lienlien
Rumeurs
- Var a tourné le dos à son roi. Il parait que la déesse des Pactes préfère aujourd'hui les grosses faveurs de Frey !

- On dit que depuis que Tyr a pris les fonctions de son frère aîné, personne n'aurait encore osé lui proposer un coup de main .

- A Tromsø, on hésite à dire si la petite Brynja est maudite ou chanceuse, car après avoir manqué de se faire brûler vive par un dragon, elle a manqué par deux fois la noyade, dont une durant les raids !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 it's time to say goodbye ♥ nanna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: it's time to say goodbye ♥ nanna   Mar 17 Déc - 14:55




it's time to say goodbye

« Avons-nous fait quelque chose de mal dame Freyja ? Nous punissez-vous de quelques fautes ? » Ma dame de compagnie, suivie des autres sottes qui me servaient de servantes, me regardaient d’un air implorant. Je venais de leur demander de faire mes bagages pour Vanaheim … En quoi fallait-elle qu’elles trouvent à redire ? Elles n’avaient pas la fonction de penser, seulement d’obéir et c’était ce que je leur demandais, d’exécuter les ordres sans rien dire. « Cessez donc de déblatérer des idioties et mettez-vous au travail, je pars au plus tard en fin de journée et je veux que mes affaires soient à Vanaheim ce soir. Il en sera de même pour vous. Si vous ne voulez pas vous retrouver sans rien, pressez le pas, sans quoi vous n’aurez pas le temps d’empaqueter vos biens. » Je leur faisais signe de disparaître et sortais de mes appartements. Il fallait être clair et précis. Quitter Asgard ne me plaisait pas plus qu’à elles et je pouvais tout à faire comprendre leur étonnement, cependant, je ne pouvais pas supporter qu’elles trouvent à redire à une de mes demandes. Il fallait faire quelque chose. Idunn avait disparu, notre immortalité décroisait et je craignais que mon frère tente quelque chose contre notre beau monde Asgardien. Je n’avais rien d’une folle ou d’une illuminée, je connaissais la rancœur qu’il portait aux Ases, l’amour qu’il portait aux Vanes et il était clair que Frey n’avait rien d’un imbécile. Une occasion venait pour lui de se présenter, une occasion de redorer le blason des Vanes et de redonner leur indépendance aux paysans de Vanaheim. Il allait tenter quelque chose, il allait faire une bêtise, une énorme bêtise, je me devais donc de l’en empêcher et ce au plus vite.

J’avançais dans les couloirs du palais d’or, observant avec attention chaque détail architectural des lieux. Je ne savais pas quand je reviendrais, je ne savais si mon voyage vers Vanaheim ne sonnait pas non plus, un voyage vers le monde des Hommes. Je ne savais rien de ce qui allait se passer dans les mois futurs et je me devais donc de garder un souvenir inoubliable des lieux où j’avais passé mes plus belles années. Asgard était ma maison, mon repère et il était plus qu’étrange que je me décide à le quitter, moi qui avais eu tant de mal à m’y faire une place. Aujourd’hui j’abandonnais tout ce que j’avais construit. J’avais gardé le mystère auprès des autres dieux de la raison pour laquelle je partais rejoindre ma terre natale. Je pouvais me tromper, il était donc inutile d’alerter la famille royale. Il ne fallait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je comptais bien avancer à pas de loup dans le chemin qui me mènerait jusqu’aux révélations des plans de mon jumeau. Arrivant sur une terrasse du palais, je m’accoudais à la rambarde pour contempler les jardins de la reine et plus loin, la ville en elle-même. Le vent soufflait légèrement, faisant remonter jusqu’à moi les parfums de fleurs du jardin qui se trouvait en dessous de moi … Une paix si trompeuse, qui cachait totalement la guerre qui faisait rage en dehors des murs de la cité royale.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   Dim 22 Déc - 18:02

