lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Wolves and girls, both have sharp teeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
queens of fate

ϟ MESSAGES : 426
ϟ INSCRIPTION : 20/11/2013



MessageSujet: Wolves and girls, both have sharp teeth   Mer 10 Juin - 11:36


Wolves and girls, both have sharp teeth
siggy & sunniva

Les cendres volettent encore dans l'air, accompagnées des flocons de l'hiver. L'air froid brûle la gorge et agresse la peau. La rudesse de la saison froide, les hommes du nord la connaisse par cœur, mais ils l'endurent et y survivent, année après année. Cet hiver encore, leur endurance sera mise à rude épreuve. Après les géants de glace, c'est un dragon qui s'attaque à Tromsø, dont la population a été réduite de moitié. Une population traumatisée, affaiblie... Et qu'il faut nourrir. La menace du reptile cracheur de feu écartée, les survivants peuvent enfin arpenter les bois, afin de chasser ou cueillir les dernières baies de la saison... En toute sécurité ? Certainement pas. Une fois n'est pas coutume, la mort d'un prédateur annonce l'arrivée d'un nouveau. À nouveau, les loups osent sortir de leurs tanières, et eux aussi, ils ont faim... Ils ont appris à craindre l'homme, à le fuir, mais leurs estomacs sont vides, leurs petits meurent de faim... L'instinct de survie sera-t-il plus fort que la peur de celui qui était leur grand prédateur... ?

quelques précisions

→ Votre sujet se passe deux jours après la destruction du village.
→ Vous faites partie d'un groupe qui a été envoyer chasser/cueillir ce qu'il est possible de trouver (et comestible...) à cette époque de l'année en forêt.
→ Sauf que les mortels ne sont pas les seuls à avoir faim ! Les hurlements d'une meute de loups commencent à se faire entendre... Vont-ils s'en prendre aux hommes ? Passer leur chemin ? A vous de le décider !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wotg.forumactif.org
avatar
viking - völva

ϟ MESSAGES : 529
ϟ INSCRIPTION : 26/05/2015
ϟ LOCALISATION : Entre Tromsø et le royaume des elfes sombres
ϟ HUMEUR : Sur ses gardes



"After the night
When I wake up
I see what tomorrow brings"





MessageSujet: Re: Wolves and girls, both have sharp teeth   Mer 10 Juin - 15:57

Wolves and Girls both have sharp teeth
Feat. Siggy


Un pas après l’autre. Le pied léger et souple elle avançait le dos courbé pour se dissimuler le mieux possible derrière la végétation. Elle ne pouvait pas se relever plus, au risque de révéler sa présence aux autres habitants de la forêt. Elle ne pouvait pas non plus se baisser davantage risquant ainsi de gêner sa progression et de rendre ses gestes maladroits. Ses pas s’enfonçaient dans la neige en silence, son regard ne lâchait pas l’horizon en quête d’un mouvement et ses oreilles étaient aux aguets du moindre bruit. Cette technique elle l’utilisait depuis longtemps maintenant. Son père lui avait enseigné les bases de la chasse et avec l’expérience et ses observations, Sunniva l’avait adaptée. Les nombreuses heures passées à observer la forêt et ses habitants lui avaient été utiles. Enfant, elle avait passé des heures à observer le manège des loups et des cerfs, leurs déplacements, leurs patience… Les bruits de la forêt devinrent petit à petit son quotidien et elle s’entraina de longues heures à les reconnaître et à imiter le comportement de ses habitants.

