloigner Sköll de Tromsø, faute de quoi celui-ci risquait fort d'achever ce qu'il restait de sa population. « Mon Seigneur, permettez-moi de vous faire remarquer que le village a déjà été réduit à néant, je doute que vous puissiez réellement causer davantage de dégâts... ! » Seule mon ignorance me poussait à songer de la sa sorte. L'Orage, je ne l'avais jamais vu de près, pas plus que je n'avais été le témoin des tempêtes destructrices auxquelles le jeune dieu pouvait aisément donner naissance. Parce que cela ne m'intéressait guère, et que j'avais toujours cru que les récits que l'on contait à son sujet étaient démesurément exagérés. Je ne tardai pas à comprendre mon erreur, lorsque le jeune souverain me heurta de plein fouet, avec une telle force que pendant une seconde, je crus qu'il s'agissait du loup, avant de brusquement quitter la terre ferme. En d'autres circonstances, un tel manège et une telle proximité avec le fils d'Odin m'auraient profondément dérangée ; cependant je ne songeai pas un seul instant à discuter, consciente que derrière ce soudain essor devait y avoir une stratégie. Du moins, je l'espérais sincèrement, car Sköll était encore plus agile dans les airs qu'il ne l'était sur terre, ce n'était pas sans raison que mon char était tiré par deux des plus rapides étalons d'Yggdrasil. Appâter Sköll... ? Je dévisageai le dieu un instant avec scepticisme, avant de faire naître une sphère ignée entre mes doigts, laquelle j'envoyai exploser sur la truffe de Sköll, qui ne tarda pas à se lancer à notre poursuite. Ses mâchoires claquèrent, se refermèrent sur la cape écarlate du roi qu'elles déchirèrent, mais il avait beau essayer de croquer quelconque chair, il n'y parvint pas. Thor était plus rapide et agile que je ne l'aurais jamais soupçonné, et c'est au cœur de l'orage qu'il nous conduisit. Un orage terrible et impressionnant, qui acheva de détruire mes doutes quant à la puissance du dieu. Notre soudaine immobilité me perturba, cependant le jeune roi ne me laissa pas le temps de paniquer. Faites-moi confiance. Plus ahurissante encore que cette requête inattendue, mon total manque d'hésitation. Un hochement de tête plus tard, je couvrais mes oreilles de mes paumes, fermai les yeux et instinctivement, me blottis contre l'épaule du Tonnerre. Quoique mes paupières soient closes, et mes oreilles couvertes, tout mon être est secouée par la clameur du tonnerre et de la foudre qui s'abat, la lumière blanche des éclairs est éblouissante. Mais au contraire de Sköll, dans les bras de Thor, j'étais protégée de l'orage destructeur. Je ne compris la stratégie du dieu qu'au moment où un glapissement douloureux nous parvint à travers le vacarme de la tempête, me faisant rouvrir les yeux sur le champ. Sköll ne connaissait pas le Tonnerre, il n'avait donc aucune raison de craindre son courroux ; si bien qu'il n'eut conscience du danger qu'une fois trop tard. Frappé par la foudre en pleine course, son élan fut arrêté net, trop secoué pour repartir en chasse ou tout bonnement assommé, il retomba sur Midgard, lourd comme une pierre. Le voir chuter ainsi avait pour moi quelque chose de particulièrement satisfaisant ; mon prédateur avait été réduit à l'état de sale cabot remis à sa place par son maître. À ceci près que ce petit bonheur, je le devais à un homme que j'avais longtemps méprisé et considéré comme un enfant trop gâté. Force était de constater que mon jugement avait été faussé par ce que je pensais de son père, quand bien même cela me peinait de reconnaître que mon jugement ait pu être faussé par quelques préjugés. Sköll momentanément mis en déroute, nous pûmes regagner le sol, légèrement à l'écart des dieux sur le point d'achever le dragon. Le souffle court, légèrement tremblotante, je portai une main à ma poitrine et fut presque surprise de découvrir mon cœur battant à un rythme erratique. « Rappelez-moi de ne plus vous sous-estimer, à l'avenir », dis-je entre deux profondes inspirations. Thor venait de me donner une sacrée leçon d'humilité, que je n'étais pas prête d'oublier de si tôt. « Merci... », finis-je par souffler, m'inclinant légèrement face à mon souverain. « Tout aussi terrible que Sköll soit, c'est une créature lâche... Je doute qu'il revienne au village en sachant que vous vous y trouvez encore. Mais s'il devait le faire... Je quitterais Tromsø immédiatement, je vous donne ma parole. » Je levai le regard vers le ciel, comme pour passer un accord avec Heimdall, qui ne devait pas avoir perdu une seule seconde du spectacle. « À présent, il faut que je retrouve ma fille... Vous aviez raison. Lorsque vous avez dit qu'elle serait plus en sécurité à Asgard qu'ailleurs... Aujourd'hui est le dernier jour que son père et elle passent sur Midgard. » Le Royaume du Milieu n'était plus sûr, j'en étais à présent certaine. J'accordai un dernier regard plein de gratitude et un sourire au dieu, avant de me détourner, pour me précipiter vers la plage, où j'avais cru comprendre que les survivants au carnage s'étaient rassemblés.