it's time to say goodbye
Freyja & Nanna

« Fais attention à toi, d’accord ? » murmurais-je, mes bras enroulés autour du cou de mon époux. Je détestais l’idée de le voir partir, encore plus parce que je savais qu’il risquait d’être en danger. Mais je savais également qu’il n’avait pas vraiment le choix. Depuis la disparition d’Idunn, la paix entre les Neuf Royaumes était instable, et si Odin décidait d’envoyer ses propres fils en tant qu’émissaires afin d’espérer de maintenir la paix, la situation devait être bien pire qu’on nous le disait. Ses doigts parcouraient délicatement ma joue, comme s’il souhaitait pouvoir effacer mon inquiétude. « Tu sais bien que je suis… » commença-t-il sur un ton plaisantin, et avec ce sourire auquel j’ai toujours été incapable de résister. « Balder Odinson, l'invulnérable, oui. » m’empressais-je de finir sa phrase, un sourire dessiné sur mes lèvres. Combien de fois me l’avait-il déjà dite ? Je savais qu’il ne disait cela que pour plaisanter, pour me rassurer, et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il avait tendance à un peu trop compter sur son invulnérabilité et je craignais qu’un jour, cela allait finir par lui jouer des tours. Après tout, si la disparition de ma sœur nous avait montré une chose, c’était bien que même à Asgard, nous étions loin d’être à l’abri du danger. Que notre magie n’était pas aussi puissante qu’on ne l’avait cru, et que même la clairvoyance de Heimdall avait ses limites. Sinon, comment les ravisseurs d’Idunn auraient-ils pu quitter Asgard sans être vu, sans laisser la moindre trace ? Et maintenant, tous les habitants des neufs mondes connaissaient cette vulnérabilité. Tendrement, je passais mes bras autour de son cou, avant de poser mon front contre le sien. « Promet le moi » finis-je par insister, mon regard plongé dans le sien. « Je te le promets » répéta-t-il, avant d’attraper tendrement mes lèvres avec les siennes pour sceller sa promesse d’un baiser. Puis quelques minutes plus tard, il était parti, me laissant seule dans notre chambre conjugale où s'étaient fait nos adieux, à l'abri des regards.

