lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (f) LARA PULVER ϟ Déesse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
dieu du chaos

ϟ MESSAGES : 940
ϟ INSCRIPTION : 30/06/2014
ϟ LOCALISATION : Mêlé à la gouape d’Asgard, dans quelque taverne ou bouge qui soit.
ϟ HUMEUR : Triviale, décadente, hostile à toutes bonnes mœurs.



And when you fall from that parapet,the sound you'll be hearing as you go down will be me,laughing my head off. ❞



MessageSujet: (f) LARA PULVER ϟ Déesse.   Sam 18 Juil - 16:58


Tove Osgeirdóttir
feat. Lara Pulver

ϟ Nom : Tove Osgeirdóttir. ϟ Âge : 2200 années. ϟ Classe : Asine (ou déesse des potions, à votre convenance), aisée, aristocratie d'Asgard. ϟ Statut : Opiniâtrement seule. Bien qu’on lui prête quelques aventures secrètes, la madone n’a jamais eu d’attrait pour le mariage. La vie lui étant relative, elle considère avoir l’éternité pour trouver époux, et encore. De nature fière voire misandre, elle est de celles qui récusent le protectorat ô combien écrasant de la gente masculine, se considérant suffisamment forte (du moins d’esprit) pour marcher de son propre chef sur le layon existentiel. N’est vraisemblablement pas né celui qui domptera ce sombre félidé. ϟ Famille : Bâtarde de feu le roi jötun Farbauti, elle n'a jamais sauvegardé de lui que les glaciers sciant son cœur. Rejetée de la cour des géants pour n'avoir été qu'une erreur, elle a vécu sa vie entière à Asgard, fille de la déesse Deetje, déité des poisons. Il y a de cela cent ans, elle a découvert à l'instar de tout un chacun la véritable identité du troisième fils d'Odin, et ce prince chaotique est ainsi devenu, par les loi du sang, son demi-frère. ϟ Qualités : Intellectuelle ❧ Flegmatique ❧ Passionnée ❧ Indépendante ❧ Observatrice ❧ Charismatique ❧ Féale ❧ Magnanime. ϟ Défauts : Orgueilleuse ❧ Attentiste ❧ Destructrice ❧ Sibylline ❧ Mélancolique ❧ Sarcastique ❧ Vindicative.


The way the sea belongs to the moon,
I belong deeply to myself.

❧ Apothicaire de renommée, Tove pratique l’art des concoctions comme nul autre en Asgard. Cette habileté ne s’arrête toutefois pas aux remèdes et autres panacées, puisqu’elle étend ses pratiques jusqu’aux sibyllins arcanes des potions. Alchimiste, ensorceleuse, les avis sont partagés mais non point l’opinion publique ; tout aussi redoutée qu’estimée, elle a forgé sa réputation à force de grande adresse et d’un professionnalisme certain. Décliner les commandes illicites aura bien évidemment participé à cette probité manifeste, puisqu’elle n’a jamais octroyé à un quelconque client le droit de lui réclamer un poison. Cette droiture, elle n’est toutefois pas vertueuse, mais bien commerciale. On ne cisèle pas son nom dans l’opprobre, lorsqu’on souhaite marchander son talent. Il n’est pourtant pas rare que la belle use elle-même de ses terribles fioles pour venger son honneur ou punir quidam, de quoi alimenter les quelques rumeurs et calmer les éventuels marauds croyant pouvoir lui porter préjudice.

❧ Misandre, peut-être pas. Mais féministe, c’est certain. N’allez toutefois pas croire qu’elle se veut protectrice de la veuve et de l’orpheline ; loin s’en faut. La sylphide apprécie néanmoins les forts caractères, ces femmes qui ne se laissent pas écraser par l’omnipotence masculine. Mésestimant de fait toute donzelle aux mœurs légères, elle juge et condamne aisément les femmes faciles butinant dans les couches masculines comme une abeille les fleurs printanières. Elle les pense asservies aux lubricités phallocrates, dépendantes de la poigne virile, tandis qu’elle-même se fait un point d’honneur à respecter ses désirs, sans non plus tomber dans la décadence inférieure de la femme-objet que l’on use et jette.