Cela faisait maintenant plusieurs heures qu’ils s’enfonçaient dans la forêt pour traquer le gibier. Jusque-là, elle avait toujours chassé en solitaire, comme beaucoup d’autres activités d’ailleurs. Mais aujourd’hui, le travail allait s’effectuer en meute. Le calme est revenu après l’attaque du dragon mais les conséquences s’étalent sur des cicatrices trop récemment ouvertes. Les cendres du village courent dans les vents froids du Nord. Vents qui s’engouffrent dans les os des habitants désormais sans toits ou murs pour les abriter de la tempête hivernale. Cette simple pensée tord l’estomac de la jeune völva dont la culpabilité ne fait que croître. Elle aurait dû le voir. Elle aurait dû prévenir tous les habitants. Mais elle n’avait pas su interpréter sa vision à temps. Elle eût un sourire amer. Même si elle l’avait fait, même si elle avait compris quelle menace pesait sur le village l’aurait-elle prévenue ? Malgré son doux caractère, aurait-elle prit le risque d’affronter les regards des villageois et aller contre la peur de son père de se voir arracher sa fille ? Malheureusement, elle n’aura jamais la réponse à cette question et c’est bien ce qui rend sa culpabilité plus pesante encore. Le jour du drame, elle avait vu la fumée s’élever du port et du village. Quand elle avait enfin compris ce qu’il se passait, elle avait couru jusqu’au village comme dans un état second. C’était comme si elle était dans un de ces « rêves » qui essayaient de lui en apprendre plus sur l’avenir ou le passé. Mais une fois sur place la chaleur du brasier dévorant les maisons et leurs habitants était bien réelle, les cris emplis de peurs et de désespoirs traversant les cœurs les plus durs ne s’effaceront sûrement jamais de son esprit tout comme cette épouvantable odeur de corps carbonisés… La mort s’était abattue sur le village sous la forme d’un dragon et avait laissé un goût de cendre sur les langues des survivants.

Maintenant, il fallait reconstruire mais surtout nourrir la population dont la plupart des réserves de nourritures étaient partit en fumée. Sunniva s’étaient immédiatement portée volontaire. Son habitation étant trop enfoncée dans la forêt, elle avait mis trop de temps à se rendre compte du désastre et surtout à gagner le village. Elle avait pourtant dis à son père qu’ils pouvaient vivre plus prêt mais ce-dernier avait toujours refusé de quitter cette maison qui avait abrité tant de bonheur depuis toutes ces années. Sachant tirer à l’arc et ayant une bonne connaissance de la forêt, elle avait été assignée à la chasse pour la journée. Le groupe de chasseur se composait d’une vingtaine de personnes mais après réflexions et pour être sûrs de ramener un maximum de nourriture ils s’étaient divisés en cinq groupes. Sunniva était ainsi accompagnée de trois hommes et d’une autre jeune femme.

Elle n’avait pas beaucoup parlée pendant la route, l’ambiance alourdie par le deuil n’étant pas prompt à de longues discussions. Elle les avait plutôt observés. Les trois hommes étaient beaucoup plus âgés tandis que la jeune femme devait probablement avoir à peu de choses près le même âge qu’elle. De ce qu’elle avait entendu au village il s’agirait d’une thraell, mais de cette belle jeune femme se dégageait pour Sunniva l’aura des animaux sauvages. Une aura qui la rassurait plus qu’elle ne l’effrayait. Alors que cette jeune femme et les deux hommes plus âgés semblaient savoir ce qu’ils faisaient, le troisième était sûrement plus guerrier que chasseur. Le pas lourd et gauche il avait fait fuir plus d’un gibier dans la journée en pensant détenir le savoir absolue du parfait chasseur : à l’écouter Skadi, elle-même lui aurait révélé les secrets de la chasse. Une vantardise qui avait sérieusement entamée la patience de Sunniva qui ne voyait qu’une seule chose : il leurs faisait perdre leurs temps et pendant qu’il ruinait leurs efforts les villageois n’avaient pas grands choses à manger. La nuit n’allait pas tarder à tomber et avec elle leurs chances de ramener quelque chose s’amenuisaient. Alors qu’elle désespérait, une biche fît son apparition. Immédiatement, elle se figea observant attentivement la jeune femelle qui s’était sûrement éloignée de son troupeau. Cette fois, il était hors de question de manquer cette opportunité. Attendant que l’animal baisse sa garde, elle resserra sa prise sur son arc, attendant le bon moment pour le tendre dans sa direction et préparer son tir. Sunniva était comme hypnotisée par cette vision, ne faisant attention à rien d’autre, pas même aux autres membres de son groupe. Mais quelque chose d’inattendu se produisit, un long cri résonna entre les arbres. La biche releva la tête, bougea les oreilles de droites à gauche avant de s’enfuir en plusieurs bonds gracieux. Un deuxième cri, Sunniva aussi avait sentie le danger, son sang glacé d’effroi. Elle articula doucement, la voix presque tremblante :