Accoudée à la balustrade de notre balcon, j’observais des oiseaux dans le ciel, mais à vrai dire, mes pensées étaient ailleurs. Je n’étais pas particulièrement proche d’Idunn, ou du moins étions-nous moins proches que nous l’étions avec Sigyn, mais ce n’était pas pour autant que sa disparition ne m’inquiétait pas. Le sourire qui ornait habituellement mon visage semblait se faire un peu plus rares ces derniers temps, preuve que la disparition de ma sœur aînée me touchait bien plus que je ne le faisais paraître. Où est-ce qu’elle pouvait bien être ? Allait-elle bien ? Voilà qu’une infime partie des questions qui passaient en boucle dans mon esprit. Puis, il y avait bien sûr aussi la question que tout le monde se posait : qui était derrière cet enlèvement, et surtout, que désirait-il obtenir avec une telle action ? Des questions auxquelles personne ne semblait en mesure de répondre pour l’instant. Je laissais échapper un soupire. A vrai dire, cela faisait plusieurs années que je ne m'étais plus sentie aussi lasse. C'était comme si l'inquiétude que j'éprouvais pour ma sœur aînée absorbait une partie de mon énergie. Autant lorsque j'étais en compagnie, je n'avais pas trop de mal à faire comme si rien était, autant lorsque j'étais seule, j'avais bien plus de mal à me motiver pour quelque chose qu'à l'habitude. Je ne sais pas combien de temps j'étais restée accoudée à la balustrade lorsque la voie familière de ma suivante me ramena à la réalité. « Princesse » Pendant un court instant, je restais dos tournée à la jeune femme, juste assez longtemps pour me ressaisir et afficher un sourire sur mon visage. « On raconte que votre mère se prépare à quitter le palais pour se rendre à Vanaheim... et qu'elle va y rester un certain temps » « Pourquoi ferait-elle cela ? » répondis-je en rigolant. Sa place était ici à Asgard, et personne ne devait en être plus consciente que ma mère. Après tout, n'avait-elle pas toujours placé ses responsabilités de déesse au-dessus de ses enfants ? Toute ma vie, j'en avais souffert, sans pour autant être capable de lui en vouloir pour de bon. Peut-être que cela aurait été plus facile si j'aurais été capable de la détester, mais une partie de moi cherchait toujours à la rendre fière, à gagner son amour, bien que cela semblait quelque peu impossible. Et même maintenant, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à quel point cela devait la peiner d'avoir perdu Idunn, de ne pas savoir où sa fille aînée se trouvait, ou même si elle était encore en vie... Je n'écoutais pas vraiment ma suivante qui m'affirmait qu'elle avait entendu cette information d'une personne dans l'entourage proche de Freyja, et qu'elle devait donc être vraie. Sans réellement avoir pris consciemment une décision, je me dirigeais déjà vers les appartements de ma mère. Je devais savoir la vérité. Elle ne pouvait tout de même pas partir sans me dire au revoir, n'est-ce pas ? *Et pourquoi ne pourrait-elle pas ? Ce n'est pas comme si elle a prêté beaucoup d'attention à toi dans le passé...* murmurait une petite voix dans mon esprit, voix que je tentais du mieux possible d'ignorer. Mais une fois arrivée aux appartements de ma mère, je n'y trouvais que plusieurs de ses suivantes qui se turent rapidement en me voyant arriver. Apparemment, ma mère avait quitté la pièce quelques minutes plus tôt, mais aucune d'elles ne semblait savoir avec certitude où elle se trouvait. « Vous devriez tenter la grande terrasse du palais, elle aime s'y rendre » finit par dire l'une d'entre-elles. Une indication qui se révela précieuse, puisque lorsque quelques minutes plus tard, je finis par arriver sur la terrasse, je voyais ma mère accoudée sur la balustrade, visiblement perdue dans ses pensées. Silencieuse, je m'approchais d'elle, m'appuyant à mon tour contre la balustrade. « Est-ce donc vrai ce que l'on raconte, mère ? » finis-je par demander. « Est-ce que tu repars à Vanaheim ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   Ven 27 Déc - 22:13




it's time to say goodbye

J’écoutais le vent, une brise que j’espérais entendre parler, parler pour qu’elle m’indique où se trouvait ma chère et tendre Idunn. C’était tout ce que j’attendais. Retrouver cette enfant que je choyais depuis sa naissance, cette aînée qui représentait la chose la plus précieuse que je possédais en ce monde. Un enfant, un cœur que l’on m’avait arraché. Il était vrai que je n’avais pas été une mère des plus égalitaires, que depuis toujours mes faveurs se portaient sur cette aînée qui était depuis toujours juchée sur un piédestal. Mais qu’importe … L’amour était quelque chose de bien plus profond que cela. J’avais démontré mon affection qu’à une seule de mes filles, mais toutes représentaient à leur manière quelque chose d'importante à mes yeux. Après tout, quelle mère n’aimait pas ses enfants ? Elles étaient toutes le fruit de mes entrailles, l’enfant que j’avais porté pendant neuf mois de mon existence, des bambins que j’avais éduqués seule et que j’avais vu grandir au fil des ans qui passent. C’était sans doute pour cela que je m’étais détaché de mes enfants, non seulement parce que je ne suis pas de ces femmes qui aiment rester au foyer, mais en plus parce que le temps qui passe me les auraient de toute manière arraché. J’avais été réaliste et j’avais rompu le cordon avant que l’on ne le fasse à ma place, peut-être trop tôt mais c’était une douleur qui avait été nécessaire. Aujourd’hui il était trop tard pour regretter le passé, pour avoir des remords, mais ce qui était sûr, c’était que chacun à leur manière, mes enfants étaient ma faiblesse et que quoiqu’il m’en coûte, je les protégerais coûte que coûte. On ne touchait pas à ma famille sans craindre mon courroux. J’allais être une lionne, une vengeresse sans pitié qui prendrait la vie à celui qui s’était cru plus fort que moi. J’allais le faire payer, de son sang versé.