❧ Les hommes, parlons-en. Plus ils badinent, et plus ils l’ennuient. Plus ils rauquent, et plus elle les exècre. Difficile de trouver un juste milieu lorsqu’on est si pointilleuse… Mais peu lui importent les racines, les origines, le physique, ce qui la séduit, elle, c’est l’esprit. C’est la loquacité. Inapte à offrir son cœur, c’est son intellect qu’elle livre dans le vallon de ses courbes, mais attention ; l’ondine ne veut d’aucune liaison. Ce serait alors accepter la dépendance, la servitude des sentiments, et cela, elle s’y refuse. Aussi les amants récidivistes se confrontent-ils rapidement à la froidure de la madone. C’est à croire qu’aimer la terrifie plus que tout autre chose.

❧ Son commerce prend place au centre de la cité, là où Asgard fourmille le plus. La devanture, d’un marbre noir abyssal, se pare de sculptures en bois rouge qui captivent autant qu’ils éloignent le chaland. La lance de rubis en est son nom, bien que la boutique soit couramment surnommée L’antre de l’Araignée, l’Araignée étant le sobriquet adopté depuis des éons par tout un chacun pour designer la singulière Osgeirdóttir. Une fois à l’intérieur, ce sont des fumets et senteurs qui vous happent et vous enrobent dans l’atmosphère tamisée que de lourds braseros éclairent en fond de salle. Nombre de plantes pendent et sèchent, des chaudrons de cuivre brûlent çà et là, et sur les immenses étagères en bois de pin, des bocaux traînent en rois, mussant avec espièglerie leurs contenus (tous plus insolites – voire dégoûtants – les uns des autres). De longs et lourds rideaux pourpres jugulent la lumière extérieure que des vitraux ornementés cherchent à faire passer, et il n’est pas rare, si l’acuité visuelle s’y porte, de distinguer un ou deux assistants trimant dans l’ombre de cet imposant royaume mystique. L’apothicaire dispose de ses propres appartements à l’étage, mais peu sont ceux à avoir eu l’honneur de s’y glisser, attisant par là-même les ragots décrivant par-delà l’huis nombre de mystères. Saigne-t-elle des nouveau-nés ? Sacrifie-t-elle des animaux légendaires ? Invoque-t-elle l’esprit des morts ? Maudit-elle ses ennemis à force d’imprécations ? Qui sait. Peut-être. Peut-être pas. Pour le renom, en tout cas, il fait bon de laisser traîner les chuchotis sans jamais trop contester.

❧ Si Tove est emplie d’une forte sagacité, une chose parvient néanmoins à corrompre son discernement : la vengeance. Et pour elle, croyez bien qu’il s’agit là d’un plat qui se déguste froid. Voici des lustres qu’elle s’est jurée de punir le roi Farbauti et, avec lui, tous ses semblables. Seulement voilà. La guerre ayant eu raison de son géniteur – puisque Odin écrasant la menace jötun il y a de cela 1500 années –, on aurait pu croire que l’annihilation de son père aurait suffi à assouvir sa soif de vindicte. Ce serait sans compter son abomination pour cette engeance coulant à moitié dans ses veines, une répugnance d’autant plus encouragée par le récent assaut des jötuns sur Asgard et Midgard. Mais sa filiation inattendue avec Loki va peut-être lui offrir l’impensable… l'accomplissement de sa vendetta.

❧ Sa parenté avec Farbauti est méconnue de tous, sauf de Frigga. La reine-mère a en effet porté secours à Deetje lorsque celle-ci est revenue sur Asgard après avoir écopé d’une liaison involontaire avec le roi jötun. Amie proche de Frigga – puisqu’ayant longtemps été son apprentie – c’est sans concessions que celle-ci lui a proposé son entier soutien, cachant au roi son mari un secret dont la révélation aurait fait plus de mal que de bien. Dans un souci de cohérence, Deetje a alors prétendu être enceinte d’un ase, Osgeir, ayant depuis peu péri. La déesse n’a jamais caché la vérité à sa fille, pis, tout au long de sa jeunesse, elle a cultivé son enfant dans sa haine envers le peuple des neiges éternelles.



