lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Méfiance rime avec prudence [Egil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Méfiance rime avec prudence [Egil]   Ven 8 Mai - 18:59

[Ce RP se place avant l'intrigue FIRESTORM]

Svenja avait besoin de prendre l'air. La jeune femme partageait désormais la maison avec Brynja, la fiancée de son frère Hagen. Cela ne lui posait aucun souci, car elles étaient amies, bien avant de devenir belle-soeurs et donc de la même famille. Néanmoins, nouveau couple disait nouvelles règles et Svenja voulait que Brynja se sente chez elle et non pas seulement chez Hagen, Klaus et Svenja. Dans ces conditions, Svenja prenait désormais régulièrement un temps seule. Cela ne lui pesait pas d'ailleurs, car depuis ses trois ans, seule femme du foyer, elle avait eu à gérer beaucoup de choses, alors même qu'elle était une enfant. Son père, l'ancien Jarl de Tromso, n'avait d'ailleurs pas été tendre avec elle, et la jeune femme s'était donc mise rapidement au travail, pour le satisfaire. Mais elle n'avait jamais été aussi douée que l'épouse décédée du Jarl.

Laissant donc Brynja seule, Svenja lui avait indiqué revenir d'ici une bonne heure. Elle comptait aller marcher, prenant l'air. Le temps était froid -comme toujours à cet endroit de la Terre- et Svenja s'était donc couverte en conséquence. En tant que sœur du Jarl actuel et fille du précédent Jarl, Svenja avait toujours eu tout ce dont elle avait besoin, à la fois pour se vêtir, se nourrir et vivre de manière général. Bien que dernièrement, les revenus de la communauté aient été affaiblis notamment par des mauvaises récoltes. Seule, Svenja sortit donc. Une brusque bourrasque de vent lui donna presque envie de faire demi-tour. Mais elle lutta contre cette faiblesse et continua à marcher.

Bientôt, le village ne fut plus vraiment en vue et la jeune femme profita du grand air et de l'impression de liberté qui se dégageait du paysage vierge. Malheureusement, alors qu'elle marchait depuis quelques minutes déjà, Svenja repéra deux hommes au loin. Elle crut un instant qu'il s'agissait d'habitant de Tromso et ne se méfia pas. Ou du moins, pas assez. Svenja avait pourtant ce trait de caractère, mais il était tempérée chez elle par une douceur et une gentillesse, la plupart du temps. Elle se forçait alors à ne pas croire son instinct, lorsque celui-ci la poussait à se méfier, comme à l'instant.

Pourtant, elle aurait du. Car quand les hommes furent suffisamment près d'elle, Svenja comprit alors qu'elle ne les connaissait pas. Ils n'étaient pas du village de son frère. Et soudainement, elle eut peur. Pourtant venaient-ils tous deux dans sa direction si ils ne la connaissaient pas ? Et pourquoi l'un des hommes avaient-il ce rire égrillard et ce regard vicieux en l'observant.La jeune femme voulut faire demi-tour, mais l'un des deux hommes courut alors dans sa direction. Svenja se mit alors à courir, mais elle ne fut pas assez rapide. Bientôt, ceinturée par un homme qu'elle ne connaissait pas, Svenja se retrouva plaquée contre le sol et entendit des mots grossiers sortir de la bouche de l'homme qui l'avait attrapé. Hurlant et criant, Svenja se débattit tant et tant qu'elle pouvait. « -A l'aide ! A moi ! » Mais qui pourrait venir ? Elle était assez loin du village : c'était ce qu'elle avait recherché. Seul le silence pourrait répondre à ces appels qu'elle avait pourtant fait vibrant. L'homme lui mit une main sur la bouche et Svenja le mordit. Si seulement elle parvenait à atteindre sa dague. C'est ce qu'elle aurait du faire dès le début en vérité. Mais elle avait été trop surprise pour penser à prendre son arme. Elle en portait pourtant toujours une. « -A l'aide » ! eut-elle le temps de crier une fois de plus avant qu'un coup ne vienne la faire se taire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 64
ϟ INSCRIPTION : 27/03/2015
ϟ LOCALISATION : Une maison à l'extérieur de Tromsø


"Le monde est dangereux à vivre"




MessageSujet: Re: Méfiance rime avec prudence [Egil]   Sam 9 Mai - 23:13

A l'ombre des épais feuillages, les oiseaux se taisent, laissant au vent le seul loisir de rompre le silence en faisant frémir les feuilles des arbres. A terre, chacun de ses pas est ponctué par les craquements de petites branches qui ornent le sol.