Une petite voix m’extirpa de mes pensées. Nanna. Je restais impassible, froide face aux questions qu’elle me posa. J’affichais ensuite un air dur, sévère avant de lancer d’une voix haute et maternelle. « Il me semble ne pas t’avoir élevé ainsi ma fille … Politesse et savoir-vivre sont les deux armes d’une femme de cour, je crois te l’avoir enseigné. À moins que ton statut de princesse ne t’ait rendu hautaine au point de ne plus savoir formuler un « bonjour » et à effacer de ta mémoire la présence d’esprit de s’enquérir de l’état de la personne avant de l’asséner de questions ? » Je plongeais mon regard dans le sien. « Je constate de surcroît que tu prêtes attention aux bruits de couloir et aux rumeurs … Dois-je te rappeler que ce sont des sources où l'on ne sait discerner le vrai du faux ? » Je me redressais. « Mais soit. » Je me collais à la balustrade et adoptais une stature fière et noble, droite et impassible. « Je repars pour Vanaheim en effet … Je donne raison aux ragots pour cette fois-ci. » Je me tournais vers Nanna. « Au vu de l’expression de ton visage, je constate que tu es surprise … Pourquoi donc ? »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   Dim 2 Fév - 17:18

Spoiler:
 
it's time to say goodbye
Freyja & Nanna

Sans doute aurais-je pu aborder le sujet de départ de ma mère avec plus de délicatesse. Voir même commencer avec un simple échange de politesse, ou bien lui demander comment elle se portait. Sans doute aurait-ce été la bonne manière de procéder que de la laisser choisir elle-même le moment où elle m'annoncerait ou non la nouvelle. Mais j'avais toujours été une personne franche, directe – et sans doute aussi trop impatiente comme ma mère me l'avait souvent reproché dans le passé – si bien que ce genre de conduite n'était finalement pas pour moi, ou du moins pas face aux personnes auxquelles je tenais réellement. Car oui, peu importe à quel point on pouvait reprocher à ma mère sa froideur envers ses propres enfants et peu importe à quel point j'avais tendance à la critiquer pour cela dans mon esprit, j'aimais ma mère et une part de moi espérait toujours qu'un jour, je trouverais grâce à ses yeux. Et ce malgré mes nombreuses imperfections qu'elle semblait me trouver à chacune de nos rencontres. Une mine boudeuse se dessina sur mon visage en entendant ses reproches. Pourquoi me traitait-elle toujours comme un enfant capricieux ? N'avait-elle donc pas remarqué que je n'étais plus un enfant depuis quelques temps déjà ? Ces paroles me blessaient plus que je ne l'aurais jamais admis. Ne traduisaient-elles pas la déception que j'étais à ses yeux ? Peut-être que j'aurais pu lui faire remarquer qu'elle était ne m'avait pas appris grand chose. Que c'était toujours Sigyn qui avait joué le rôle de mère pour moi, et non pas elle. Mais à la place, je me contentais de le penser, ayant bien trop de respect pour la déesse de l'amour - qui accessoirement était aussi ma mère - pour pouvoir lui dire une telle chose en face. Incapable de maintenir le regard sévère de Freyja plus longtemps, je finis par baisser les yeux. De toute manière, qu'aurais-je à répondre face à ces reproches ? Que je n'étais pas aussi forte qu'elle, et que l'idée de voir une autre personne à laquelle je tenais quitter Asgard, sans savoir quand je la reverrais ? Si je la reverrais ? L'enlèvement d'Idunn semblait avoir réussi à entacher mon éternel optimisme, et bien que je n'avais jamais été particulièrement proche de ma sœur aînée, je ne m'inquiétais pas moins pour elle. Mais avouer cela à ma mère aurait égalé à lui servir un autre de mes défauts sur un plateau d'argent, et pour une fois, je voulais garder un tant soit peu de dignité.