I promised you the Sun

But in the end, it's only a passing thing, this shadow. Even darkness must pass.
A new day will come. And when the sun shines it will shine out the clearer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - leysingi

ϟ MESSAGES : 695
ϟ INSCRIPTION : 15/11/2014
ϟ LOCALISATION : Quelque part entre les vestiges du village et la sylve.
ϟ HUMEUR : La mousse aux lippes, enragé mais déterminé.



« La colère vide l'âme de toutes ses ressources, de sorte qu'au fond paraît la lumière. »



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 8 Juin - 16:52

I
ls partageaient encore un instant de sybaritisme moins d'une heure auparavant, et à présent, il contemplait le macchabée diapré d'hémoglobine de la donzelle. Comment, par toutes les âmes de l'Helheim, en étaient-ils arrivés là ? Qu'adviendrait-il des survivants, nonobstant l'incursion salvatrice des déités ? L'horreur sclérosée sur les cadavres fumants, et voilà que le pisteur en avait l'encéphale littéralement ankylosé, en pleine inertie cérébrale, c'était à peine s'il entendait encore la cacophonie alentours qui aurait pourtant eu de quoi le rendre sourd. Ce fut la poigne péremptoire d'un quidam qui l'extirpa de son observation funèbre, et le ramena à cette réalité putrescente et ignée dans laquelle ils pataugeaient tous. Il croisa les orbes diaphanes de l'Océan personnifié, un conciliabule qui le laissa aussi pantois que la scène qui venait tout juste de se jouer. Mais point le temps au mutisme benêt, Arnorr recouvrit suffisamment d'instinct pour suivre la mouvance du dieu et se réfugier à l'écart, même si la menace pesait toujours. Dans un mimétisme inconscient, il balaya les environs du regard avant d'en revenir à son interlocuteur, qui apposa au creux de ses paumes écorchées une mission de la plus haute importance. Suivre les flots, une consigne somme toute aisée à suivre, et qui sauverait probablement beaucoup de vies. Aegir repartit avec la même célérité qui avait accompagné son arrivée, une rencontre furtive, fantasmagorique, qui resterait niellée dans l'esprit du midgardien. Esprit en effervescence, car si tout viking lambda se serait contenté d'obéir aux directives, l'Ormfrid, lui, était d'une tout autre trempe. Coeur forgé dans l'abjection et la rancoeur, s'il luttait en apparence pour sauvegarder la communauté de Tromso, il ne désirait que son trépas imminent. Le père des Neuf Vagues ne saurait rien de sa vilenie, le chaos n'était que trop complet pour distinguer le vrai du faux, et il n'était jamais rien qu'un mortel parmi tant d'autres.

« Que Garm se bâfre de leurs tripes... » Susurra t-il pour lui-même. Il ferait fi de l'ordre bienveillant, laisserait la mort emporter un peu plus de ces pieux nordiques sans que cela ne pèse sur sa conscience. En revanche, il tenait à sa propre existence, et il était plus que temps pour lui de se mettre à l'abri d'un sort qu'il réservait à autrui. En dépit des multiples maux qui le lancinaient, le jeune homme prit la direction de la plage qui n'était heureusement plus bien loin. Dans sa course toutefois, il remarqua le galbe dantesque du frère du jarl, chargé telle une bête de somme. Et puisqu'il n'était toujours que question de préserver les apparences, Arnorr apostropha le colosse en allant à sa rencontre. « Klaus ! » En arrivant à sa hauteur, il lui fit subito signe de se courber. « La petite ! Je prends la petite ! » Pour le soulager d'un poids qui l'encombrait plus que certainement, il aurait ainsi loisir de transporter la völva et sa future belle-soeur, sur laquelle le matois égara une oeillade. Sunniva dans les bras, il reprit la cadence. « Allons-y ! » Un galop pour la survie, tandis que les immortels parachevaient de mettre un terme aux dangers qui dévastaient sans un regret. Ils atteignirent enfin la masse compactée, et dirigée par de nombreuses déesses, dont une qui retint tout particulièrement l'attention de l'éclaireur. « Est-ce que c'est... Frigga ? En personne ? Par la barbe d'Odin... »