- « Nous devons faire demi-tour… »

- « Non ! Nous n’avons toujours rien à rapporter au village, nous devons continuer. Ce n’est pas un cri de loup qui vas nous effrayer on les entend tout les soirs ! »

Et voilà que l’homme se moquait d’elle comme d’une enfant qui aurait peur des trolls cachés sous son lit. Pourtant elle connaissait les bruits de la forêt et ses codes. Elle avait bien envie de lui balancer que c’était en grande partie de sa faute s’ils n’avaient rien à ramener, mais le moment était mal choisi. Si elle n’insistait pas, ils allaient passer de chasseurs à proie en moins de temps qu’il n’en faudra pour regagner la lisière du village. Pourtant, il avait raison, s’ils revenaient bredouillent les villageois n’auraient rien à manger. Que faire ? Tenter le coup au péril de leurs vies ou regagner le village sauf mais les mains vides comme des lâches. La décision n’était pas facile à prendre, et l’idée de fuir n’enchantée pas la jeune femme qui n’avait pas l’habitude de reculer. Mais elle n’était pas seule, et ne voulait pas entraîner les autres vers une mort quasi-certaine.

- « Ce sont les cris de loups en chasse, ils sont sûrement tout aussi affamés que nous vu les derniers évènements et ça m’étonnerait qu’ils reculent devant un repas aussi appétissant qu’un groupe d’humains maladroit dans l’obscurité. »

Elle marqua une pause pour laisser le temps à chacun de prendre conscience de la situation. Certains l’étaient peut-être déjà mais elle ne les connaissait pas assez pour le savoir. Son ton était neutre, aucun de ses mots ne montaient plus haut que l’autre. Elle avait retrouvée son calme, et son but n’était pas de faire une leçon de moral mais plutôt de faire un point sur la situation.

- « Je suis consciente que le village compte sur nous, et c’est pour cela que je continuerais jusqu’à avoir au moins une proie à ramener mais que ceux qui ne veulent pas venir se décident maintenant… » »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Wolves and girls, both have sharp teeth   Lun 22 Juin - 18:01

Un village détruit, quasi totalement… Seule des ruines restaient là, témoignant de la puissance d’attaque de la bête. C’est ce que le dragon avait laissé derrière lui. Les dégâts auraient été sans doute plus conséquents si les dieux ne s’étaient pas invités à la fête. Siggy, elle, s’était assurée que son frère se trouvait à l’abri là où tous s’étaient réfugiés et était ensuite partie dans le village à la recherche d’éventuels survivants. Une tragédie de plus où elle se serait montrée impuissante aurait été bien trop difficile à porter et dès le début de l’attaque, elle s’était juré de ne pas revivre la même chose. Bien que le seul qui ait une réelle importance soit son propre frère, elle ne pouvait se résoudre à perdre d’autres membres de la famille qu’elle servait et était donc partie à leurs recherches, qu’elle les déteste ou non. Enfin, tout était passé maintenant et il ne restait que le froid et les ruines pour leur rappeler ce qu’ils avaient perdu. D’abord rassemblés sur la plage, plusieurs membres furent désignés et Siggy faisaient partie du lot. Plusieurs groupes de chasse furent créées dans l’espoir de ramener de quoi manger aux habitants et la louve se montrait plutôt utile dans ces circonstances même si à son habitude elle parcourt plutôt la forêt seule. Il faut croire que les choses changent et qu’elle ne peut, de toute façon, pas y faire grand-chose. Chacun se doit de mettre la main à la patte après de tels évènements qu’il le veuille ou non.

