lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mar 9 Juin - 23:34






Midgard était sur la route de la résurrection. Car voici que venait la fin du dragon, misérable créature qui avait souillé la terre des Hommes. Cette terre qui était si chère aux yeux d'Ida en dépit de toutes les horreurs qui pouvaient s'y passer. La victoire était imminente, la bête était prisonnière et commençait doucement à se laisser aller à la mélodie saisissante d'Ida. Cette dernière avait choisi, peut-être curieusement, de suivre les directives de Loki. Ce dernier appuyait sa volonté d’un regard, d’un geste et sans trop savoir pourquoi, aucun ne rechigna à le suivre. Ni à lui envoyer une bonne pique de temps à autres, tout de même.

Les golems de pierre et les racines vigoureuses invoquées par la Terre semblaient avoir eu raison de l'énergie du dragon. La créature était comme fissurée, un seul coup suffirait à la briser définitivement, une seule pression suffisait à éteindre sa flamme. C'était une aubaine pour les dieux, qui avaient failli perdre la bataille. Mais en combinant les forces de la Terre, de la Tempête, du Chaos et de la Musique, le dragon vivait à présent ses derniers instants. C'était une collaboration divine, qui avait eu du mal à correctement s'orchestrer. Et en dépit des pirouettes verbales dont faisaient preuve la Tempête et le Chaos, ils parvinrent à trouver un certain terrain d'entente. Après tout, tempête et chaos se ressemblent beaucoup sous certains aspects, n’est-ce pas ?

Car il en allait de la vie des Humains, pour lesquels ils vivaient de façon implicite. Sans leurs prières, qui étaient-ils ? Personne. Et c'est pourquoi il avait fallu que ces derniers se révèlent en cet instant pour défaire le mal qui brûlait les villages. Et ce fut le Chaos qui donna son assaut final, s'appuyant sur une attaque de Jörd. Ida eut juste le temps de se reculer suffisamment pour éviter cette ultime attaque et se cacha le visage lorsque l'explosion se produisit. Le poing de Loki fermé, toute sa magie accumulée autour de la roche explosa et illumina le ciel de mille éclats. Et emplit les oreilles d’Ida d’un énorme bruit qui aurait déchiré les tympans des mortels qui trouvaient à proximité.

C’était à la fois grandiose et pouacre. Des morceaux d’entrailles volant dans toutes les directions. Si la situation n’était pas si dramatique, Ida jurerait pouvoir entendre les Hommes rire. Le dragon était devenu à l’image de sa destruction, un amas de chair sanguinolente éparpillés autour des maisons déchirées par les flammes. « Le Chaos et sa délicatesse légendaire. », commenta Ida tandis qu’elle répugnait à ôter l’un des morceaux qui entachait sa très modeste tenue de guerrière.

Il semblerait qu’Hel allait avoir une certaine charge de travail à en juger par tous ces morts, sans parler du dragon et de sa dépouille quelque peu amochée, qui réduisaient le cœur d’Ida en lambeaux. La déesse était très émotive et ne cachait jamais ses émotions. Pas même devant les plus grands. « Nous devons les aider. », décida-t-elle. Le dragon a présent mort, il était temps de s’enquérir du mal des mortels de façon plus directe. Ida n'était peut-être pas une guérisseuse mais apporter du réconfort aux personnes dans le besoin faisait parti de ses qualités. Elle croisa le regard des Einherjar et des Valkyries, l'élite de l'armée asgardienne, puis ceux de Jörd, elle aussi couverte de restes de dragon. Si l'idée était de nous en mettre plein la vue, c'était tout bon pour Loki, aussi bien métaphoriquement que littéralement. Ida était assez intimidée de se trouver parmi de telles puissances.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 1525
ϟ INSCRIPTION : 13/10/2014
ϟ LOCALISATION : Dans ses écrits, ou perdu dans le blizzard.

MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mer 10 Juin - 11:20


Avait-on vu colis plus récalcitrant ? À de nombreuses reprises, Njall songea à se débarrasser de la demoiselle pour aller plutôt se mêler de ce qui le regardait. Après tout, si elle voulait perdre la vie bêtement ici, qui était-il pour l’en empêcher… Qui était-il ? Quelqu’un qui appréciait la furie rousse malgré son tempérament enflammé et ses réactions parfois – souvent – stupides aux yeux de l’érudit. Oui, il était cela. Et aussi la personne ayant le plus de jugeote dans le coin, aussi il prit son mal en patience et poursuivit sa course. Une course qui prit soudainement fin lorsqu’Elfi décréta ce moment parfait pour quelques acrobaties. Tout aussi déterminé qu’il fut, Njall ne put garder l’équilibre et, tout en lançant un « Saleté ! » venu du cœur, s’écroula par terre.

Un grognement de douleur lui échappa, son corps vibrant de protestation. Ses muscles étaient épuisés, certes, mais avait-il été finalement blessé tout à l’heure ? Ce n’était pas le moment de penser à ça. Rejoindre la plage, vite. Se redressant lentement, il sursauta lorsqu’une molle attaque lui tomba lâchement dessus, et c’est un regard mêlant colère et lassitude qu’il lança à la jeune femme. Il s’apprêta à sortir une réplique cinglante, réplique mort-née au moment où il vit les larmes couler. L’érudit resta coi, surpris par ce soudain revirement auquel il n’était absolument pas préparé. S’il était intelligent et d’une rare culture, la gestion des sentiments humains était un domaine encore fort complexe, même pour lui. La rassurer ? Lui parler ? Ignorer tout cela et se contenter de l’embarquer à nouveau vers la sûreté ? Mais avant qu’une décision ne lui apparaisse, l’essaim d’abeilles était apparu à leurs côtés, voletant autour, semblant vouloir les guider. Et soudain, Elfi s’illumina, ragaillardie, le tirant même par la manche pour lui intimer de la suivre vers la plage. Ce qu’il fit. En soupirant. En souriant à moitié. Dans le contexte actuel, leur échange relevait tant de l’absurde qu’il marmonna :

« S’il doit y avoir une place dans le panthéon pour une déesse des sautes d’humeur, elle t’est entièrement réservée… »