җ җ җ җ җ җ җ җ җ җ
« J'ai ce besoin de détruire ce qui m’entoure. Ce n'est pas parce que c'est plus facile que de construire, non, car en vérité, construire n'est pas bien ardu non plus. C'est d'entretenir qui est complexe, et totalement impossible quand on voit les choses en grand. Alors je détruis sans vergogne. Je sabote les fondations même, afin que celles-ci s'effondrent et que de ces amas ne puisse rien ressurgir. Je ne suis qu'un saboteur, et c'est la seule chose que je sais faire sans erreur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dieu du chaos

ϟ MESSAGES : 940
ϟ INSCRIPTION : 30/06/2014
ϟ LOCALISATION : Mêlé à la gouape d’Asgard, dans quelque taverne ou bouge qui soit.
ϟ HUMEUR : Triviale, décadente, hostile à toutes bonnes mœurs.



And when you fall from that parapet,the sound you'll be hearing as you go down will be me,laughing my head off. ❞



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Lun 8 Juin - 21:59

O
n le strangulait avec une telle force qu’il en oubliait de protester. Pourtant, ce n’étaient guère les blasphèmes qui manquaient à l’esprit du jötun ; sous-jacents, ils cahotaient même jusque dans les orbes diaphanes de celui qui, pognes enserrées sur l’appendice, n’allait pas tarder à voir rouge sang. Il en aurait eu à dire, des infamies…! Mais force était de constater qu’à trop ergoter, il s’était piégé dans sa propre scélératesse. Contraint à s’ébranler pour garder pied à terre, il ne trouva réelle délivrance qu’en la frappe d’une épée salvatrice. Aegir ? Si peu. Recouvrant son bol d’oxygène, il aperçut la Tempétueuse effigie comme il se redressait avec gaucherie. Celle-ci, non peu fière d’avoir sauvée la mise au paria, martelait le dieu d’une diatribe qui l’aurait fait sourire noir, s’il n’était pas déjà employé à récolter les miettes et de son orgueil, et de ses bronches. « Vigoureuse est la mauvaise graine. De lui comme de moi, je crois qu’il nous faille plus que quelques estocades pour venir à bout de nos carcasses. » C’était là un grondement enténébré tant par la colère que l’harassement du Chaos. Tout groggy par le garrot enduré, il se massa la nuque en reculant de quelques pas. Puis, rétorqua sitôt, tandis que des golems pierreux s’en venaient escalader le dragon. « Assez pour que nous dépêchions ses ossements au royaume de Surt. » Car voici que se joignait Jörd à l’alliance d’infortune. Immobilisé par la glace, les racines, les golems et la mélodie soporifique d’Ida, la créature, aussi bestiale fût-elle, vivait là ses derniers instants d’insurrection. Toutefois interdit, Loki vit les engeances de la Terre entrer fissa dans l’épaisse gorge oblongue du reptile. C’était à n’en point douter, pour ce sylphe aux us amoraux, une parabole diantrement obscène. L’on frôlait la risée, et il gratifia d’ailleurs la vision d’une courte hilarité malséante. Égale à quelque gourmande catin, la vouivre gobait à pleine bouchée la dense collation qui l’étoufferait promptement. Qui suffoquait, à présent… ?! Qui ravalait sa morgue… ?!