Relevant le regard pour lui faire de nouveau face, je ne pus m'empêcher de cacher mon étonnement lorsqu'elle finit par avouer quelle comptait bien se rendre à Vanaheim. Pourquoi me faire culpabiliser auparavant pour mon manque de savoir-vivre ? Mais plus important alors, pourquoi se retirait-elle dans le royaume de son frère, alors que sa fille aînée, sa préférée entre toutes ses filles, était portée disparu ? Pourquoi ne restait-elle pas ici, où elle aurait certainement plus de chance d'agir, d'entreprendre quelque chose pour tenter de la retrouver ? Voilà bien quelque chose qui ne ressemblait pas à ma mère qui au cours du temps s'était illustrée pour être une femme forte, peut-être même la plus forte, et surtout d'être une femme que rien ni personne pouvait briser. « En effet, c'est une surprise pour moi. Je ne pensais pas apprendre votre départ par le biais des 'bruits de couloirs'. » Sans doute qu'il y aurait pu avoir du reproche dans ma voix, mais ce n'était pas le cas, c'était une simple constatation de ma part. Je n'étais que trop consciente que ma mère n'avait pas de compte à me rendre sur ses allés et venues. Et pourtant, j'aurais aimé avoir assez d'importance à ses yeux pour qu'elle m'en informe elle-même. Peut-être que la raison pour laquelle elle ne l'avait pas faite était tout simplement qu'elle avait bien d'autres choses dans son esprit ? La disparition d'Idunn, et les conséquences que cela risquait d'avoir par exemple... 'Tu devrais arrêter de toujours trouver des excuses pour son comportement, et tout simplement accepter la vérité Nanna. La voix douce et mélodieuse de Sigyn résonnait dans ma tête. Combien de fois ma sœur avait-elle tenté de me faire comprendre qu'en cherchant l'affection de notre mère, je courrais après une cause perdue d'avance ? Mais visiblement, les mises en garde de ma sœur avaient raté leur objectif. « Pardonne ma franchise, mais je dois avouer c'est essentiellement ta destination qui me surprend. » poursuivais-je sur un ton doux, tentant de peser mes mots. « En entendant que le Père de toute chose compte envoyer les valkyries joindre les recherches pour Idunn, je supposais que ce serait toi qui les guiderais. » N'était-elle pas la cheftaine des Valkyries ? Sans parler du fait que ma mère avait toujours mis son devoir au-dessus de tout autre chose, y compris sa famille. Alors pourquoi ne se joignait-elle pas aux légions envoyés dans les autres mondes, dans l'espoir de retrouver la déesse de l'immortalité, sa propre fille ? Est-ce que la disparition de cette dernière la touchait plus qu'elle ne laissait paraître ? Quoique, Freyja si accablée par le chagrin qu'elle oubliait son travail ? Voilà ce qui semblait improbable. Avait-elle donc une autre raison de se rendre à Vanaheim ?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   Dim 2 Fév - 19:03