Il fallait bien avouer qu’elle se trouvait dans son élément, ici, en plein milieu de la forêt et arc en main. Elle devait seulement subir un groupe aux faux airs de chasseurs. Ces hommes avaient le pas lourd, trop pour ne pas se faire remarquer et assez faire fuir la nourriture. Loin d’être assez léger pour pouvoir attraper ne serait-ce qu’une pauvre biche avant de devoir rebrousser chemin la louve s’était éclipser un court instant plus en avant. Elle s’arrêta alors derrière un buisson à une distance raisonnable de ce que son groupe ramènerait au village. Elle prenait alors une biche pour cible, la même que cette autre femme qui les accompagnait. Lorsqu’un cri de loup vint l’arrêter. Se remettant sur ses gardes, flèche dans la main droite et son arc dans la gauche, elle s’approcha à nouveau de son groupe. Elle ne savait pas grand-chose de cette femme si ce n’est qu’elle eut alors la même réaction que notre sauvageonne et que cette dernière était d’accord avec ses dires. Ils devaient rebrousser chemin, ne serait-ce que pour échapper aux loups et pour ne pas devenir ce qu’ils espéraient trouver en venant ici. À la remarque de celui qui semblait le moins désigner pour réussir à ramener quelque chose Siggy se laissa guider par ce ras-le-bol accumulé durant toute la traque, alors que celui-ci avait fait fuir proie après proie.

Malheureusement, nous serions rentrés avec quelque chose depuis longtemps si tu avais le pas plus léger.

Elle regardait alors cet homme avec un regard noir, elle n’avait pas peur de lui ni de sa réaction. Ils la connaissaient tous au village, ils savent comment elle fonctionne. Ce n’est pas lui qui la ferait changer. Ce n’était sans doute pas le moment, mais ce fut plus fort qu’elle. Elle porta alors son regard sur la jeune femme, celle qui semblait, au final, la plus logique ici.

Elle a raison, il faut nous éloigner de ces cris si on ne veut pas leur servir de repas.

Elle rangea sa flèche et prit son arc dans sa main droite. Pensant au fond d’elle qu’ils n’auraient plus qu’à laisser le plus lourd à l’arrière pour espérer gagner du temps. Elle s’était mise à sourire alors qu’elle tournait le dos au groupe. Vraiment ? Disons que pour celui qui n’aidait pas, l’idée était assez tentante au fond et au moins il ne causerait plus de problèmes. Malheureusement, elle pouvait seulement se permettre de le penser, disons que pour l’instant, ça lui suffisait. Reprenant son sérieux, elle s’arrêta un instant, accroupie, elle était attentive aux moindres bruits. Quoi qu’ils fassent ces cris de loups semblaient se rapprocher, car un second venait de hurler non loin d’eux… Tout ça n’annonçait vraiment rien de bon. Elle se retourna vers le groupe, ils devaient agir au plus vite, mais comment ? Rebrousser chemin et espérer tomber sur quelque chose au retour, ou tenter de contourner les loups en priant les dieux qu’ils n’aient pas encore senti l’odeur de la chair humaine non loin d’eux ? Silencieuse, elle se contenta de regarder la jeune femme du groupe en secouant la tête comme pour lui dire qu’il ne valait mieux pas continuer par-là. Un silence de mort régnait et l’autre fou tentait encore de faire le plus malin.

Ils sont encore loin ! N’entendez-vous pas, vous aussi, qu’ils sont encore à une bonne distance de nous ? Nous devrions continuer et ne pas avoir peur de quelques chiens enragés.

Elle lança alors son regard vers l’homme et lui adressa la parole de la façon la plus calme possible pour elle et également en tentant de ne pas être trop bruyante. Elle chuchotait alors qu’elle lui criait tout simplement dessus. Peut-être n'était-ce pas adapté, mais elle tenait plus à la vie qu'à respecter les autres à cause de ses chaînes.

Tu es fou ! Si tu continues à parler comme ça tu vas tous nous faire tuer !

Encore un peu et elle lui logeait une flèche dans l’œil si elle pouvait…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - völva

ϟ MESSAGES : 529
ϟ INSCRIPTION : 26/05/2015
ϟ LOCALISATION : Entre Tromsø et le royaume des elfes sombres
ϟ HUMEUR : Sur ses gardes



"After the night
When I wake up
I see what tomorrow brings"