Hache à la main, Egil était à la recherche de bois à couper, un arbre assez fin pour pouvoir être abattus en moins d'une demi-heure, mais assez épais néanmoins pour que ses bûches puissent faire ce à quoi leurs acquéreur les prédestinerait (et à par faire du feu un bon moment, il ne voyait pas trop à quoi d'autres celles-ci pouvaient servir).

Ce métier l'ennuyait terriblement et dès lors il se dit qu'il devrait peut-être songer sérieusement à changer de métier, dût-il changer de chaumière et s'installer en pleine ville.

Aucun flocon blanc n'était tombé, ni cette nuit ni maintenant, et ce malgré le froid mordant. Il portait par dessus ses habits l'épais manteau de fourrure qu'il s'était confectionné durant son périple à travers l'Europe. Il c'était alors servis des morceaux de fourrure restant pour se confectionner des brassard de cuir fourrés qui, en plus d'être résistant, avaient eu le mérite de tenir lui particulièrement chaud, du moins au niveau des poignets et avants-bras.

Grimpant toujours plus haut dans la montagne, sa hache en guise de canne de marche , il finit par plus se promener qu'à vraiment chercher l'arbre en question. Une façon comme une autre de profiter de sa journée avant de se mettre au travail. Après tout il fallait bien qu'il gagne sa croûte, et ce serait idiot, se disait-il, de mourir de faim maintenant, alors qu'il était enfin rentré de chez lui.
Il s’arrêtât de marcher un instant : plongé dans ses pensées, le voilà qui venait probablement de se perdre. Levant les yeux au ciel en soupirant, il se dit qu'alors même qu'il était rentré chez lui, les choses, n'était toujours pas aussi simple qu'il aurait pu le penser alors qu'il cherchait le sommeil à l'ombre des cîmes pyrénéennes.

Perdu dans ses pensées, il fermât les yeux, appréciant le vent frais caressant son visage.

 -A l'aide ! A moi !

Qu'était-ce ? Une femme hurle. Il tendit son oreille en direction du cris. Il entend le battement des feuilles sol, signe de luttes évidents associés aux gémissement d'un homme, mélange de rage et de douleur. Pas de doute : hache en main il se dirige là ou la voix résonne, dévalant la pente en glissant sur les feuilles mortes, s'aidant des arbres pour s'empêcher de chutter, alors qu'un deuxième cris résonne, toujours la même voix, guidant à nouveau ses pas, jusqu'à percevoir deux hommes, prêt à abuser d'une jeune femme, et cette femme Svenja, la sœur du Jarl.

Discrètement il s'approche du premier,hilare, attendant son tour. Brandissant sa hache, Egil abat sa lame sur le crâne de l'homme. Le bruit du choc contre l'os alerte de le dernier, qui sort sa hache de la ceinture et la brandit vers la gorge du bûcheron. Celui-ci se baisse et plante le rictus de son arme dans son estomac, répandant sang et tripes sur le sol. Une fois debout, il pousse du pied le cadavre recroquevillé, agonisant, avant de se tourner vers la fille, sonnée, et tentat de la réveiller par quelques légères petites claques.

-Réveille-toi Svenja ! Je t'en supplie, réveille-toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Méfiance rime avec prudence [Egil]   Dim 10 Mai - 18:20

Finalement, songea Svenja, juste avant de s'évanouir, mieux valait qu'elle ne soit pas consciente, pour ne pas avoir à vivre ce qui allait se passer. Elle avait beau avoir crier, s'être débattue, avoir voulu mordre ses agresseurs, la jeune femme avait finalement succombé à un évanouissement qui avait été causé par un coup de son agresseur. Inconsciente, Svenja était dans un autre monde désormais. Cela ne dura pas longtemps, en vérité. Peut-être deux ou trois minutes. Au bout de ce laps de temps, elle sentit sur son visage quelque chose, sans savoir déterminer quoi exactement. Une voix, également, semblait l'appeler. Svenja finit par revenir à elle-même.

Mais elle fut surprise. Très surprise même. Ce n'était pas ses agresseurs qui se tenaient au-dessus d'elle, mais bien Egil. Elle le connaissait bien et surtout avait l'impression de le connaître depuis toujours. Si il était là … Cela voulait-il dire qu'il était arrivé à temps ? Qu'elle venait d'échapper à quelques minutes près à un horrible viol ? La jeune femme n'osait croire à sa chance. Sonnée, choquée, elle ouvrit cependant les yeux, une seconde fois. « -Egil ? » Sa voix semblait faible, brisée même. La jeune femme se sentait épuisée, tremblante et un mal de tête furieux lui dévorait le crâne.