Ils quittaient les ruines du village, et la plage était toute proche. Au même moment, l’érudit nota la course poursuite entre Thor, Sol et Sköll dans le ciel. Mauvais pressentiment. Quelque chose se préparait, était-ce…

« Elfi ! Ferme tes yeux ! Maintenant ! »

Lui-même se figea et s’exécuta aussitôt. Malgré ses paupières closes, il discerna le puissant flash, le vacarme du tonnerre lui vrillant les tympans. Prudemment, il ouvrit de nouveau les yeux : le loup funeste était partit. Vraiment ? N’était-ce pas une nouvelle ruse ? L’érudit fouilla du regard les environs, soudain soulagé. Seul le dragon restait, affaiblit. Ce n’était qu’une question de temps avant que les divins n’en viennent à bout. Un temps vite écoulé : difficile de comprendre quelle sorcellerie avait été utilisée, mais le vil reptile se retrouva… détruit de l’intérieur ? En tout cas, son corps sembla subir une destruction interne qui lui fut fatale. C‘était terminé. Le massacre était terminé.

Faisant signe à Elfi, Njall se dirigea vers l’attroupement de vikings et, aussitôt, en profita pour s’asseoir en tailleurs. D’abord, vérifier. Ses muscles étaient meurtris, et il découvrit au fur et à mesure quelques vilaines coupures et brulures à divers endroits. Comment avait-il pu les ignorer jusqu’à maintenant ? La peur, l’excitation, sans doute. Mais rien de grave, comparé à d‘autres : l’érudit avait bénéficié d’une chance prodigieuse. Une chance insolente et injuste, penseraient certains ne le portant point dans leur cœur. Une chance tout à fait méritée à ses yeux : après tout, ses connaissances étaient au pire indispensables, au mieux inestimables. Soupirant de soulagement, il lança, autant pour Elfi et les autres vikings que pour lui-même :

« C’est terminé. »

Un rictus nerveux étira ses lèvres, un « sourire » effacé bien vite pour éviter toute provocation en de telles funestes circonstances. Il releva la tête et observa autour de lui. Les dieux étaient parmi eux. Sur le champ de bataille. Soignant les blessés. Il repéra même Frigga. LA Frigga. En personne. Prenant soin des plus touchés. Quel spectacle. Unique. Magnifique. Magnifique, vraiment ? En observant ce qui restait de Tromso, Njall sentit son cœur se serrer. Quelles sombres et folles pensées pouvaient parasiter son esprit… Il n’y avait rien de magnifique dans cette destruction. Ils avaient tout perdus. Et surtout… Les yeux de l’érudit s’écarquillèrent d’horreur, son corps tremblant légèrement. Sa mansarde, à l’écart des autres habitations certes… avait-elle survécu ? Surtout… Tous les écrits entassés dans la cache sous le sol… Par tous les divins, il espérait que rien n’avait été détruit. Voilà enfin un sujet le touchant personnellement, lui faisant comprendre que tout ceci n’avait rien d’un divertissement pour un esprit curieux comme le sien. Tout ceci n’était qu’horreur et désolation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 58
ϟ INSCRIPTION : 24/04/2015
ϟ LOCALISATION : Oldervik pour le moment.
ϟ HUMEUR : Comme d'habitude, il est d'une humeur assez sèche et impulsive. Une humeur avec laquelle il ne vaut mieux pas tenter de jouer.

« Your willingness to look at your darkness is what empowers you to change. »



« You were given this life because you are strong enough to live it. »




MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mer 10 Juin - 16:01





Firestorm





Mes mots sont clairs et je veux qu'ils soient entendus. Je veux qu'ils sauvent Brynja et Sunniva avant d'essayer de m'aider moi. Mes forces me quittent, mon cri s'éteint, et je ne désire rien de plus : « sauvez-les elle » je pense à défaut de pouvoir continuer à le dire. Lorsque je sens le poids sur ma poitrine disparaître, lorsque je sens l'air fouetter de nouveau visage, je me pousse à ouvrir les yeux et ce n'est que lorsque je sens le sol contre mon dos que je parviens à distinguer, en tournant légèrement la tête, qu'ils sont toujours près des décombres. Non... Ils m'ont sortie moi en premier... Non... Les larmes n'ont pas le temps de me monter aux yeux que je sombre dans le néant. Lorsque je sors de façon progressive du néant, je sens qu'il y a du mouvement alors que pourtant mes jambes ne me portent pas. J'ouvre péniblement les yeux et la première chose que je remarque c'est que ma respiration est plus facile. Douloureuse encore, certes, mais pas aussi difficile que tout à l'heure si même sifflante. Rapidement, l'once de soulagement que je ressens est balayée par la douleur qui me lancine à la fois la tête et surtout ma jambe droite. Puis, je commence à mieux réaliser où je me trouve et ce qu'il se passe. Doucement, ma main s'agrippe au vêtement qu'elle trouve sur son chemin et je relève légèrement le visage pour me rendre compte que c'est Klaus qui me porte. C'est bref, mais un sourire étire mes lèvres avant que je ne rabaisse le visage et referme les yeux : Klaus, encore lui. D'où il est, Tomas doit être fier de son ami qui fait vraiment tout pour tenir sa promesse même si je ne l'y aide pas beaucoup... Je me sens sombrer et pourtant je me bats contre la fatigue qui se fait terriblement pressante : je ne veux pas m'endormir. Pas encore une fois. Lorsque nous parvenons enfin jusqu'à la plage et que je suis déposée au sol, je lève mes yeux, non sans difficulté, vers Klaus.

« Je vais bien... » je lui murmure tout bas.

Ce n'est pas tout à fait vrai, je suis blessée mais je pense ne pas me tromper en disant que ma vie n'est pas en danger et si je me trompe, il ne peut de toutes les façons rien faire.

« Tu devrais... Tu devrais aller aider les autres... »

Quels autres exactement ? Je n'en sais rien mais je suis sûre que beaucoup de personnes ont besoin de sa force et de son courage.

« Merci... » je parviens à lui dire dans un souffle en esquissant l'ombre d'un sourire.