MessageSujet: Re: Wolves and girls, both have sharp teeth   Mar 23 Juin - 11:52

Wolves and Girls both have sharp teeth
Feat. Siggy


Voyant la jeune femme revenir vers eux, Sunniva fût soulagée d’apprendre qu’elle n’était pas la seule à penser qu’il était sans aucun doute le responsable de leurs échecs de la journée. Autant les autres faisaient des efforts, autant cet homme faisait plus de bruit qu’un géant des montagnes en pleine course. Les paroles de le jeune thraell étaient pleines de sagesse malgré sa manière de les présenter et la völva comprit qu’elle était autant dans son élément qu’elle. Le guerrier bourru ne démordait pas et l’agaçait au plus haut point. Comment pouvait-il continuer à descendre plus bas encore dans sa bêtise ? Plus ils discutaient et plus les loups se rapprochaient. Sunniva observa la jeune femme et elle sût qu’elles étaient les seules à comprendre le danger qui les guettait. Elle ferma les yeux un instant pour essayer de repérer la progression des loups. Un cri, puis un autre qui répond. Ils se rapprochent. Ils ont faim. Il faut prendre une décision. Vite. Avant de devenir les biches traquées par les prédateurs.

- « Tu es fou ! Si tu continues à parler comme ça tu vas tous nous faire tuer ! »

Elle entendit les remontrances que la thraell avait eu l’intelligence de murmurer pour ne pas indiquer un peu plus leurs positions. Elle se demanda si les autres groupes étaient rentrés au village et pria les dieux en silence pour qu’ils protègent le chemin du retour de ces hommes et femmes envoyés en quête de nourriture. Trop de personnes innocentes et de familles comptaient sur ces vivres pour tenir jusqu’à des jours meilleurs. Cette fois, c’était décidé. Elle posa une main douce et apaisante sur l’épaule de la femme, mais sa voix se fit, malgré le murmure, plus tranchante et sans appel.

- « Ne perdons pas de temps à nous disputer. Nous ne pouvons continuer dans cette direction. C’est trop dangereux. Nous devrions nous séparer pour ne pas faire plus de bruit et déstabiliser la meute…»

Elle remarqua que l’abruti voulu l’interrompre et l’arrêta d’un geste de la main et d’un regard froid et déterminé.

- «J’ai dit : ne perdons pas de temps. Si nous sommes moins nombreux nous avancerons plus vite et aurons plus de chances de nous en sortir. Deux ou trois d’entre-nous redescendrons au village. Ils devront être prudents et espérer trouver du gibier en chemin. Cependant ne vous arrêtez pas trop longtemps, les loups seront plus rapides que vous…»

- «C’est n’importe quoi ! Ils sont loin encore…»

- « Si tu continus à être aussi idiot tu seras sûrement le premier dévoré.»

Elle laissa quelques secondes à l’homme pour encaisser ce qu’elle venait de lui dire. Les villageois ne la connaissaient pas bien en dehors de ce que son père disait d’elle. Son apparence elle-même était trompeuse la dépeignant beaucoup plus fragile qu’elle ne l’était en réalité. Avant qu’il puisse rétorquer autre chose, elle enchaîna ne perdant pas une minute de plus.

- «En ce qui me concerne, je vais continuer en avant mais en essayant de contourner les loups. C’est possible mais extrêmement dangereux, aussi je n’obligerais personne à m’accompagner. Nous devrons passer au plus près du danger et il faudra être discret et adroit… Je ne prendrais pas plus d’une personne et je voudrais que ce soit toi.»

Elle se pencha vers la jeune femme et la regarda droit dans les yeux pour lui faire comprendre que c’est d’elle dont elle parlait avant de poursuivre.

- «Je sais que je demande beaucoup, et je comprendrais que tu refuses. Mais tu es la personne la plus adroite et silencieuse de vous quatre. Nous aurons moins de risques d’être repérées même s’il existe quand même…»






I'll see what tomorrow brings...
“ I’m waking up. I feel it in my bones. Enough to make my system blow. Welcome to the new age. To the new age."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Wolves and girls, both have sharp teeth   Sam 4 Juil - 10:52

La jeune louve écoutait les paroles des membres du groupe et devait bien avouer qu’elle était entièrement d’accord avec l’autre femme qui en faisait partie. Alors qu’elle s’adressait à Siggy lui demandant de la suivre, elle ne prononça pas un mot, hochant la tête de haut en bas doucement serrant son arc fermement. Signe qu’elle était prête à la suivre quoi qu’il puisse les attendre dans ces bois. Puis, elle tourna le regard vers les hommes qui ne semblaient toujours pas comprendre l’entêtement du troisième de la bande. Heureusement, ils parvinrent à le faire partir en tirant sur ses épaules pour qu’il se tourne vers le chemin du retour.