loki farbautison La tragédie, semble t-il, c’est de famille. Tout se serait bien plus simplement déroulé si l’un ou l’autre avait été au fait de leur parenté, mais voilà. À trop musser la vérité, on la condamne au déclin. Car ce n’est pas uniquement le sang, que ce frère et cette sœur partagent, mais aussi une nuit lascive. C’était il y a près d’un millénaire. Il était encore prince, fils du roi d’Asgard, célibataire et effrontément charmeur – pour ne pas dire sybarite. Elle, elle était déjà ce joyau inaccessible troublant la gente masculine, cette perdition des sens contre laquelle nombre de batifoleurs se heurtent encore aujourd’hui. Et comme ce qui est proscrit n’attise jamais mieux l’intérêt du Chaos, il souhaita ardemment triompher là où kyrielle de galants avaient renoncé. Comme nul autre il la courtisa, la séduisit à force de sagacité, d’intellectualité, et de réciprocité. Car la convoitise, bien vite, se bouleversa en fascination. Il ne se trouvait pas en présence de la plus inepte des ladies, qu’une prouesse martiale ou que de piètres proses comblent, non ; il avait en face de lui une vénusté au bel intellect, l’œil malin et l’aura captivante. Autant dire qu’il mit tous ses efforts pour parvenir à ses fins, jusqu’à ce que les mots se changent en baiser et que les draps se froissent sous leurs corps dénudés. Étonnamment, ce ne fut pas lui qui prit dès le lendemain ses distances, mais bien Tove que l’idée d’une liaison rendait étroitement nerveuse – plus encore qu’elle s’était sentie tomber dans le gouffre de la passion, horreur ! L’orgueil ébranlé, celui qui ordinairement délaissait ses conquêtes mit un certain temps à se relever de la cuisante défaite, allant même – comble de l’ironie pour le Félon – jusqu’à demander la main de l’Osgeirdóttir. L’évident refus sonna le glas de leur courte aventure. Furieux de ne point obtenir ce qu’il enviait, Loki déchaîna sa colère et partit, pour ne plus jamais revenir. Caprice d’un furibond enfant, ou réelle affliction d’un homme épris, nul n’aurait su dire. Ce passif commun, voilà toutefois qu’il est devenu plus vif encore pour Tove qu’il s’est avéré, des siècles plus tard, tout à fait amoral. Apprendre l’identité réelle de Loki, à l’instar de tout Asgard, a aussi été se prendre en pleine trogne une transgression nullement envisagée. C’est qu’ils ont frôlé la catastrophe avec cette histoire d’épousailles ! Les hivers se sont toutefois écoulés, et avec eux, nombre de chapitres parmi lesquels l’emprisonnement de son frère ; comment s’avouer l’angoisse ressentie à l’idée de le perdre ? Que peut-il bien représenter pour elle ? Un vieil amant ? Un amour défendu ? Une famille ? … une réponse ? Il n’est après tout pas exclu qu’elle puisse utiliser le Farbautison dans sa quête de vindicte. Il suffirait simplement de lier à nouveau ce qui a longtemps été brisé, de lui confesser ce tonitruant secret et, avec une périlleuse adresse, tenter de lui murmurer au creux de l’oreille son terrible projet ; qu’il reprenne le trône qui lui est dû, que les terres de Jötunheim retrouvent un roi et, ceci sans lui avouer, que le peuple des géants souffre sous la poigne féroce du mauvais dieu. Mais c’est un jeu nocif que celui de vouloir manier le Chaos… plus encore lorsqu’on l’a tant déçu.