Il m'a aidée, il m'a protégée, il m'a amenée jusqu'ici... Alors merci oui. Je me détourne de lui et j'entreprends de m'asseoir. Je me penche en avant pour déchirer un pan de ma robe puis, avec mes doigts, je viens chercher la blessure sur mon le haut de mon front, cette fichue blessure qui saigne trop à mon goût. Quand elle est trouvée, j'entoure mon crâne avec le tissus pour la compresser un maximum et quand je sers le nœud, je ne peux empêcher une grimace de tordre mes traits : c'est que ça fait mal. Avec ma manche, j'essuie mon visage qui reste cependant plein de crasse, d'un mélange peu ragoutant de sang, de poussière et de larmes, avant de me pencher de nouveau en avant et de soulever ma robe pour observer ma jambe droite qui n'est pas très belle à voir. Je distingue clairement cette teinte bleue-noire à un endroit en particulier à mi chemin entre mon genou et ma cheville. Je prends une profonde inspiration et tente de bouger mon pieds et certes, je suis soulagée de le voir bouger mais ce petit mouvement entraîne une telle douleur que les larmes me montent aux yeux. Je ne vais pas pouvoir m'appuyer sur ma jambe avant un long moment... Je regarde autour de moi dans l'espoir de trouver quelque chose pour maintenir ma cheville et ma jambe quand j'aperçois plus loin la femme de mon frère et mon neveu. Elle tient avec force l'enfant contre elle et pendant un instant, j'ai peur, peur que l'enfant ne s'en soit pas sorti et c'est sans doute parce que mon regard parle pour moi qu'elle m'offre un petit signe rassurant de la tête. Soulagement alors mais bref soulagement car ses lèvres forment silencieusement le nom de mon grand frère et je ne peux que hausser les épaules, ignorant son sort. Je regarde alors autour de moi, espérant voir sa silhouette et c'est là que je les vois vraiment, Eux, les Dieux, ceux qui sont venus nous aider, ceux qui nous aident encore. Ils sont là. Ils sont venus. Ils ne sont pas restés sourds. Pas cette fois. Cependant... Je baisse le visage, ferme les yeux avant de croiser les bras et de me recroqueviller autant que faire se peut car j'ai mal à l'intérieur, mal au cœur... Combien de personnes avons-nous perdu ? Combien ? Alors que je devrais être simplement reconnaissante et rien de plus, me voilà à les maudire autant que je les remercie, me voilà à les haïr autant que je les aime, me voilà à déchirer leurs noms autant que je les caresse...

Ils sont venus, mais ils sont venus très tard et je ne comprends pas pourquoi... Je ne comprends pas pourquoi ils ont tant tardé... Je ne comprends pas pourquoi ils ont laissé pareille chose se produire...


© charney



I don't feel enough for you to cry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
déesse des abeilles

ϟ MESSAGES : 413
ϟ INSCRIPTION : 30/12/2014
ϟ LOCALISATION : Asgard



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Jeu 11 Juin - 11:41


FIRESTORM ϟ LE DRAGON DE MIDGARD

A mesure que les secondes s'écoulent, la frénésie s'empare de moi. Tant de morts à cause de ce dragon ! Quand vais-je finir par trouver des blessés ayant besoin de mes maigres secours que je peux leur prodiguer ? Cette pensée tourne en boucle dans ma tête alors que je constate encore le décès d'une personne. La seule consolation que je peux avoir est qu'un certain nombre de villageois a pu s'amasser sur la plage. Je tâche d'éviter de penser que peut-être mes connaissances mortelles sont en compagnie d'Hel. M'apitoyer ne les ramènera malheureusement pas à la vie et je me dois de tenter de porter secours à des personnes qui, elles, peuvent encore l'être.

Soudain, alors que je suis sur le point d'atteindre le village, un vacarme assourdissant se fait entendre, m'obligeant à poser les mains sur mes oreilles pour essayer de l'atténuer. De plus, dans un réflexe de survie, je me suis jetée derrière les ruines d'une bâtisse pour me cacher. L'expérience m'a démontré que ce genre de bruit n'était jamais synonyme de bonheur et de félicité dans ce genre de situation.

Le calme semblant revenu, j'ose doucement me redresser afin de tenter d'apercevoir ce qui se passe. Pas la moindre trace de danger à l'horizon, je peux reprendre ma route. A chaque bâtisse que je croise, mon coeur se serre davantage. Combien de maisons et de pâtures sont à reconstruire ? Et combien d'entre elles ont été funestes à leurs habitants ? Je ne saurais le dire. La seule chose que je peux être a peu près certaine c'est que les freux et autres rapaces auront assez à manger dans les jours à venir si les vikings n'honorent pas rapidement leurs morts.

Au milieu de mes pensées morbides, je perçois un petit gémissement. Alerte, je m'empresse de demander s'il y a quelqu'un et un gémissement se fait à nouveau entendre en réponse. A ce bruit, je me dépêche de me rendre dans la direction de celui-ci. Un survivant ! Enfin ! Aussi agilement que possible, je tâche de me rapprocher de l'origine du son en ne cessant jamais de parler pour essayer de rassurer quant à l'arrivée de secours. Arrivée à sa hauteur, je me rends compte que le bruit est émis par une petit garçon coincé entre deux poutrelles effondré.

-Hey, petit ! Finis-je par dire une fois à sa hauteur alors que j'examine avec soin l’enchevêtrement. Ne t'inquiètes pas, je vais te sortir de là. Je sais pas comment, mais je vais te sortir de là, promis ! Murmure-je de manière résolue en tentant de dégager un passage pour qu'il puisse se faufiler entre les poutrelles.

Après plusieurs minutes de tentatives vaines à m'écorcher les mains plus qu'autre chose, je finis par dégager un passage suffisamment large pour que le garçon puisse se faufiler jusqu'à moi. Alors que je le prends dans mes bras pour lui dire des paroles de réconfort dans son oreille, un sentiment de soulagement s'empare de moi. J'ai pu servir à autre chose que de remplir le folklore viking de fêtes inoubliables grâce à mon hydromel !

L'enfant dans mes bras, je me rends à la plage aussi vite que je peux. Je préfèrerais qu'il soit vu par un guérisseur plus expérimenté que moi. Il me semble avoir un peu de fièvre mais je ne pourrais le confirmer.