Après quelles secondes de plus, la jeune femme réussit à se rasseoir. Elle ne supportait plus d'être allongée de cette manière, sur le sol où elle avait failli perdre sa virginité d'une manière atroce. Elle voulait partir de cet endroit. « -Oh, Egil … Merci ! » Elle ne parvenait plus vraiment à savoir quoi faire, ni comment agir. Désemparée, Svenja n'arrivait plus à réfléchir de manière normale. Elle était totalement perdue. «-Est-ce-que … Est-ce-que tu es arrivé à temps, Egil ? » En d'autres termes, est-ce-qu'elle avait été violée ? Svenja avait besoin de le savoir. Vraiment besoin. Elle ne parvenait même pas encore à réaliser ce qui s'était passé et éventuellement ce qu'elle avait pu éviter. Car même si elle ne ressentait pas de douleurs spécifiques, elle était aussi bien trop secouée pour être certaine de quoi que ce soit. Demander à Egil, c'était s'accorder la possibilité de ne pas rêver. Il lui dirait, lui, ce qui s'était passé.

Mais alors, la jeune femme tourna la tête et vit le drame. Évidemment, pour la défendre, Egil avait du tuer ces deux hommes. Svenja ne le regrettait pas : ils ne méritaient pas de vivre après ce qu'ils avaient essayé de lui faire subir. Les deux corps ensanglantés lui donnèrent envie de vomir et Svenja se mit sur ses pieds quasiment immédiatement après cela. « -Je ne peux pas rester là . » Sa voix était blanche, tout comme son visage qui semblait même livide. La jeune femme était réellement sous le choc. Elle peinait à reprendre ses esprits et alors qu'elle pensait qu'elle allait pouvoir reprendre le chemin de Tromso.

Elle ne le put. D'un seul coup, son estomac refusa de garder plus longtemps son dernier repas et elle vomit d'une traite. Aux pieds de Egil. La pauvre Svenja se sentait de moins en moins bien et avoir vomi ne l'aidait pas à se sentir plus à l'aise auprès de Egil. « -Je suis désolée ... » lâcha-t-elle platement, rougissante et désormais au bord des larmes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 64
ϟ INSCRIPTION : 27/03/2015
ϟ LOCALISATION : Une maison à l'extérieur de Tromsø


"Le monde est dangereux à vivre"




MessageSujet: Re: Méfiance rime avec prudence [Egil]   Jeu 14 Mai - 1:45

Il continuait de la giffler, durant de longues minutes afin de la réveiller.
Longues minutes faîtes d'inquiétudes ou il priait les dieux pour que la jeune fille finisse par se réveille.
Elle ouvrit finalement les yeux, prononçant le nom de son sauveur comme pour être bien sûre qu'il se trouvait bien face d'elle, et l’intéressé laissât échapper un bref soupir de soulagement. Sa voix trahissait l'état de faiblesse dans lequel et se trouvait, mais peu importait pour lui : elle est en vie, c'est tout ce qui compte.

Il posât sa main sur la nuque de la jeune fille afin de l'aider à se redresser, et celle-ci vint s’asseoir, encore sous le choc mais reprenant peu à peu ses esprits. Lui ne pouvait qu'essayer de se mettre à sa place : il avait souvent croisé des femmes victimes de viol. Si certaines s'en étaient remises, ça avait tout de même réussis à en anéantir bien d'autres.

Elle n'avait que frôlé la catastrophe, quoique de peu, et par conséquent en l'en remettra facilement. C'est du moins ce qu'il se dit.

-Tu devrais faire plus attention quand tu te promène seule ! Qu'il lui répondit alors que celle-ci venait de le remercier.

Il n'y avait nul compassion dans sa voix, juste de la sévérité, le ton que prend l'adulte qui gonde un enfant imprudent. Il se relevât, ramassant sa hache dont il essuyât le sang sur sa manche avant de la ranger dans sa ceinture, puis jetât un bref regard aux alentours. Désormais il espérait seulement ne pas s'être perdu.

«-Est-ce-que … Est-ce-que tu es arrivé à temps, Egil ? »

Il lui adressât un léger sourire.

-Oui, ne t'en fait pas pour ça.