La Thraëll regardait alors les autres partir de la façon la plus calme qu’ils puissent faire, même si ça semblait trop demandé. Ces hommes ne semblent vraiment pas conscients du danger qui les guette. Il serait dommage de perdre d’autres habitants après un tel désastre, mais il fallait bien se rendre à l’évidence : ceux-là ne semblaient pas très futés. Sans doute les évènements avaient retourné leurs esprits les rendant moins « utiles » qu’auparavant. Le temps les aiderait sans doute, mais par les temps qui courent les deux femmes n’avaient pas le luxe de se l’offrir. Le poids du groupe était parti, il ne leur manquait plus que la nourriture et vu ce qu’elles risquaient en restant dans les parages, il valait mieux qu’elles en trouvent et ne le fassent pas pour rien.

Elle lança un dernier regard vers la jeune femme pour voir si elle était prête et s’est remise à marcher se dirigeant alors de façon à contourner les loups, si elle avait bien écouté le dernier hurlement, ils étaient dans les parages, bien plus près d’eux qu’elles ne pourraient le penser et encore une fois, elles ne pouvaient se permettre de faire le moindre faux pas. Cependant, le chemin n’était pas exact, des loups affamés restent imprévisibles, féroces et agités. Le temps qu’ils parlent aux hommes pour les faire partir ceux-ci avaient peut-être senti leur odeur, se dirigeait peut-être directement vers les deux femmes.

Tout ça s’était sans compter le craquement d’une branche causée par un oiseau malhabile. Elle s’arrêta sur-le-champ, crispée, s’ils étaient aussi près qu’elle le croyait ce bruit risquait fortement d’amener la meute vers elles. La situation se compliquait bien plus qu’elle ne le souhaitait et elle se trouvait bien incapable de faire quoi que ce soit pour l’arranger. Elle tourna alors sa tête doucement vers celle qui semblait la suivre, s’empara d’une flèche et la pointa à l’horizon face à elle, guettant maintenant le moindre danger, prête à se défendre si jamais les loups se montraient hostiles et c’est ce qu’ils feraient sans l’ombre d’un doute. Le souffle régulier et calme, elle attendait patiemment que quelque chose se montre, elle ne pouvait rien faire d’autre, car si elle bougeait, elle risquait encore plus d’attirer ces loups vers elles. Soudain, un pelage gris fit son apparition, reniflant le sol à la recherche d’odeurs susceptibles d’intéresser le groupe. Il est connu que les loups sont particulièrement malins surtout lorsqu’ils chassent. Mais combien étaient-ils ? Avaient-ils repéré les deux femmes ? La faim semble aveugler la plupart de leurs sens et ils semblent désorganisés. Si bien que celui-ci s’arrête et dresse ses oreilles afin d’écouter les alentours, Siggy quant à elle, est toujours prête à décocher si celui-ci se tourne vers elle avec l’idée de la prendre comme repas. Pourtant, il n’en fut pas ainsi et il se recula suite à un autre hurlement. Il s’empressa alors de le rejoindre et disparu à nouveau dans les buissons. Ce dernier hurlement semblait plus éloigné, celui qu’elle venait d’apercevoir s’était peut-être éloigné plus guidé par la faim que par l’instinct de chasser en groupe comme à leur habitude. Elle rangea sa flèche en soupirant de soulagement. Ce n’est pas maintenant qu’elle aurait à se battre pour sa vie, mais cet évènement risquait de se reproduire dans un futur pas si éloigné que ça. Reprenant un instant son calme, elle s’était alors accroupi profitant de l’éloignement des loups pour se rapprocher de sa partenaire de chasse et de l’informer de ses intentions. Elle lui chuchota alors.

Ils sont bien plus près que je ne l’aurais imaginé… Pourtant si nous voulons continuer la chasse, je pense qu’il faut poursuivre dans ce sens pour les contourner. Nous sommes peut-être vulnérables ici et le resterons pendant un instant, mais en continuant, nous finirons par les distancer assez pour être plus à l’abri d’une attaque. Si nous ne voulons pas perdre de temps en reculant pour nous assurer plus de sécurité et rentrer à temps au village avec quelque chose, c’est peut-être un risque à prendre. Je suis prête à le faire, mais si tu en décides autrement, je te suivrai.