Arrivée à la plage, le garçon se met à se tortiller brusquement dans mes bras pour que je le pose à terre. Une fois cela fait, il ne tarde pas à courir rejoindre les bras de sa mère en larmes qui me remercie avec une grande gratitude. Voulant absolument connaître mon nom, je finis par lui décliner mon identité, ne prenant pas la peine de me cacher sous le nom d'Hilde. Après tout, c'est pas comme si j'étais la déesse la plus priée du panthéon.

En m'éloignant, je finis par remarquer mes abeilles non loin d'un groupe de personne. Par curiosité, je me dirige vers eux. Comme les autres autour, ils semblent hagards mais qui ne le serait pas avec un dragon ayant attaqué sa maison ?

-On dirait que mes abeilles se sont prises d'affection pour vous, constate-je l'air de rien. Oh pardon ! J'oubliais le plus important : vous avez besoin de soin ?

Etant parti à la recherche de survivants, je ne sais s'ils ont été déjà vu par des guérisseurs. Si ce n'est le cas, je tâcherais de mettre à profit mes maigres connaissances dans la mesure du possible. Inutile d'aggraver la situation déjà bien funeste par une bêtise de ma part !

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 144
ϟ INSCRIPTION : 07/05/2015
ϟ LOCALISATION : Tromso
Son oncle Hakon est constructeur de bateaux et membre du Thing. L'épouse de ce dernier, Hadda, possède une ferme laitière et d'importants troupeaux de chèvres, c'est donc une famille aisée ♠️ Elfi est très fine archère et bonne chasseuse ♠️ Elle prie principalement les déesses, Ran, les Vagues, Gersimi & Hnoss, Sol, Freyja, Jord et Skadi.




MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Jeu 11 Juin - 23:31




Fairy tales are more than true: not because they tell us that dragons exist, but because they tell us that dragons can be beaten


Ça alors ! Même le ciel ne savait plus à quoi s'en tenir ! D'abord il avait fait nuit, puis il y avait eut l'aube, puis à nouveau la nuit était revenue, et là rebelotte, pour quelques instants, la lumière était venue trancher les ténèbres, intense et dévorante, comme si elle essayait de rattraper le temps perdu juste avant de s’essouffler à nouveau.
Elfi n'était pas la dernière en matière de réflexe, mais l'appel de son compagnon d'infortune était venu trop tard, et au lieu de s'exécuter aveuglément et dans tous les sens du terme, elle s'était écarquillé à la place, dans l'espoir d'apercevoir ce danger imminent dont la prévenait Njall.

FLASH ! Elle en fut sonnée comme si Thor lui-même s'était chargé de lui coller la baffe - et légèrement assourdie par la fabuleuse détonation qui en avait résultée, était-il besoin de le préciser ? C'est donc à moitié aveugle et sourde qu'elle fut contrainte de parcourir ce qu'il restait du chemin cahoteux qui menait vers la plage.
Néanmoins, et même dans cet état, il était extrêmement difficile, pour ne pas dire ridiculement improbable, de rater l'explosion d'un dragon aussi grand qu'une paire de drakkars, pas plus qu'elle n'avait raté l'infâme et gargantuesque SPLOTCH !! qui confirmait la boucherie.

-ALORS CA... j'l'avais pas vu venir !! beugla la rouquine, estomaquée par le spectacle. Non mais ... WAW !!

Elle était tellement épatée qu'elle eut presque du mal à suivre Njall vers le groupe qu'ils apercevaient un peu plus loin. Elle avait simplement envie de rester là, debout, figée, avec les yeux tout grands ouverts sur le vide et la mine absolument effarée. Elle le suivi tout de même, et l'air salé de la mer s'insinuant dans ses poumons meurtris lui fit aussitôt le plus grand bien. Dégageant enfin sa tête rousse de l'épaisse capuche qui l'avait protégée jusque là, elle laissa son regard clair parcourir l'assemblée rudoyée et sous le choc. Il y en avait partout, qui tremblaient, gémissaient, pleuraient ou cherchaient frénétiquement leurs proches parmi les blessés. Partout ou se posait le regard azure, les visages tuméfiés et sales se tordaient d'intenses sentiments qui l'imprégnaient déjà lentement telle une éponge. Elle remarqua au loin un jeune couple se serrer très fort l'un contre l'autre avec soulagement, juste à côté d'une mère qui pleurait son enfant brûlé. Elle hésitait franchement entre le rire hystérique et les larmes compulsives.

-Waw... fit-elle à nouveau.

Mais ce n'était plus qu'un murmure tremblotant à présent, et ce fut une fois de plus la voix de Njall qui la tira de ses tornades intérieures.
Tiens, c'était idiot mais elle ne l'avait même pas encore réalisé elle-même : C'est terminé, annonçait l'érudit. Elle ne le comprit réellement qu'à ce moment-là. Le loup foudroyé et le dragon en gigot, la bataille pouvait prendre fin.
Comprenant cela, elle ressentit une bouffée de chaleur au creux de sa poitrine, et pas de ces chaleurs abominables qui venaient d'emporter la moitié du village, plutôt de ces douces chaleurs qui réconfortes et consoles.

Il ne lui en fallu pas plus pour reprendre du poil de la bête ! Ce gros crapaud obèse ne l'avait franchement pas volé et méritait amplement la fin grotesque qui était sienne ! Ils avaient perdu beaucoup, mais ils avaient tout de même moins perdu que lui, et au final, c'est tout ce qui importait.

-Hey dites voir, ... ils vont en faire quoi des morceaux d'dragons ? J'espère qu'ils vont pas nous laisser avec 40 tonnes de viande morte sur les bras !! ... Quoi qu'il mériterai pas mieux ce fils de goule ! On devrait saler tout ça, on risquerait pas la famine pour terminer l'hiver au moins ! Après tout ça serait qu'justice qu'on puisse garder ses os et son cuir pour les revendre ! Qui c'est qui qui va rembourser mon oncle pour ses bateaux hm ?
-La ferme Elfi, maugréa un pauvre hère affalé non loin.