it's time to say goodbye

Quel intérêt de leur dire ? Elles l’auraient bien appris d’une manière ou d’une autre. De plus, je n’avais aucune raison d’informer ma fille de mes faits et gestes, j’étais indépendante, je n’avais de compte à ne rendre à personne et Nanna ne dérogeait à la règle. J’étais une femme libre et je pouvais bien me rendre à Vanaheim, Midgard ou chez Hel que cela ne la concernait pas … Je restais de marbre, ne jetant pas un regard à ma fille. Je n'avais peut-être pas été la mère la plus tendre et la douce qui soit, c’était certain, mais je les avait élevées pour qu’elles soient des battantes, pour qu’elles soient des femmes indépendantes et des femmes épanouies, malheureusement, elles avaient toutes hérité de mes traits de déesse de l’amour … Asgard avait fait de mes filles, des déesses gâtées et pourries par la renommée d’être la fille de Freyja. Ce que moi, je n’avais pas eu le droit. J’avais grandi à Vanaheim, au milieu des paysans et des animaux sauvages, dans une atmosphère plus froide, moins chaleureuse et beaucoup plus imprévisible et sure. Sigyn, Nanna, Idunn, Sjöfn et Lofn avaient toutes grandies dans une ambiance cossue, un endroit paisible et à l’abri de tout. Quelles difficultés avaient-elles eues durant leur enfance ? Aucunes. « Ce n’est qu’une visite de courte durée Nanna. Si des commères n’étaient pas venues te murmurer à l’oreille que je partais, j’aurais eu le temps de me rendre à Vanaheim et de revenir sans que vous vous en rendiez compte, toi et tes sœurs. » Une princesse était occupée par des affaires de princesse … Je n’avais jamais été très proche de mes filles en général. Nanna y compris, mais depuis qu’elles étaient devenues princesses, j’étais encore moins présente. Je ne voulais pas m’imposer dans leur nouvelle vie. J’avais mon existence, elles avaient la leur à présent, nous étions toujours liées par le sang et les sentiments, mais nos vies nous avaient séparées et c’était ainsi … Maintenant que j’avais du temps, je ne pouvais pas le passer avec mes filles, à rattraper ces années perdues.

« Mes valkyries sont entrainées, elles se débrouilleront très bien sans moi. » Je restais calme, imperturbable. Regardant ce ciel d’hiver, sentant cette légère brise dans mes cheveux. Comment dire à ma fille que je ne partais pas par gaité de cœur mais bel et bien par obligation … Nous faiblissions, mois y compris, Frey était un homme rusé, loin d’être bête. Il saurait profiter de notre faiblesse pour en tirer un avantage. Je devais m’assurer qu’il ne pourrait pas le faire, je devais m’assurer qu’il resterait dans le droit chemin. Mais ça … Personne ne devait le savoir. « J’ai des obligations qui demandent ma présence à Vanaheim. Je m’y rends sans joie, ni empressement. Mais plus vite j’aurais réglé les affaires qui m’attendent là-bas, plus vite je reviendrais à Asgard. » Je retenais un vers toi et tes sœurs. Nanna ne devait pas poser de questions. Elle ne devait rien demander, car de toute façon, elle n’obtiendrait pas de réponse.

© Belzébuth


ps: pas de soucis hug 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   Lun 3 Fév - 22:53

it's time to say goodbye
Freyja & Nanna
Une visite si courte durée que nous ne remarquerions même pas son absence. A vrai dire, je ne savais pas ce qui me devait vexer d'avantage : le fait que ma propre avait pensé une fois de plus partir sans dire ne serait-ce qu'une simple au revoir à mes soeurs et moi - ce qui, avouons le, n'était sans doute pas nouveau, bien que je ne m'y ferais certainement jamais - ou le fait qu'elle supposait que nous n'aurions pas remarqué son absence. Nous pensait-elle vraiment aussi indifférente à notre propre famille ? Sur ce point, je ne pouvais certainement que parler pour moi, mais quelque chose me disait que mes soeurs tenaient tout autant que moi à notre mère, chacune à leur façon. Même Sigyn, bien qu'elle préférerait certainement avaler sa propre langue que l'avouer. "Nous penses-tu vraiment aussi indifférentes au point de ne pas remarquer ton absence, mère ?" finis-je par demander. Sans doute aurait-ce été plus sage que de se taire, mais la sagesse, tout comme la retenue, n'avait jamais fait parti de mes points forts. Et pourtant, à peine avais-je prononcé ces mots que je craignais déjà qu'ils allaient être retournés contre moi. J'avais beau aimer ma mère, cela n'empêchait pas que j'avais tendance à la trouver intimidante. Peut-être était-ce du au fait que je redoutais que son jugement sévère serait une fois de plus en ma défaveur aujourd'hui ? Peut-être. C'était même probable. J'avais beau être une jeune femme sûre d'elle et débordante d'énergie, il suffisait d'un seul regard de ma mère pour que je doute de bien des choses, y compris de moi.