Retrouvant sa férocité coutumière, il décocha à l’encontre de Ràn. « De ton tranchant affuté, il serait profitable que tu meurtrisses davantage sa foutue proéminence. » Ça n’était pas un ordre, mais l’on sentait à bout de langue une roideur appuyée. Exit les ronds-de-jambes lorsque tonnait la mêlée. Il leur fallait un acier mordant sachant annihiler la menace félonne que représentait l’immense appendice, et la Tempête, armée comme une guerrière, saurait dûment besogner. S’assurant du soutien de l’Egildóttir en un ultime regard, il enjoignit la Musique à poursuivre sa mélodie d’un bref signe du chef, avant de rejoindre les abords de la Terre. « Tu ne vas pas aimer ce que je m’apprête à faire, Dame Nature. » Une fois n’étant pas coutume, il préférait avertir la déesse des préjudices encourus. « Las, tes rejetons ne sont que trop bien installés pour que je n’en profite pas. » S’il ne pouvait aussi bien manœuvrer les éléments propres aux démiurges, il lui était néanmoins possible de les détruire. Telle était sa quintessence ; l’annihilation. Le chaos de tout ravage. Et la roche qu’elle introduisait sciemment dans le goitre reptilien lui serait d’un précieux atout. Aussitôt il souleva son bras, et entre ses phalanges parurent courir quelques veules fibrilles luminescentes – d’un blanc si blême qu’il en était aveuglant. Rien de bien prodigieux et autrement plus modeste que tout fracas dans les cieux, mais le prélude à ce qui s’annonçait être la Fin. C’était assez de courir comme des lérots, la Canaille mourrait séance tenante. En réponse subite à l’éclat térébrant brasillant dans sa main, un rai de la même teneur fusa de la gueule béate, écarquillant les yeux rubiconds du dragon qui se pétrifiait à mesure que grossissait le faisceau. Les golems allaient imploser dans toute la longueur de son gosier, pétris à l’identique par la diablerie les condamnant.

Ce qui fut fait en une tonitruante déflagration, lorsque le Mage referma son poing. L’atmosphère transpira alors d’un fumet capiteux, et un chapelet de tronçons de chair échoua au sol, sans compter l’ondée rougeaude qui éclaboussa l’assemblée. Une explosion des plus infectes, donc, de laquelle on put recevoir viande, muscles, nerfs et autres… parcelles organiques non identifiées. Le reste du corps s’effondra dans un nuage de cendres et de poussière, et Loki, qui avait eu le bon sens de se protéger du méfait en érigeant son autre bras, s’étira de toute sa hauteur en vrillant la nuque vers Jörd. « Tu as… » Oh, diables. Il eut un rictus semi-rebuté, semi-daubeur, lorgnant un point précis. « Un bout de cervelle. . » Indiquant de son index la sacrosainte toison flavescente.


un silence s'était fait dans son âme
This life, which had been the tomb of his virtue and of his honour, is but a walking shadow; a poor player, that struts and frets his hour upon the stage, and then is heard no more: it is a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing. William Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - jarl

ϟ MESSAGES : 191
ϟ INSCRIPTION : 10/10/2014
ϟ LOCALISATION : Dans un charnier nommé Tromsø
ϟ HUMEUR : Combative mais terrifiée