Elle s'exécuta à contre coeur, chassant une abeille qui lui zozotait devant le nez d'un petit geste sec. D'ailleurs sa propriétaire se présenta devant eux quelques instants plus tard. Elfi avait rarement contemplé une déesse d'aussi près et elle était aussi belle et gracieuse qu'on pouvait se l'imaginer.

-Moi ça va, mais j'pense que notre volvä pourrait avoir besoin de soins, indiqua Elfi en désignant Tora qui n'avait pas l'air bien en forme.

C'est d'ailleurs en observant Tora, visiblement en souffrance avec sa jambe, que l'esprit d'Elfi s'illumina une nouvelle et ultime fois. Rah mais bon sang, et l'oncle ? Et la tante ? Et Rudolf et tous les autres à la ferme ?! A aucun moment le dragon ne s'était dirigé de ce côté mais après toutes les horreurs contemplées aujourd'hui, elle voulait les voir vivants de ses propres yeux, les toucher, et les serrer contre elle en s'excusant platement d'être partie de cette manière.

-J'dois rentrer à la ferme immédiatement, lança-t-elle subitement à l'érudit, j'suis partie sans prévenir, ils doivent être mort d'inquiétude...

La suite de son discours aurait normalement dut être 'merci'.
Qu'il lui ait réellement sauvé la vie ou pas, ce qu'il avait fait était courageux et honorable. Sauf qu'elle ne prononça pas le mot, qui resta coincé quelque part dans sa gorge, la laissant plantée là quelques secondes de trop à l'observer, incertaine et pataude.
Finalement, elle ne dit rien du tout, préférant démarrer en trombe afin de fendre la foule et courir en direction de la ferme.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - thraell

ϟ MESSAGES : 10250
ϟ INSCRIPTION : 13/03/2014
ϟ LOCALISATION : Tromsø ou ses alentours
ϟ HUMEUR : Aventureuse et curieuse








MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Ven 12 Juin - 15:52


Sur la plage dévastée par les flots, s'attroupent les survivants de l'attaque foudroyante et hargneuse du dragon. Nous avons couru à perdre haleine, sous une ondée glacée, pour les rejoindre. La bataille fait toujours rage, mais la fin de l'abominable animal est proche. La puissance des Dieux réunis est considérable, et le spectacle à couper le souffle. Mais il se déroule dans un champ de ruines fumantes, notre malheureux village est réduit à l'état de vestiges et de sépultures pour nombre de ses habitants. Bien sûr, certains se réjouiront de leur départ vers le Vahalla, paradis des hommes et femmes courageux, ou vers Helheim, pour les moins chanceux. Mais lorsque nous aurons honoré nos morts, pour tous ceux qui restent, viendra le temps des pleurs, du deuil, et des prières. Et celui de la reconstruction, de la renaissance ...

Thorolf tient toujours ma main, et ici aussi la scène est impressionnante, du ciel sombre sont descendues des Déités pour soigner les plus mal en point d'entre nous. Respectueusement, des noms circulent sur les lèvres ébahies et meurtries des vikings. Bouche bée, émerveillée, je découvre Dame Frigga en personne, accompagnée de Dame Eir, et de ses suivantes qui se précipitent au devant des blessés et dispensent leurs soins sans compter. L'une d'entre elles, blonde comme les chaumes d'été, nous aborde, et m'enjoint d'aller soigner les coupures que j'ai au visage. Mais je les sens à peine et lorsque je vois les villageois qui m'entourent, ils sont bien plus souffrants que moi. Certains même agonisent, ou bien ont déjà rendu leur dernier souffle, dans les bras d'un de leurs proches, quand ils ont eu la chance de les retrouver ...

- Non, moi pas grave, soigner vikings … S'il vous plaît ! Soigner vikings blessés, pas moi …
Mais soudain Thorolf hurle et m'entraîne ainsi que la jeune déesse vers quelques arbres encore debout alors que le ciel s'illumine.
- Non, non, pas arbres, dangereux ! crié-je alors qu'un éclair d'une violence inouïe déchire les nues assombries, nous éclaboussant d'une lumière si vive, qu'elle m'oblige à fermer les yeux. Instinctivement je plaque mes mains sur mes oreilles et courbe l'échine, attendant le grondement du tonnerre qui ne tarde pas, assourdissant. Thor et Sól viennent de disparaître dans un tourbillon irisé de mauves éclatants, attirant l'horrible Sköll fuligineux à leurs trousses. Et d'un ! Puis une autre déflagration résonne étrange, comme un estomac monstrueux qui gargouille.

- Disparu dragon, regardez ! C'est fini ! Dieux battre monstre ! Merci ! m'écrié-je en regardant la jeune déité avec une curiosité respectueuse.
- Merci tous les Dieux et Déesses ... Vous appeler comment ?
Tenant fermement la main de Thorolf dans la mienne, je m'appuie contre lui, puisant ainsi quelques forces. J'ai conscience de notre chance, nous avons tous deux survécu, et notre maison est assez écartée du village pour ne pas avoir trop subi les foudres du dragon. Alors qu'une aube glaciale diapre notre fjord de reflets scintillants, je m'autorise enfin un vrai regard autour de nous, je cherche des visages connus sous les masques de suie et de douleur. Nos amis auront-ils tous survécu à ce massacre ? Et Hagen, notre courageux Jarl, où est-il ? J'aperçois justement Brynja, soutenue par Klaus qui porte Tora, Arnórr les accompagne avec une fillette blonde dans ses bras. Plus loin, il me semble reconnaître la silhouette de Njall, et sans aucun doute la chevelure flamboyante d'Elfi, qui pétille dans ce morne décor. Enfin non loin d'eux, dans une nuée d'abeilles bourdonnantes, notre compagne d'aventures, Beyla, est là, elle aussi. Et je réalise que toutes ces femmes lumineuses, compatissantes, sont autant de Déesses qui, avec une méticulosité teintée de maniaquerie, s'occupent de chaque blessé, leur offrant ainsi une chance de vivre et de reconstruire leur maison, leur village. Par les Nornes ! J'ai tellement de questions, tellement d'admiration, tellement ... Mais ce n'est ni le lieu, ni l'heure ...