Un léger sourire se dessina sur mes lèvres en entendant la déesse de l'amour évoquer les prouesses de ses valkyries, non pas sans une certaine fierté. "Je ne doute pas un instant qu'elles feront honneur à leur rang." Après tout, ma mère avait le don de faire naître un sentiment de profond respect au cœur de ses subordonnées, mais aussi une certaine crainte. Non, même en absence de leur cheftaine, elles donneraient tout, ne serait-ce que pour ne pas s'attirer le mépris de la déesse de l'amour. Et pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher de continuer à m'étonner pourquoi ma mère ne participait pas elle-même à la recherche de sa fille aînée. Il y avait comme anguille sous roche, et aucune des des explications que je pouvais trouver pouvaient expliquer ce comportement. "Et j'espère de tout cœur qu'elles parviendront à rapidement retrouver Idunn. Elle nous manque à tous." finis-je par répondre, tout en posant délicatement ma main sur le bras de ma mère. Comme toujours, j'étais hésitante en effectuant un tel geste qui semblait finalement aller à l'encontre de la relation qui existait entre nous. Et pourtant, je croyais savoir que son son air impassible, elle devait s'inquiéter tout autant que moi pour la déesse de l'immortalité, si ce n'était pas plus. Après tout, même si ma relation avec ma sœur aînée était plutôt positive, nous n'étions pas non plus particulièrement proches. Mais pour mère, en plus d'être sa fille aînée, Idunn était aussi sa fille préférée, et les deux avaient une relation particulière. 'Mère s’inquiéterait-elle autant pour une autre de ses filles?' me demandais-je pour la x-ième fois depuis la disparition de ma soeur aînée. Je ne pouvais pas nier qu'il y avait toujours eu une part de jalousie vis-à-vis d'elle en moi, mais étrangement, cela n'affectais pas notre relation. Ou du moins pas autant que cela affectait la relation entre Idunn et Sigyn. Peut-être était-ce parce que j'avais tendance à me dire que j'aurais peut-être l'attention de ma mère le jour où je saurais m'en montrer aussi digne que ma soeur aînée.

Je devais constater que de toute évidence, mon interlocutrice ne comptait pas m'apprendre plus sur les raisons qui la poussaient à quitter Asgard, à s'éloigner des recherches, pour se retirer à Vanaheim. "Dans ce cas, j'espère que ton voyage se passe à souhaits." répondis-je d'un ton poli avec un léger sourire sur les lèvres. Je savais qu'il était plus sage de ne pas trop y insister sur ce sujet : elle n'en dirait pas plus, et je ne ferais que m'attirer son mécontentement si je continuais à poser des questions sur les raisons de son voyage. Tentant de diriger la discussion vers un autre sujet, je tentais d'enchaîner : "Cela fait longtemps que je n'ai plus vu mes soeurs à Vanaheim. J'aimerais tant revoir Gersimi et Hnoss, elles manquent. Qui sait, peut-être devrais-je leur rendre bientôt visite." Je tentais d'être moi-même, de bavarder comme je l'aurais faite en toute autre occasion ou presque. "Pourrais-tu leur passer le bonjour de ma part s'il te plait mère ?" Je marquais une courte pause. "Uniquement si cela ne pose pas inconvénients bien entendu" m'empressais-je de rajouter, ne voulant pas paraitre malpolie ou donner l'impression de vouloir l'utiliser comme messager, ce qui était bien sûr loin d'être le cas. Après tout, si elle se rendait à Vanaheim, quelque soit la raison, elle devait forcement voir notre famille, n'est-ce pas ?