Derrière lui gisait les corps sans vies des deux compères, dans un état pour le moins déplorable. Celle qui fut Jadis leur victime se remit aussitôt sur pied après les avoir vus. La pauvre ne devait pas avoir l’habitude de voir ce genre de chose.
Il connaissait bien Svenja : un exemple de douceur et d'amour pour son prochain. Un tel tempérament ne pouvait être issus que d'un esprit fragile que la vue du sang dégoutte. Elle lui dît vouloir partir, Egil ne lui répondit rien. Quitter les lieux, oui, mais vers où ? Les nuées de pin les empêchaient de distinguer la moindre horizon. Svenja saurait probablement quel chemin emprunter.

C'est alors qu'un bruit étrange survint : Svenja venait de rendre son dernier repas, aux pieds du pauvre bûcheron, écœuré, qui avait eu le bon réflexe de reculer d'un pas afin de limiter les dégâts sur ses pauvres chausses.

« -Je suis désolée ... »

La pauvre enfant était au bord des larmes, si misérable qu'elle prit Egil en pitié, qui agitait vivement le bout ses pieds afin de les débarrasser des résidus gastriques de la jeune-fille. Il posât finalement une main protectrice sur son épaule avant de la regarder dans les yeux.

-Ce n'est rien, mais tu dois te reprendre ! N'oublie pas que tu es la sœur du Jarl, tu te dois d'être forte !


Il lui donnât une petite tape sur l'épaule en lui souriant, puis se dirigeât vers les cadavres des deux hommes afin de les fouiller une habitude qu'il prit lors de son aventure en europe.

-Je n'ai aucune idée d'où nous nous trouvons, j'espère que tu te souviens des chemins que tu as empruntée.

Sa voix se voulait plus douce, plus conciliante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Méfiance rime avec prudence [Egil]   Mer 27 Mai - 13:59

Ce qui venait d'arriver à Svenja était certes traumatisant. Elle se croyait en sécurité, auprès du village de Tromso. Mais cela lui servirait aussi à n'en pas douter de terrible leçon. La jeune femme ne pourrait plus se permettre de vadrouiller de cette manière dans un large périmètre en pensant être en totale sécurité. Le monde était cruel et il conviendrait que la jeune femme sache se défendre. C'était même une nécessité. De plus, ce n'était nullement une anormalité : bien des femmes vikings savaient manier les armes pour se défendre et bien d'autres encore possédaient des couteaux efficaces contre ce genre d'agression. Svenja savait qu'à l'avenir, elle ne manquerait pas d'avoir elle aussi de quoi se protéger.

Les paroles de Egil n'en étaient pas moins difficiles à entendre. Svenja savait qu'il avait raison mais ce n'était pas de cri ou de colère qu'elle avait besoin, mais plutôt d'attention. Ceci dit, Egil ne lui devait rien de ce genre et la jeune femme comprenait : il venait de se battre pour la sauver et avait par-là même pris la vie de deux hommes. Ce n'était pas anodin et surtout, c'était la faute de Svenja. La jeune femme choisit de ne pas répondre donc, à la remarque de son sauveur, préférant alors se concentrer sur ce qu'elle ressentait. Bientôt, elle devrait être capable de ne plus y penser, sinon sa vie deviendrait un enfer et elle, une petite chose épleurée. Svenja avait conscience de cela, elle faisait donc de son mieux pour résister à l'envie de se laisser aller à sa peur, son choc et son malaise.

Malgré tout, le jeune homme la rassura. Il était arrivé avant que rien de définitif n'ait pu se passer et c'était déjà beaucoup que de savoir cela. La jeune femme, quelque peu rassurée par cette information hocha donc la tête pour faire comprendre à Egil qu'elle avait saisi cette information. Alors, le dégoût prit la jeune femme et elle ne put retenir les hauts-le-coeur qui vinrent et emportèrent sa conviction. Infiniment désolée, la demoiselle s'excusa vivement et Egil, posant une main sur son épaule, lui fit comprendre qu'elle ne devait pas se laisser aller ainsi. Bien sûr. Il avait totalement raison. Svenja respira, inspirant un grand coup pour que la panique ne puisse pas l'envahir. Elle réussit plutôt bien cet essai et put regarder Egil dans les yeux. Le sérieux du jeune homme et sa détermination étaient deux traits de caractère rassurants pour la jolie Svenja. « -Je sais. Cela va aller. Tu as raison. » Des phrases qui se suivaient sans réelle cohérence, certes, mais qui montrait l'état d'esprit de la jeune femme. Bien que douce, Svenja n'en était pas moins déterminée. Et elle savait qu'une Viking ne pouvait se laisser longtemps aller à ses états d'âme. Elle n'avait déjà que trop longtemps cherchait à se cacher.