- Thorolf, nous pas trop dégâts, nous prendre vikings sans maison chez nous ? Nous pouvoir prendre blessés, non ?




When I say I love you, please believe it's true. When I say forever, know I'll never leave you. When I say goodbye, promise me you won't cry, Because the day I'll be saying that will be the day I die.

Merci Thor ! keur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
haut-roi d'yggdrasil

ϟ MESSAGES : 6914
ϟ INSCRIPTION : 18/12/2013
ϟ LOCALISATION : Sur le trône, ou dans ses environs
ϟ HUMEUR : Fier & Inexpugnable



ϟ The Thunder sings in the Storm ϟ



ϟ Warrior, Queen, Mother & Wife ϟ



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Ven 12 Juin - 18:59

L
entement, presque comme s'ils n'avaient été que plumes à l'aquilon, le binôme victorieux redescendit des nues d'obsidienne, jusqu'à ce que leurs bottes se posent dans la poussière. Le souverain relâcha sa furieuse étreinte, libérant ainsi la déesse qui, comme promis, ne souffrait d'aucun mal causé par la foudre qui avait eu raison de La Répulsion. Le canidé saurait, à l'avenir, que celui qui siégeait désormais sur la cime de l'Arbre-Monde n'était pas à considérer avec légèreté, et que s'il clabaudait encore comme un enragé, le tonnerre aurait tôt fait de se rappeler à son bon souvenir. Il avait fallu au moins cela, pour que sa relation avec le Soleil s'épanouisse enfin un tant soit peu, et s'il n'en aurait d'ordinaire eu cure, un certain contentement ébaucha un furtif sourire sur ses lippes. Il répondit à la frêle révérence par un signe de tête, et corrobora. « Le couard sait face à qui il se dresse dorénavant, et vous aviez la volonté d'aider, rien de préjudiciable. » Même si cela l'avait détourné de son dessein initial, dont les autres déités prenaient heureusement soin. Dans l'élan, il apprit que sa suggestion quant à la famille de la Torche avait finalement fait son chemin, une surprise autant qu'une bonne nouvelle, dont ils converseraient plus tard. « Fort bien, allez-y. » Il la suivit du regard, avant d'obvier dans la direction opposée.

Il eut tout juste le loisir d'admirer ses pairs occire la créature, le Chaos se chargeant de porter une magnifique quoi que salissante estocade. Thor détourna brièvement les yeux à la déflagration, puis arbora un mince rictus à la vue des bribes organiques qui retombaient sur le sol et jonchaient les vestiges d'une ville jadis sereine. Il approcha du quatuor qu'étaient la Terre, la Tempête, le Mensonge et la Musique, qui avaient oeuvré de concert, et s'adressa à eux. « Je suis désappointé de n'avoir pu participer, mais rends grâce à vos talents. » Ses orbes azurées se posèrent sur Ida, qu'il examina en silence, avant de commenter dans une risette débonnaire. « Je ne vous avais jamais vue si hardie Dame Ida, j'espère que vous n'omettrez pas de composer une mélodie à votre propre gloire. » Sa main se posa ensuite dans l'échine de Jörd, qu'il caressa tendrement tout en s'intéressant à Loki. « Je suis content de te voir mon frère... et de constater que tu es en pleine forme. » Un sourire, qui s'évanouit lorsqu'il contempla les alentours.

Tout n'était plus que ruines et cadavres fumants, Tromso n'était plus, et au loin, il aperçut le galbe du jarl choir sous le poids de l'émoi. Il n'en fallut pas davantage pour que le monarque quitte la bonne compagnie de ses homologues et rejoigne son apôtre, devant lequel il se présenta. Sans lui octroyer une seconde de répit, il se pencha pour le saisir et le relever, ceci, bien qu'il ne l'obligea point tout de suite à tenir sur ses jambes qu'il sentit chancelantes. Il le maintint contre lui, le faciès du mortel par-dessus son épaule tandis qu'il lui parlait à l'oreille. « Debout Hagen, ils ont besoin de te voir debout. » Les survivants, tous allaient plus que jamais compter sur la seule force morale de leur chef, une incommensurable pression que l'Odinson connaissait parfaitement. « Je sais que c'est dur, mais n'oublie pas ce que tu représentes à leurs yeux. Si tu tombes, ils tombent. » Il attendit un instant, puis redressa son fidèle de manière à ce qu'il tienne debout sans son aide. Il chercha à capter le cobalt de ses iris pour s'assurer qu'il s'agrichait bel et bien à la réalité, aussi innommable était-elle, puis il brandit Mjölnir entre eux. Il prit la paluche du midgardien et la posa sur le fer encore chaud, et dont les runes luisaient toujours, du légendaire marteau, avant de conclure. « C'est notre destinée de subir les tribulations les plus abjectes et d'y survivre, mais surtout, d'être l'étoile la plus éclatante dans le ciel même ennuagé de nos ouailles. Notre destinée, c'est de guider, avec foi et courage. »


by the light of this lonely lantern I hold aloft,
I'll safeguard the wandering and lost
I'll keep you in my sight, I'll ward away the dark and fright. I'll keep you from harm within my arms, hat circle round your shaking form. No need for tears or wide eyed alarm, my arms will shield you from the storm.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 1323
ϟ INSCRIPTION : 09/01/2014
ϟ LOCALISATION : Dans les ruines de Tromsø, elle fait de son mieux pour taire ses angoisses et venir en aide à ceux qui ont eu moins de chance qu'elle.
ϟ HUMEUR : Un brin traumatisée.