Dans une situation pareille, il fallait bien qu’elles se soutiennent, si elle commençait à prendre ses décisions seule, il risquait fort d’y avoir d’autres pertes à déplorer au village. Elle ne voulait pas ça bien évidemment, surtout que cette jeune femme semblait bien plus maligne que les autres qu’elle avait l’habitude de côtoyer. Attendant la réponse, elle passa la corde de son arc autour d’elle afin de ne plus en être encombré pour le moment et regardait à nouveau les alentours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
viking - völva

ϟ MESSAGES : 529
ϟ INSCRIPTION : 26/05/2015
ϟ LOCALISATION : Entre Tromsø et le royaume des elfes sombres
ϟ HUMEUR : Sur ses gardes



"After the night
When I wake up
I see what tomorrow brings"





MessageSujet: Re: Wolves and girls, both have sharp teeth   Jeu 16 Juil - 12:14

Wolves and Girls both have sharp teeth
Feat. Siggy

Heureusement la jeune femme accepta de l’accompagner dans cette chasse suicidaire. Les hommes quant à eux finirent par se détourner et rentrer en direction du village, acceptant ainsi de se plier au plan des jeunes femmes. Même le boulet qu’elles se trainaient depuis le début de la journée fût emporté sans pouvoir opposer la moindre résistance. Alors que les deux jeunes femmes s’enfonçaient ainsi plus loin dans la forêt, la völva leur espéra une bonne route et surtout qu’ils ne fassent pas l’erreur de croire que les loups étaient encore assez loin pour qu’ils puissent prendre le temps de regarder en arrière. Elles aussi avaient perdue bien trop de temps à tergiverser et voilà que maintenant elles prenaient le risque que les loups soient déjà à leurs trousses. Elle marchait prudemment acceptant de suivre le mouvement de la jeune Thraëll. Les pas silencieux, elles avançaient toujours plus loin quand un bruit les figea.

Il ne s’agissait que d’un oiseau mais il Sunniva avait eu autant de frisson que si un loup s’était trouvé face à elle. Le bruit pouvait sembler infime et pourtant il pouvait suffire à rameuter les loups jusqu’ici. La forêt était devenue silencieuse et le moindre pas pouvait désigner une proie potentielle. Elle échangea un regard avec sa compagne et lu dans son regard qu’elles pensaient à la même chose. La regardant tendre son arc, Sunniva décida de ne pas risquer de se faire plus voir en tendant également le sien. Dans un souci de discrétion elle s’immobilisa, ralentit son souffle et tenta de calmer les battements de son cœur. La main serrée sur le bois souple et doux de son arc, l’autre prête à décocher une flèche pour sauver leur vie au besoin, elle attendit plusieurs minutes. L’attente ne fût pas longue avant qu’un jeune loup gris ne fasse son apparition. Malgré la menace, Sunniva l’observa avec la même fascination que lors d’une simple balade en forêt. Il avait la beauté et la majesté que l’on connaît aux peuples sauvages et pourtant elle fût inquiétée de voir ses flancs si maigres que les os se dessinaient avec une précision alarmante. Il n’y avait plus le moindre doute, la meute était affamée et elle venait réclamer son dû à la forêt. La faim aveuglant jusqu’à leurs sens pourtant si aiguisés d’ordinaire. Le simple fait que le loup gris se soit éloigné de son groupe montrait la désorganisation de leurs manœuvres. Un désordre qui pourrait bien être l’unique chance de survie des jeunes femmes… Comme si le reste de la meute avaient entendu ses pensées, elle rappela le rassemblement. Un appel auquel leur principale menace répondit sans même remarquer les proies à quelques mètres de lui. Sunniva relâcha la tension tout en restant sur ses gardes : ils semblaient plus éloignés mais une prochaine rencontre du même type était à prévoir. Voyant la Thraell s’accroupir et chuchoter, la völva tendit l’oreille et la regarda dans les yeux pour montrer son attention.