Laissant Egil aller vérifier les cadavres des deux hommes, Svenja essaya de se souvenir d'où elle était venue. Le jeune homme venait d'ailleurs de lui dire qu'il n'avait aucune idée de où ils devaient aller. Svenja fronça les sourcils, se concentrant. « -Je crois me souvenir, pour ma part. Le village est certes loin, mais je n'ai pas pris de chemins sinueux. » Désignant l'endroit d'où elle venait, Svenja indiqua. « -Je crois qu'à quelques kilomètres d'ici se trouvent Tromso, il nous faut prendre à l'est puis nous retomberons sur un sentier plus large. »

Tout en indiquant la direction, Svenja attendit de voir si Egil allait la suivre. « -Que faisais-tu ici, Egil ? » Après coup, elle ne pouvait s'empêcher de se demander comment son sauveur avait-il pu se trouver proche d'elle, au moment où ce malheur était arrivé. Le souffle encore un peu court, Svenja attendait d'être totalement remise pour reprendre le chemin de Tromso. Mais avant cela, elle savait qu'elle allait devoir demander à Egil si il comptait confier au Jarl ce qui venait de se passer. Sa prochaine question était donc toute prête.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - bondi

ϟ MESSAGES : 64
ϟ INSCRIPTION : 27/03/2015
ϟ LOCALISATION : Une maison à l'extérieur de Tromsø


"Le monde est dangereux à vivre"




MessageSujet: Re: Méfiance rime avec prudence [Egil]   Lun 27 Juil - 19:08

Un couteau. Deux. Et une médaille en or. Rien d'autres. C'est deux porcs n'avaient même pas la courtoisie de léguer quelques choses de valeur après leur mort.
Certains les auraient décapités et posés leurs têtes sur leur parties génitales comme pour les faire se sucer eux-mêmes en guise de remerciement pour un même butin (d'autres auraient également coupés leur parties génitales pour les enculer avec, auraient portés leur couilles comme un pendentif).
Mais lui n'avait pas le temps pour ce genre de profanation, et de toute façon il n'en avait jamais vraiment vu un grand intérêt, sinon de la satisfaction de voir un ennemi mort et humilié.

La pauvre Svenja devais rentrer chez elle. Même quand elle commençait à se ressaisir et à lui promettre que ça irait, il ne a croyait pas. Une enfant comme elle vit rarement ce genre d'agression sans séquelle. Néanmoins il pouvait tout de même saluer l'effort de vouloir surmonter tout ça, d'autres serait certainement entrain de continuer de pleurer en demandant aux dieux pourquoi elle.
Elle non, c'était déjà une bonne chose. Et de plus elle se souvenait de la route qu'elle avait empruntée, un autre bonne chose. Cette jeune femme était certainement la meilleure victime sur qui il aurait pu tomber.

Délaissant les cadavres, il rejoignit la pauvre femme et lui tendit l'un des deux couteaux, celui du l'homme qui avait faillit la violer.

-tient, garde-le et fait en sorte de l'avoir sur toi à l'avenir. 


Dans le pire des cas, ça lui rappellerait qu'elle à frôlée la mort et qu'elle a jamais une dette envers lui.
Dans le meilleur des ça auras peut-être le mérite de la rendre plus vigilante.
Maintenant il devait l'emmener là ou il fallait. Que faisait-il ici ??

-J’étais parti couper du bois quand je t'ai entendu.

Il partit devant et commençât à descendre vers la direction que la jeune fille avait indiqué.

-Tu as eu de la chance jeune fille, et nous aussi : je n'ose pas même pas imaginer l'état du Jarl s'il apprenait le viol et la mise à mort de sa sœur chérie.

Il s’arrêtât ensuite et se tournât vers elle.

-Presse la pas maintenant, c'est toi qui connaît la route, et je n'ai aucune envie d'être encore là à la tombée de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Méfiance rime avec prudence [Egil]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Méfiance rime avec prudence [Egil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ib - Quand art rime avec cauchemar...
» Weacko, ça rime avec manteau. Haha.
» Il est vrai qu'Arkeonik rime avec décapeur thermique.
» Quand cadeaux rime avec gâteau et que balais rime avec boulet [Pv Noly] ▬ TERMINÉ
» Fin d'année rime avec examens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Neuf royaumes :: Midgard :: les alentours du village :: la forêt de l'ours-