« Having a soft heart in a cruel world is courage, not weakness. »



« She wasnt exactly sure when it happened. Or even when it started. All she knew for sure was that right here and now, she was falling hard and she could only pray that he was feeling the same way. »





MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Sam 13 Juin - 11:43

Firestorm
SUJET COMMUN

À présent que c'était terminé, son corps lâchait. Il y avait des limites à ce qu'un seul être pouvait endurer coup sur coup, et ces mêmes limites, Brynja les avait franchies un ou deux traumatismes plus tôt. Elle voulait simplement que cela s'arrête, que l'on cesse de les faire batailler épreuve après épreuve sans leur laisser le temps de reprendre leur souffle. À présent que le dragon avait péri, à quoi devaient-ils s'attendre ? Leur accorderait-on un peut de répit, cette fois-ci ? Ils n'avaient plus rien, absolument plus rien. Tora et Sunniva étaient en vie, mais les autres...? Hagen, Sindri, Eyvindr, Svenja ? La panique environnante était telle qu'il était impossible de réellement distinguer les visages des survivants, et de toute façon, elle n'était pas réellement en état de se mettre à la recherche de ceux auxquels elle tenait le plus. Elle était sur les rotules, au sens le plus propre du terme. Rendre gorge n'était que le début, elle peinait à respirer et était à bout de souffle, pour la simple et bonne raison qu'elle avait plusieurs côtes brisées. Rien de terriblement dramatique en soi, à moins qu'elle n'ait un poumon perforé... Auquel cas, elle pouvait dire adieu à Midgard et chercher immédiatement le chemin qui la mènerait le plus rapidement jusqu'au royaume de Hel. Sans doute aurait-elle mieux fait de garder espoir, mais en pareille journée il était bien plus aisé de tout dramatiser, et il y avait fort à parier qu'elle n'était pas la seule à avoir l'impression que le Ragnarök avait frappé Midgard, ou du moins Tromsø, précipitamment. Elle avait mal, elle était encore morte de peur et la seule chose dont elle avait envie c'était de se blottir dans les bras du premier à lui offrir une étreinte réconfortante. Lorsque l'on s'agenouilla auprès d'elle, elle ne bougea tout d'abord pas, pas plus qu'elle ne prêta attention à la femme qui l'avait rejointe. Ce ne fut que lorsqu'elle l'appela qu'elle osa relever la tête ; et elle eut un mouvement de recul lorsqu'elle réalisa qu'il s'agissait d'une déesse. Fulla. Quoique sonnée, Brynja n'eut aucune peine à se souvenir des fonctions de la déesse, protectrice des Vierges et de la Fertilité. Et de toute évidence, elle possédait des capacités de guérisseuse, sans quoi elle ne se trouverait pas là... ou peut-être que si, après tout, elle n'en savait fichtrement rien. Une grimace presque outrée déforma ses traits lorsque la divinité lui demanda si elle était blessée. N'était-ce pas évident... ? En d'autres circonstances, Brynja se serait inclinée face à telle présence, mais elle était presque... en colère après les dieux ? Non, le mot était trop faible, elle était furieuse. Furieuse qu'ils les aient ainsi abandonnés. « Hagen a dit qu'elle a des côtes cassés », hoqueta Sunniva, encore accrochée au cou d'Arnórr. « Et puis... et puis on est tombées... et les braises... et... et... » La petite renifla, la pauvre ne savait tout simplement pas comment expliquer de quel mal souffrait Brynja, et celle-ci ne pouvait pas l'en blâmer. Accordant plus d'attention à l'enfant qu'à la déesse à ses côtés, Brynja s'assit péniblement dans le sable, une main appuyée contre son flanc vilainement écorché. Les déesses s'agitaient sous ses yeux, le tableau était irréel, presque grotesque. Elle avait pourtant du mal à s'en défaire, c'était, lui semblait-il, la seule chose qui la rattachait encore à la réalité, la tenait éveillée malgré les tremblements de son corps et sa furieuse envie de perdre connaissance et d'échapper aux atrocités d'Yggdrasil.

FICHE PAR ROMANOVA.


Spoiler:
 


nothing haunts us like the things we don’t say

You never know what goes on in the mind of a silent person.
They might have a storm brewing in their mind and we would never know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mar 16 Juin - 19:58

La situation devenait de plus en plus critique pour les habitants de Tromso. Svenja se sentait plutôt démunie, dans une situation pareille. Un dragon venu les assiéger et mettre le feu à leur village et par la même occasion à leur vie, voilà qui était quelque chose de difficile à encaisser. Son frère, cependant, en tant que jarl du village, allait très certainement savoir comment gérer les choses. Son amour et sa confiance envers son frère Hagen était telle que Svenja devait se raccrocher à cette idée pour ne pas se laisser sombrer. Cela plus son instinct de survie, cela mettait clairement Svenja dans une situation où elle ne se laissait pas aller au désespoir. Luttant, minute après minute, la jeune femme faisait de son mieux pour que tout se passe au mieux.

Elle avait amené sa belle-sœur -enfin la compagne de Hagen- vers un endroit où elles seraient en sécurité, selon son frère, mais cette dernière avait préféré se sauver pour aider au village. Svenja l'admirait, de fait, pour cela. De son côté, elle avait pansé des plaies et rassuré des enfants et des femmes, qui pour quelques uns, avaient trouvé refuge au même endroit qu'elle. Son esprit restait concentré sur Brynja, néanmoins, qu'elle aurait tant voulu retrouver. Tora, elle, n'avait pas hésité à courir jusqu'à Sunniva et Brynja, en véritable amie. Svenja n'avait pas su la convaincre et elle s'en voulait. Si il arrivait quoi que ce soit à ses amies, elle s'en voudrait terriblement.

Après avoir fait de son mieux, là où elle était, Svenja ne tint plus en place. Elle ne pouvait pas rester ainsi, à couvert. Décidée à retrouver ceux qu'elle aimait, car seule, sa vie ne valait rien, Svenja décida de quitter les bois où elle s'était réfugiée. D'ailleurs, elle n'avait plus vraiment le choix car tout s'embraser autour d'elle. La fumée commençait à devenir vraiment opaque, empêchant de bien respirer et brouillant la vue de Svenja. La jeune femme prit la direction de la plage. Sans savoir elle-même ce qu'elle faisait, elle courut jusqu'aux abords du village, où il semblait que l'horreur était passé. Svenja le savait, ils vivaient tous un véritable cauchemar. Ses pas la menaient donc vers la plage où une scène terriblement étonnante était en train de se dérouler.