-« Ils sont bien plus près que je ne l’aurais imaginé… Pourtant si nous voulons continuer la chasse, je pense qu’il faut poursuivre dans ce sens pour les contourner. Nous sommes peut-être vulnérables ici et le resterons pendant un instant, mais en continuant, nous finirons par les distancer assez pour être plus à l’abri d’une attaque. Si nous ne voulons pas perdre de temps en reculant pour nous assurer plus de sécurité et rentrer à temps au village avec quelque chose, c’est peut-être un risque à prendre. Je suis prête à le faire, mais si tu en décides autrement, je te suivrai. »

La jeune femme avait raison et Sunniva le savait. Le risque était grand mais elles n’avaient pas le choix. Au village, tout le monde attendait de pouvoir au moins se nourrir faute d’avoir un toit au-dessus de leurs têtes. La völva n’avait jamais été le genre à reculer et elle n’allait certainement pas commencer cette nuit-là. Elle acquiesça d’un geste de la tête et répondit en chuchotant à son tour.

- «Tu as raison, il faut tenter notre chance. De plus si nous ramenons quelque chose au village il nous faudra faire vite pour redescendre en sachant que notre charge nous ralentira certainement et attirera les loups dans notre direction. Nous entamons une quête dont nous risquons de ne pas rentrer en vie, mais je peux te promettre que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous rentrions saines et sauves toutes les deux.» Souriant avec douceur, elle posa une main sur l’épaule de sa partenaire de chasse avant de finir. - «Merci de m’avoir accompagné. Si nous devons mourir ou périr autant savoir aux côtés de qui. Je m’appelle Sunniva, fille de Folker le menuisier et constructeur de bateaux.»

Elle prit finalement la tête de l’expédition, fonçant droit dans ce qui allait être leurs cauchemars pendant plusieurs heures. La nuit avait recouvert le monde de son voile sombre et seul le dieu Mani éclairait de sa douce lumière leur chemin. Elle s’arrêtait à chaque détour, chaque bruissement et chaque hurlement à la lune des loups. Ce n’était pas le moment de se faire repérer. Son regard scrutait tout ce qu’il pouvait atteindre, priant les dieux qu’ils mettent la moindre biche ou sanglier sur leur route. Il faut croire qu’ils entendirent l’appel de détresse puisque à quelques pas d’elles un petit groupe de Rennes fît son apparition, le pas hésitant, les oreilles vrillant dans tous les sens. Aucun doute, ils fuyaient aussi les loups. Contrairement à ces derniers, la peur les rendait plus méfiants et, par conséquent, plus simples à faire fuir. Ne voulant surtout pas laisser passer cette chance, Sunniva resta à distance raisonnable et se tourna vers sa compagne d’aventure pour vérifier qu’elle les avaient vu elle aussi. Lui faisant signe qu’elle pouvait en tenter deux pour avoir plus de chances d’en avoir un. Elle lui indiqua celui qu’elle allait viser. Le geste assuré, lent et serein, elle releva son arc, banda la flèche et commença à viser. Son cœur ralentit, sa concentration entièrement prise dans son tir. Elle attendit d’être sûre qu’il n’allait pas bouger et lâcha son trait qui se ficha directement dans la gorge de l’animal. Là où son père lui avait tant de fois appris qu’il fallait viser pour lui couper la respiration. Elle encocha une nouvelle flèche dans le cas où il se relèverait et attendit que la bête tombe à terre. Elle vit du mouvement, sûrement le reste du troupeau qui avait pris peur et s’était enfui. Elle ne savait pas ce qu’avait fait la jeune femme mais quoi que ce soit, si celui-ci au moins tombait, elles auraient quelque chose à ramener ce soir. Encore fallait-il qu’elles arrivent à le transporter jusqu’au village avant que les loups ne les rattrapent…







I'll see what tomorrow brings...
“ I’m waking up. I feel it in my bones. Enough to make my system blow. Welcome to the new age. To the new age."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Wolves and girls, both have sharp teeth   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wolves and girls, both have sharp teeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» liste spaces wolves 1000pts
» Space-Wolves
» La cabale du crépuscule /VS/ Space wolves
» [Space Wolves][2011] Loganwing de ORC-EN-TONG
» [CDA] [Lorth] Spaces Wolves 1000pts.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Neuf royaumes :: Midgard :: les alentours du village :: la forêt de l'ours-