FRIGGA FJÖRGYNNDÓTTIR La reine-mère est en quelque sorte une grande tante, pour Tove. Accoutumée dès son plus jeune âge à lui rendre visite, elle a su nouer avec Frigga une affection quasi filiale, pour ne pas dire tendre. Mais au contraire de Deetje, la reine-mère n’a jamais souhaité à sa pouliche que la paix, regrettant le nid de fiel dans lequel a été élevée la jeune-fille. Emplie de sagesse et d’une patience infinie, Frigga s’est assurée, durant des siècles et des siècles, que la colère de Deetje ne devienne pas un venin pour l’enfant. Toutefois, le lien unissant Tove et Loki a souvent hanté Frigga ; devait-elle ou non leur révéler ce triste secret ? Cela aurait-il eu du bon ? Loki était-il prêt à entendre la vérité, celle de n’être ni prince d’Asgard, ni fils d’Odin, mais bien descendance du roi ennemi ? Deetje aurait-elle été capable d’attenter à la vie du fils de Farbauti ? Que de questionnements laissant la déesse de l’Amour dans une impasse totale… jusqu’à ce que la courte liaison entre Tove et Loki ne lui parvienne. S’en mordant les doigts, catastrophée, elle a pris le parti de mettre en garde sa protégée ; son fils, tout autant qu’elle pouvait l’aimer, était un homme dont il fallait se méfier. Si quelques doutes subsistaient encore chez Tove, la certitude de rejeter Loki a dès lors été corroborée par les mises en garde de Frigga. Plus tard, Tove en a voulu à la reine-mère de lui avoir ainsi occulté la vérité, mais sans non plus dissoudre le lien de confiance établi entre elles deux. Au contraire de Loki, qui, si jamais les nœuds lui sont déliés, risque fortement de vouloir réclamer des comptes à sa chère Frigga. Mais cela, évidemment, ne dépend que de Tove…

SIGYN IVALDIDÓTTIR L’épouse. La belle élue. Un choix qui reste obscur à l’entendement de Tove. Elle n’aurait jamais soupçonnée la Fidélité tomber un jour dans les serres de son versatile amant, moins encore que le Freux ne s’intéresse à pareille jouvencelle. Si douce. Si tendre. Ce mariage a pour d’aucuns été un crime, pour d’autres une aberration, et pour l’Araignée… c’est encore trop trouble. Malgré les siècles passés, malgré la muraille dressée devant elle, l’orgueil de la madone gronde à l’idée qu’une autre – surtout Sigyn ! – ait ravi le cœur du dieu. Elle ne croit pas être jalouse, simplement trop fière ; lorsque la vérité est peut-être un entre-deux. Néanmoins, l’Ivaldidóttir est aussi une femme que l’Apothicaire plaint, un reflet des maux que Loki aurait pu lui infliger à elle, si elle avait consentit à l’épouser. Alors, parfois, elle se laisse bercer par l’indulgence, un altruisme qui lui fait voir clair tous les stigmates que la pauvre Fidélité se traîne comme un fardeau… Et si Frigga avait eu raison ? Et si son frère n'était bon ni pour elle, ni pour quiconque d'autre ?

JÖRD ANNARDÓTTIR Décidément, Tove ne fait preuve d’aucune largesse. Que ce soit pour un quidam du peuple, pour un sieur de la plus haute aristocratie asgardienne, ou pour la sacro-sainte déesse Jörd, mère du roi et redoutée Dame Nature. En désespoir de cause, et frustrée par la survie d’Odin, l’Annardóttir est un jour venue lui quémander un poison de son cru pour attenter à la vie de son bourreau, mais, comme tout un chacun, elle s’est heurtée au net refus de l’Araignée. Face à l’accablement de la flavescente madone, Tove a néanmoins ouvert son cœur pour y recueillir les larmes taries de l’éprouvée. Voyant clair dans les maux garrotant l’esprit de Jörd, l’apothicaire lui a alors proposé une toute autre alternative. Lui offrir, non pas un poison, mais un remède au mal couvant dans son âme, une potion dulcifiant ses nuits, apaisant toutes ces lésions blottissant la psyché. En contrepartie de quoi la Terre a accordé aux apprentis de l’Araignée le droit de fouler ses montagnes et forêts à la recherche de plantes médicinales rares et ordinairement couteuses. De fil en aiguille, les deux femmes ont lié une amitié sincère et une estime mutuelle. Mais l’inclinaison de Tove n’est pas tout à fait désintéressée. Elle a ouï-dire que son frère le Chaos avait longtemps séjourné auprès de la Terre avant que la guerre entre Odin et Jörd n’éclate, alimentant de fait nombre de rumeurs… Et si, dans sa pernicieuse quête, elle enrôlait l’Annardóttir ? Persuader Loki, elle ne le sait que trop bien, sera ardu, mais avec la Terre à ses côtés, peut-être que les mots s’enliseront plus profondément dans les pensées du Freux.