Des personnes qu'elles ne connaissaient pas étaient là. Les yeux de Svenja ne savaient plus où aller. Elle cherchait sa famille, ses amis, son village. Et elle croisait ça et là des visages connus. Et aussi des personnes inconnues. Qui était là ? Elle n'osait y croire. Serait-ce que les Dieux étaient venus à leur secours ? La jolie Svenja, repliée qu'elle était dans les bois, arrivait en quelques sorte après la tempête sur la plage. Soudainement, sans pouvoir s'en empêcher, elle appela. « -Hagen ! Klaus ! Brynja ! Tora ! » Les cris de la jeune femme avait pour but de lui faire trouver ceux qu'elle aimait, dans cet amas de personnes et de blessés enchevêtrés. Quasiment au bord des larmes, la jeune femme essayait de retrouver ceux qu'elle aimait.

HJ: Désolée de ne pas avoir répondu avant ... Et de tomber comme un cheveu sur la soupe Smile .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
déesse de la terre

ϟ MESSAGES : 725
ϟ INSCRIPTION : 09/03/2014
ϟ LOCALISATION : Dans son sanctuaire à Asgard



MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   Mer 17 Juin - 22:25

De ses fines phalanges repliées contre sa paume, Jörd entonne à ses sbires de rocaille de plonger dans la gueule du dragon pour le clouer au sol et l’étouffer avant qu’il ne crache de braises ardentes. Elle croise le regard d’Ida et Ràn et hoche la tête pour les inciter à agir de concert pour abattre la bête. La puissance de la Tempétueuse couplée au pouvoir lénitif de la Musique peut être redoutable, au moins le temps de l’affaiblir pour trouver une solution plus radicale. C’est alors que du coin de l’œil, la Terre repère la silhouette de Loki se diriger vers elle. Tandis qu’elle se concentre sur ses golems de pierre que la bête essaie de cracher tant bien que mal, les quelques mots que lui glisse le Chaos arrachent une expression circonspecte à la flavescente. Jörd se doute bien de ce qu’il s’apprête à faire - une manœuvre nécessaire - maintenant qu’elle a réussi à insinuer un mal insidieux dans la carne du dragon. Chaque créature qu’elle parvient à dresser de par son affinité avec la nature est pour elle un infant, même si la plupart ne jouissent d’aucun libre-arbitre comme ses réputés arbres penseurs. Jörd en a fait des sacrifices et même si elle parvient à insuffler l’illusion de vie dans ces amalgames de terre et pierre humanoïde, elle sait très bien pourquoi elle les a créer. Tuer le reptile et mettre fin au carnage. Sauver les mortels.
Le visage de Dame Nature s’incline doucement vers Loki et elle relâche sa poigne, desserre son emprise sur les incarnations de rocaille qui esquintent l’estomac de la bête grondante. Une lumière vive éclaire alors les alentours obscurs et Jörd laissa retomber ses bras contre ses flancs tout en offrant une œillade effarée en direction du reptile agonisant, ciblé par un puissant faisceau naissant de la main du Chaos. Il suffit d’un froissement de paupières pour que les cris et grognements de la bête ne soient couverts par le fracas d’une explosion. Instinctivement, la Terre ramène ses bras devant elle avant de réaliser ce qu’il vient tout juste de se passer. A moitié avachie sur le sol boueux, elle redresse le chef en direction de leur ennemi qui n’est plus qu’un tas de chair sanguinolente et tripailles éparpillées. Une chaleur suffocante se dégage vaguement du reste de la carcasse et l’odeur ferreuse du sang lui chatouille les narines. Elle reprend son souffle et se remet de ses émotions, dardant un regard bref autour d’elle avant de l’arrêter sur Loki, lui qui semble fixé un point précis au-delà de son minois. « Tu as… » Elle fronce les sourcils avant de se redresser, allure charbonneuse et crin en pagaille. « Un bout de cervelle. . » Elle salue la mine dégoutée du Chaos d’un regard de félin auquel on aurait joué un mauvais tour puis ne prend pas même la peine d’épousseter sa tenue ou sa chevelure. « Quel virtuose de la mort tu fais... » Lui lâche-t-elle entre soulagement et provocation. Elle ne peut s’empêcher de rire avec franchise, secouant la tête pour mieux soupirer. « Je suis contente de te voir là. » Elle dilapide un semblant de complicité dans ses prunelles avant de reporter son attention sur Ida et Ràn qu’elle gratifie d’un geste de main. Tout le monde commence d’ores et déjà à s’agiter pour porter secours aux blessés. Le dragon n’étant plus, ils peuvent dorénavant tirer les blessés des décombres sans risque mais Jörd ne se sent pas encore le courage de s’arracher à cet état de nervosité martiale. Lorsque Thor revient vers eux, la Terre s’assure imperceptiblement que celui-ci n’est pas blessé. « Tu es parvenu à faire fuir Sköll... » Lui glisse-t-elle, mûrement inquiète quant à la situation de Sól et de son ennemi légendaire. Pudique face à la tendresse qui ne demande qu’à rayonner, la belle se contente de détailler les alentours et de rester immobile. Le Jarl s’est effondré en voyant ce qu’est devenu son village et le nombre de victimes du courroux du dragon vient entacher l’enthousiasme de Jörd. Tout en regardant le Tonnerre partager quelques mots de soutien avec le viking, Jörd glisse une main sur son visage, soudainement lasse. « Eux aussi, auront besoin de temps pour se relever. » Dans le fond, les mortels n’étaient pas si différents d’eux.


Par un soir ténébreux de l'arrière-saison. Dans un coup de rafale une graine emportée, tombant contre les murs d'une haute prison, entre de vieux pavés mal joints s'est arrêtée. Alors, comme sortant d'un funèbre sommeil, Elle émerge à grand'peine et s'exhausse de terre, et d'un suprême effort aspirant au soleil elle frémit d'espoir, la pauvre solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard   

Revenir en haut Aller en bas
 

FIRESTORM ϟ Le Dragon de Midgard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» DRAGON'S CUP 2010 [100 joueurs attendus]
» DBZ Raging Blast 2 + OAV Dragon Ball Kai Dr Egui
» un dragon etrange...
» Don chemise d'écaille de Dragon
» [Sets] Problème de construction pour le Dragon Kardas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Archives :: Corbeille :: les intrigues terminées-