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   Jeu 6 Fév - 15:54




it's time to say goodbye

lle nous manquait à tous oui. Mais c’était certainement moi, sa mère, qui vivait le plus mal cet enlèvement … Cette enfant à qui j’avais tout donné, arraché à mes bras, enlevé de ma vision et portée loin de mes attentions. Idunn avait été cette enfant que j’avais choyé certainement plus que les autres, tentant par son biais de calmer les fantômes d’un passé qui me hantait chaque jour depuis mes plus jeunes années. Je ne pouvais bien sûr, pas expliquer à mes filles la raison de cette préférence, elles auraient été choquées, alarmées et si l’une d’elles avait parlé, ce que je pensais Sigyn capable, j’aurais été disgraciée et envoyée loin des miens et peut-être même envoyée sur terre pour me punir de mes péchés, et me donner une leçon. De mon amour impossible avec Frey était né un garçon, blond comme les blés, les yeux d’un bleu azur et la peau blanche comme la neige. Le portait caché d’Idunn. Je n’avais jamais eu de préférence parmi mes enfants, non, mais j’avais clairement fait plus attention à ma benjamine, parce que je devais combler ce vide qu’avait été la naissance de mon premier fils. On me l’avait enlevé, je l’avais laissé pour des raisons évidentes, mais depuis je n’avais, finalement, jamais réussi à oublier. De plus, je n’avais jamais été une mère très démonstrative, j’aimais mes enfants, mais j’étais incapable de leur dire, de leur montrer. J’avais été élevée ainsi, sans un mot doux, ni même une marque d’affection. L’ancienne génération divine était ainsi et j’avais donc été élevée dans la même optique. Reproduisant ensuite ce schéma avec mes enfants. Le passé était le passé maintenant, je ne pouvais pas revenir en arrière et je ne le voulais pas. Malgré ce manque d’affection, mes filles étaient devenues des battantes, des femmes fortes et pleines de courage, des femmes qui savaient se défendre et qui savaient quoi faire de leur existence, qui avaient des valeurs et des avis à donner. Je les avais bien élevées, malgré ce handicap sentimental que je trainais derrière moi … J’étais fière d’elles, mais incapable de leur dire.

« J’espère aussi. » Ma voix était calme, douce. Nanna avait toujours eu cette douceur caractéristique, cet amour des autres et cette bienveillance en elle. Contrairement à Sigyn, elle ne m’avait jamais reproché de l’avoir délaissée, elle ne m’avait jamais tourné le dos et elle avait toujours fait des efforts pour que notre famille puisse fonctionner. « Je suis certaine que les jumelles seraient plus qu’heureuses de vous revoir toutes les cinq. Mais je leur passerais ton bon souvenir. Je suis certaine que cela leur fera plaisir. » Je souriais et me tournais vers ma fille. « Si tu le permets, je vais retourner dans mes appartements régler les derniers préparatifs. Mes domestiques sont bien empotées et je n’ai pas envie qu’elles oublient quelque chose ici. » Je prenais alors ma fille par les épaules et déposais un baiser sur son front, comme elle était enfant. « À bientôt Nanna. » Je tournais les talons et quittais la terrasse.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: it's time to say goodbye ♥ nanna   

Revenir en haut Aller en bas
 

it's time to say goodbye ♥ nanna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» it's time to say goodbye ♥ nanna
» Los Angeles Clippers Time
» Mahjong Time
» ZELDA The hero of time "le film".
» [ZEN] Time Sieve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war of the gods :: Archives :: Corbeille :: les topics terminés-