SÓL MUNDILFARIDÓTTIR Les femmes fortes, nous l’auront compris, plaisent à Tove. Mais ce qui lui plaît plus encore, ce sont les sylphides au tempérament de lionne ayant essuyé le fardeau de l’injustice. Aussi l’anathème garrotant l’existence de Sól a t-il toujours su débusquer en l’Osgeirdóttir une farouche estime et un profond sentiment d’affection, poussant l’Araignée à s’approcher du Soleil sans craindre de s’y brûler les ailes. Ouvertement affable à son encontre et d’un noble loyalisme, Tove considère l’Astrale comme une sincère amie envers qui elle ne pourrait, ni ne saurait, porter préjudice. Une inclinaison qui s’est rapidement étendue jusqu’à Sunniva, l’enfant de Sól. Depuis que la jeune fille s’est installée avec sa mère dans le Royaume des Dieux, Tove fait figure de famille auprès de laquelle Sunniva peut compter. Toujours prête à consoler les angoisses de la petite par quelque potion, l’Apothicaire veille sur ce Bout d’Éclat comme sa propre nièce.

THOR ODINSON Il y a quelques lunes, c’est l’Osgeirdóttir que l’on a mandé au palais pour sauver la plaie mortelle de l’héritier. La lésion laissée par Gungnir, arme légendaire d’Odin, laissait alors les praticiens complètement impuissants, sachant seulement, à force de persévérance, calmer l’algie du prince. C’est en désespoir de cause que l’on a alors quêté le talent de l’Araignée, priant tout le panthéon que celle-ci parvienne à sauver la vie hautement précieuse du successeur au trône. Ce qu’elle a fait, non sans soulager la famille royale et le peuple tout entier. La belle n’en a tiré aucun profit – du moins pécuniaire car sa renommée n’a fait que croitre – considérant son acte comme grâce offerte au palais d’Asgard, mais aussi à l’estimable Tonnerre. Par ailleurs, si l’un et l’autre ne se sont jamais réellement croisés, Tove n’est pas tout à fait inconnue à Thor… loin s’en faut. Car l’Odinson se souvient encore des aveux de Loki, lui ayant à l’époque paru si tourmenté et fébrile qu’il l’aurait juré épris. Il se remémore sans peine cette surabondance d’heures durant lesquelles le jeune Freux s’est mis à lui conter la belle, et, plus encore, il se rappelle de l’état de rage triste lorsque la muse de son puîné, à l’insu de tous, a rejeté l’union offerte par son amant. De cet amour saumâtre, le Flavescent en est en quelque sorte le gardien, car il détient la clé du cœur meurtri du jötun qui prétend encore aujourd’hui exécrer la madone, lorsque son frère sait, comme nul autre en Yggdrasil, à quel point l'orgueilleux myocarde a battu pour cette femme.



un silence s'était fait dans son âme
This life, which had been the tomb of his virtue and of his honour, is but a walking shadow; a poor player, that struts and frets his hour upon the stage, and then is heard no more: it is a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing. William Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dieu du chaos

ϟ MESSAGES : 940
ϟ INSCRIPTION : 30/06/2014
ϟ LOCALISATION : Mêlé à la gouape d’Asgard, dans quelque taverne ou bouge qui soit.
ϟ HUMEUR : Triviale, décadente, hostile à toutes bonnes mœurs.