ϟ L'HOMME SAGE N'EST JAMAIS LOIN DE SES ARMES ϟ



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mar 9 Juin - 21:33

L'idée qu'une aussi grande déesse que Dame Nature elle-même puisse saluer sa bravoure avait de quoi donner le tournis à Hagen. Il se savait valeureux, sans doute moins téméraire que son cadet mais il ne manquait ni de courage ni de sens de l'honneur. Finalement à ses yeux il se différenciait bien peu de ses congénères. Un viking se devait de faire preuve de bravoure s'il voulait que les immortels lui ouvrent les portes du Valhalla. Il devait faire preuve de courage à chaque instant de sa modeste existence s'il ne voulait pas courir le risque de déshonorer les siens. Dès l'instant où ils venaient au monde les hommes du Nord jouaient avec la Mort sans une once de crainte. Ils étaient ainsi faits. Et Hagen n'imaginait pas les surpasser. Pourtant c'était bien lui qui était devenu voilà déjà une année auparavant le héraut des mortels sur Asgard, l'ami le plus fidèle du Tonnerre. Et à présent c'était la Terre qui lui faisait part de son admiration. « Je ne fais qu'accomplir mon devoir. Je n'ai peut-être pas les grandes aptitudes des divins mais à mon faible niveau je me dois moi aussi de protéger les miens. » Un profond soupir s'éleva de sa gorge. « Mon nom est Hagen, fils de Hrothgar. Je ne suis que le malheureux Jarl de ces ruines fumantes. » Il lança un dernier regard en direction de son frère, chargé d'un fardeau terrible, celui d'accompagner les trois rescapées jusqu'à la plage. Son regard croisa de nouveau celui de Brynja. Une dernière œillade déchirante qui lui arrachait le cœur. Il n'avait qu'une envie, s'emparer d'elle et la conduire lui-même en lieu sûr. S'échapper lui aussi de cet enfer. Mais il n'en avait pas le droit. Il s'en refusait le droit. « Elles sont terrifiées mais elles semblent hors de danger. Même dans leur plus grande cruauté, les Nornes peuvent faire preuve de bonté, semble-t-il. » lança-t-il alors à Jörd qui venait de s'enquérir de l'état des jeunes femmes. Il ne les avait pas quitté des yeux durant sa réplique comme s'il cherchait à mémoriser chaque détail de cette scène avant de s'en détourner. Ce qu'il fit avec déchirement après de longues secondes. Dame Nature venait d'apporter à lui certains de ses arbres penseurs, de puissantes créatures magiques qui lui seraient d'un grand secours. « Je veillerais à ce qu'il n'arrive aucun mal à vos enfants, ma Dame. Merci encore de votre aide. » Et tandis que la déesse à la chevelure d'or se dirigeait vers le lieu du combat lui repartait en direction des ruines à la recherche d'éventuels blessés. A son grand malheur les corps qu'il repérait à chaque coin de rue n'étaient plus que de tristes cadavres. Les arbres déblayaient les décombres avec une facilité déconcertante laissant un passage au Jarl pour repérer des survivants miraculés. Mais ses recherches semblaient vaines. Non loin de lui, le combat des dieux contre le reptile faisait toujours rage. Une nouvelle gerbe de flammes vint illuminer le ciel d'encre signifiant que la bête était toujours prête à se battre. Mais Hagen en était à peine conscient. Il venait de croiser le regard vide d'une enfant qu'il n'eut aucun mal à reconnaître. Anja avait exactement l'âge de Sunniva et les deux petites filles étaient inséparables depuis longtemps. Cette vision le glaça d'effroi. Ses jolis cheveux bruns qui volaient dans le vent étaient les derniers vestiges de vie de la fillette. A ses côtés se tenaient le cadavre de sa mère qui avait vainement cherché à protéger son unique enfant. Un proche gémissement tira Hagen de cette vision cauchemardesque. Un arbre penseur lui porta finalement le corps tuméfié d'un guerrier qui se vidait lentement de son sang. Hagen le reconnut aussitôt comme étant le chef de cette famille décimé. L'homme était encore en vie mais il était condamné, le Jarl le comprit dès l'instant où il l'aperçut. « Hagen...pitié...Hagen... » Chaque mot échappé de sa bouche était une souffrance mais sa requête silencieuse était évidente. Dévasté, le Jarl s'empara de son arme et égorgea l'un de ses meilleurs guerriers. « Je suis désolé, Knut. Nous trinquerons bientôt ensemble au Valhalla. » Combien de familles décimées de la sorte ? Combien d'orphelins ? Combien d'enfants comme Anja partis rejoindre le royaume de Bertha ? Toutes ces horreurs causées par un seul monstre. Chancelant, Hagen se releva pour assister avec soulagement au dernier souffle de la bête qui venait de détruire Tromsø. Le dragon n'était plus. C'était fini. Hagen tourna sur lui-même, observant avec effroi ce qu'il restait du village. C'était comme s'il voyait enfin Tromsø depuis son réveil. Il prenait enfin conscience de ce qu'était devenu le village, son village, en l'espace d'une heure. Le jeune homme tomba à genoux, sonné.



F
rom the lands of the Norsemen comes freedom, freedom comes from death on the battlefield. Then go to Valhalla, where Odin has wisdom. We died when a sword crashed onto shield. Don’t be sad ‘cause this is what we long for, this is how we must end our long voyage. To pay tribute to them we give a roar, the reason why, this is our heritage. Just remember, trust in the gods, they're strong. Valhalla is where we all must belong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   

Revenir en haut Aller en bas
 

FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» DRAGON'S CUP 2010 [100 joueurs attendus]
» DBZ Raging Blast 2 + OAV Dragon Ball Kai Dr Egui
» un dragon etrange...
» Don chemise d'écaille de Dragon
» [Sets] Problème de construction pour le Dragon Kardas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Archives :: Corbeille :: les intrigues terminées-