And when you fall from that parapet,the sound you'll be hearing as you go down will be me,laughing my head off. ❞



MessageSujet: Re: (f) LARA PULVER ϟ Déesse.   Sam 18 Juil - 17:27


Exigences

Hey there ! rose
Tout d’abord, soyons courtois, merci de vous être intéressé au scenario de cette vénusté. hinhin

Ce petit aparté n’assombrira en rien votre envie, je l’espère, mais je me devais d’apporter quelques autres précisions que j’estime importantes. J’aimerais commencer par la divine Tove en tant que personnage ; je n’aime guère le manichéisme, aussi, vous vous en doutez, j’aimerais que son potentiel acquéreur joue sur les nuances de cette dame, qui partage autant le sang froid de son père, que les maux de sa mère. Si les liens particuliers établis ci-dessus lui prêtent un caractère amène et bienveillant envers qui mérite son attention, il n'est pas exclu qu'elle soit en contrepartie crainte. Si sa renommée est si forte, c'est qu'elle a su osciller entre respect et transe, tant chez la plèbe asgardienne que dans la sphère aristocrate.
Son lien avec Loki est particulièrement important et ne saurait souffrir d'une grande impatience. Leurs retrouvailles sont inéluctables, mais il faut comprendre que la personnalité des deux, en confrontation, n'est pas des plus aisées à manier, surtout au regard de son frère qui, manifestement, l'a encore en travers du gosier. Qu'il s'ouvre finalement à elle est bien évidemment prévu, mais c'est une chose qui ne va pas advenir dès le premier sujet ! C'est là l'intérêt (voire la beauté) de leurs rapports, c'est qu'il y a un lourd passif à se traîner, de nouveaux liens filiaux à nouer, et cet ensemble à combiner. *
( Pour vous aider, voici le lien de la chronologie des chapitres, ça peut toujours être utile, ne serait-ce que pour saisir dans l'ordre les évènements ).

Du reste, je vous rassure, je n’ai pas non plus une image über structurée de la naïade, donc, tant que vous ne partez pas dans les extrêmes, et que vous gardez en tête l’éclaircissement ci-dessus, vous aurez mon aval complet. Je pars du principe que, une fois détenu, le scenarii appartient entièrement à son joueur (après une courte période d’essai, cela s’entend huhu). Pour la trombine choisie, je vous concède énormément apprécier Pulver dans le rôle de la demi-sœur (crinière sombre, peau ivoirine et charme reptilien, y a pas photo), mais si elle vous rebute vraiment, il y aura toujours possibilité d'en discuter pour glaner un autre avatar qui nous convienne tous deux.

Ensuite, le niveau. Autant le quota de mots m’importe peu, autant le reste (syntaxe, orthographe, conjugaison, and so on) est cardinal. Ne vous sentez pas impressionné par une telle mise en garde, mais je préfère trancher net maintenant, que pendant la validation de fiche. v

La présence régulière n’exige absolument pas de passer tous les jours, Seigneur non ! On a tous une vie, hein, même les plus geekos d’entre nous. Mais c’est toujours plus agréable de rôler avec quelqu’un d’intégré au forum (même modestement) et qui montre le bout de son nez. Quant au débit de réponse, tant que ça ne dépasse pas le mois, ça me va. Mais je préfère encore que l’on me dise " désolé, mais j’ai un IRL chargé ces temps-ci, reportons notre topic " plutôt que de laisser moisir le bambin dans sa couche sale. Je comprendrai tout à fait !

Et enfin… ce sera tout. yay2 Si tout ce laïus ne vous a pas dépité c’est que c’est un bingo, comme dirait l’autre. Les préliminaires peuvent paraître rudes, mais bon, c’est fait exprès. Une fois l’examen passé, je suis une vraie crème. rose

(Contactez moi par MP si votre dévolu tombe sur la belle, que nous puissions discuter au préalable, ne serait-ce que par politesse, je vous en remercie !)



un silence s'était fait dans son âme
This life, which had been the tomb of his virtue and of his honour, is but a walking shadow; a poor player, that struts and frets his hour upon the stage, and then is heard no more: it is a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing. William Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(f) LARA PULVER ϟ Déesse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ici un mouveaux disiple de la déesse pandala
» Pour les filles ;) : Jasmine et Lara Croft
» Déesse d'une vie [Background Anne-Imation alias Tenderizer]
» Epona, grande déesse du poney
» Une Déesse pose ses pieds en ces nouvelles terres ~ (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Les rites :: Avant de prendre les armes :: les scénarios-